Congrès des élus du Lot dimanche à Cahors

lot carteInterview de JM Vayssouze, maire de Cahors président de l’association des élus.

Près de huit cents participants sont attendus dimanche au parc des expositions de Cahors à l’occasion du congrés départemental des élus du Lot.

Le congrès des maires et élus du Lot se déroulera dimanche au Parc des expositions de Cahors. Entre 700 et 800 élus lotois sont attendus, une participation qui n’a jamais faibli au fil des années. Baisse des dotations de l’État, numérique, incertitudes institutionnelles, les dossiers ne manquent pas. Jean-Marc Vayssouze, le président de l’association des élus résume les enjeux.

Aujourd’hui quel est le moral des élus. Sont-ils résignés ou combatifs ?

Il est dans la tradition des élus de toujours affronter les difficultés. Mais dans la période actuelle, il y a beaucoup d’incertitudes sur l’architecture institutionnelle de demain avec la loi Notre. De nombreuses interrogations sur le fonctionnement de la future grande région, de la place du département, sur une carte intercommunale qui peut encore évoluer et par rapport aux quelques initiatives de communes nouvelles. Et dans ce contexte institutionnel se greffent les incertitudes sur les moyens financiers.

Justement la baisse des dotations de l’État aura-t-elle des répercussions directes sur la vie des communes ?

Une baisse des dotations de 30 % sur 3 ans, c’est un coup de ciseau brutal et forcément cela aura des incidences sur la vie des communes. Des incidences sur les services qu’il faudra bien assurer, comme la collecte des ordures ménagères. Des conséquences sur les investissements avec une baisse notable qui pourrait être dramatique ; des incidences aussi sur la fiscalité locale ou sur les trois à la fois. On en appelle toujours à ce que le gouvernement revoit ses positions même s’il y a eu des éléments positifs sur la péréquation ou la relève des investissements en zone rurale.

Vous avez fait du numérique le thème fort de ce congrès. On pourrait y ajouter la téléphonie ?

Notre souhait est de ne pas tenir qu’un congrès de revendications, mais un rendez-vous de travail pour améliorer la desserte en fibre optique, ou évoquer la question du téléphone mobile et des zones blanches. Puis il y a le fait que le numérique est en train de transformer fondamentalement la société. Pour évoquer cette question nous aurons deux témoignages l’un sur l’initiative de télé centre conduite dans le Pays de Murat dans le Cantal et pour la première fois dans ce type de congrès nous aurons la chance de recevoir un entrepreneur, Ludovic Le Moan, le PDG de la société toulousaine Sigfox. Dans le domaine des objets connectés, cette entreprise pourrait devenir demain l’un des leaders mondiaux. Son PDG viendra nous parler des enjeux du numérique et de la chance que cela pourrait représenter pour notre territoire.

Est-ce que vous avez prévu d’aborder la question de l’accueil de réfugiés dans le Lot ?

Après la table ronde sur le numérique nous aurons un échange sur les sujets d’actualité. Il y aura plusieurs vœux. La question des réfugiés pourrait être évoquée à cette occasion par Catherine Ferrier, la préfète du Lot.

L’association des maires et élus du Lot est apolitique. La politique et les échéances électorales seront-elles totalement absentes des débats ?

Absolument. Le congrès des élus n’est pas le lieu pour cela. Depuis Maurice Faure comme avec Jean Launay, cela a toujours été la règle. L’association des élus du Lot est l’expression de toutes les sensibilités politiques et de toutes les communes et chacune doit avoir sa place. Je suis garant de cet équilibre.