Conférence: De l’économie marchande à la société du partage.

Azam640-530Conférence de Geneviève Azam samedi 9 mai à 16 heures à l’occasion de la vingtième Rencontre de Martel, au palais de la Raymondie de Martel.

Maître de conférences en économie à l’université Toulouse II et membre du conseil scientifique d’ATTAC, Geneviève Azam, donnera son éclairage également sur la COP21, conférence internationale sur le climat qui va se dérouler à Paris en décembre prochain.

Geneviève Azam avait donné à Martel en 2011, à la suite de la parution de son ouvrage « Le temps du monde fini », une conférence remarquée sur la question « Que faire avec une seule Terre ? ». D’un côté, alors que le dérèglement climatique se confirme, sont en cours de négociation ou de ratification des traités de « libre échange » qui ignorent totalement ces menaces et visent avant tout à donner tous les pouvoirs aux transnationales.

Mais d’un autre côté, dans de nombreux pays, en particulier européens, des structures solidaires se développent, d’une agriculture de proximité à des parcs de production d’énergies renouvelables, qui présentent une alternative crédible au duo gestion publique-gestion privée. Ces démarches renouvellent la gestion des communs, des biens communs, des communaux, etc, des structures anciennes qui perdurent et même reprennent vie.

Les biens communs tels, des biens naturels comme l’eau, la forêt, les ressources agricoles et halieutiques, des biens culturels et informationnels, « sont notamment caractérisés par le fait qu’ils sont gérés par une communauté qui les gouverne selon des règles codifiées, dans une perspective d’usage – et non d’appropriation – assorti d’une obligation de restitution. »

À la fin du XVIe siècle, « le processus des enclosures – la privatisation des communs fonciers en Angleterre – fut un moment fondateur de la propriété privée agraire et du capitalisme. Il représenta également une guerre sociale et culturelle contre les paysans, contraints à l’exode rural. »

« Au cours du XXe siècle, le thème des communs a quasiment disparu de la réflexion : la propriété est envisagée comme propriété-appropriation, privée ou étatique» et, dans la lignée des idées néo-libérales, il est affirmé que les communs, « ressources en libre accès, sans règles, [sont] menacés car soumis à la convoitise de l’homo œconomicus, individu radicalement asocial, profiteur, préoccupé de son seul intérêt personnel. ». Était ainsi justifiée « la privatisation des communs, au cœur des politiques néolibérales à partir des années 1980. Cette thèse a été contestée par la chercheuse Elinor Ostrom, qui a montré comment la gestion commune des ressources permet généralement à la fois l’accès et la préservation », en Suisse, au Japon, etc. Ce sont aussi des mouvements sociaux qui, en s’opposant à la marchandisation des ressources sans pour autant revendiquer une gestion étatique, ont réactualisé la démarche des communs dans les domaines des ressources naturelles, des savoirs, de la propriété intellectuelle, de la culture et de l’information.

Geneviève Azam dédicacera son dernier ouvrage « Osons rester humain », récemment paru aux Liens qui Libèrent.

La Vie Quercynoise

Entretien avec Geneviève Azam, pour son livre « Osons rester humain. Les impasses de la toute puissance » (parution le 8 avril 2015)

2 commentaires pour “Conférence: De l’économie marchande à la société du partage.

  1. jevouslis
    dimanche, 10 mai 2015 à 17:23

    Je pense que voue pouvez contacter Geneviève Azam par l’intermédiaire d’ATTAC: interventions@attac.org
    ou https://france.attac.org/auteur/genevieve-azam

  2. AZUELOS Maryse
    samedi, 9 mai 2015 à 18:53

    Serait-il possible d’avoir le compte rendu de cette conférence ou de connaitre les lieux où cette conférencière se produit !

    Merci d’avance.
    Maryse azuelos

Les commentaires sont fermés