Emploi, crise de l’élevage, sécurité, la préfète Catherine Ferrier fait le point

Emploi

Le chômage de longue durée est préoccupant; Plusieurs projets dont la réorganisation des Pôles emploi avec des conseillers spécialement dédiés aux relations avec les entreprises.

S’attaquer au problème des offres d’emploi difficiles à pourvoir: domaines de la santé, des métiers de bouche, de l’hôtellerie-restauration ou dans l’industrie aéronautique.

Crise de l’élevage

Action et mesures:

La restauration collective et les circuits courts : «Certes, les collectivités ont des prix à tenir. Mais nous allons regarder, au cas par cas, les marges de manœuvres. Des parents d’élèves sont ainsi prêts, comme à Lalbenque, à payer le repas quelques centimes de plus si la viande est locale.»

Insister pour que les grandes surfaces jouent davantage le jeu des productions locales et affichent clairement la provenance des viandes.

Restaurants ; certains auraient quelques négligences à indiquer l’origine de la viande : «Nous avons effectué 57 contrôles cet été et donné 38 % d’avertissements. Nous allons multiplier ces contrôles et saisir les chambres consulaires pour qu’elles préviennent leurs ressortissants.»

Faciliter l’installation de jeunes agriculteurs qui est en forte chute. Deux freins : les conflits d’usage sur le foncier agricole et la rétention foncière.

Engagements de prix qui ne sont pas toujours respectés.

Aides financières et d’allégement de charges pour les éleveurs. C’est 1 000 ou 2 000 € par exploitant.

La sécurité : les routes et les vols

Sur les routes:plus de tués en 2015 (11) qu’au mois d’août 2014 (9). Il y a moins d’accidents et moins de blessés : 65 en 2014, 43 en 2015. 52 % des accidents sont provoqués par des imprudences.

La tendance est à la baisse concernant la délinquance générale avec un taux d’élucidation en hausse. Mais le point noir concerne les cambriolages qui ont explosé à Cahors, passant de 25 en 2014 à 129 cette année : «Beaucoup sont commis par négligence des propriétaires», a répété la préfète.

Concernant le climat d’insécurité, toujours à Cahors, la préfète a confirmé que l’État et la ville de Cahors étaient réunies sur le dossier vidéo-surveillance. Une dizaine de caméras seront installées en centre-ville, sur les ponts et à Terre Rouge d’ici quelques mois. Enfin, sensible à la situation de sous-effectifs des policiers, la préfète a demandé à Paris, trois renforts.

Affaire Assoiev

La préfète devrait décider d’ici la mi-octobre si la famille Assoiev, originaire de Géorgie et menacée d’expulsion, peut rester dans le Lot, à Figeac, où une forte mobilisation de soutien s’était organisée au mois d’août.

La Dépêche

De gauche à droite, Afif Lazrak, sous-préfet de Gourdon, Catherine Ferrier, Jean-Paul Lacouture, directeur de cabinet, Guy Dabi Gab-Leyba, stagiaire de l'ENA./Photo DDM, L.B

De gauche à droite, Afif Lazrak, sous-préfet de Gourdon, Catherine Ferrier, Jean-Paul Lacouture, directeur de cabinet, Guy Dabi Gab-Leyba, stagiaire de l’ENA./Photo DDM, L.B