État d’urgence : les consignes de la préfète aux maires du Lot

préfète mairesCatherine Ferrier, préfète du Lot a réuni hier à Cahors, les maires du département pour leur préciser les conditions d’application de l’état d’urgence. Le Lot reste vigilant mais veut continuer à vivre.

Une seule photo de l’assemblée prise avant la prise de parole de la préfète, Catherine Ferrier, puis les portes de l’espace Valentré à Cahors se sont fermées. Hier matin, la réunion entre les autorités préfectorales, les forces de l’ordre, police, gendarmerie, le délégué militaire départemental, le colonel des sapeurs-pompiers et la grande majorité des maires du Lot s’est faite à huis clos. Une précaution sécuritaire en plein état d’urgence. La préfète avait convié à la tribune Jean-Marc Vayssouze, le président de l’association des élus du Lot et un représentant du parlement, en la personne de Gérard Miquel.

«À la demande du Président de la République et du ministre de l’Intérieur, j’ai précisé à nos élus les pouvoirs donnés à l’autorité civile durant l’état d’urgence» expliquait Catherine Ferrier en fin de matinée devant la presse. La préfète a voulu passer trois messages : «Nous devons protéger nos concitoyens, protéger nos valeurs et continuer à vivre». Depuis le début de l’état d’urgence, seuls 2 rassemblements militaires et 1 cross scolaire départemental ont été annulés. De même une seule perquisition administrative a été opérée (lire en page 20). «On n’interdira pas les fêtes, les marchés, les lotos, les concerts, les rencontres sportives. Plus que jamais, souligne la préfète, il faut répondre à la terreur par le contact, à l’effroi par le sang-froid». Le quotidien des Lotois ne sera pas chamboulé. Les élèves iront à la piscine, les sorties extrascolaires en revanche seront reportées. Les consignes vigipirates ont été rappelées aux élus et le seront aux gérants des grandes surfaces commerciales.

Toutes les 48 heures, un état-major de sécurité coprésidé par la préfète et le procureur, détaille le dispositif et l’actualise en fonction des risques potentiels. Le Lot reste sur ses gardes sans rogner sur sa qualité de vie.


Le chiffre : 250

maires >mobilisés. Sur les 340 maires du Lot, 250 avaient tenu à répondre à l’invitation de la préfète.


«Oui, il y a des personnes du Lot qui ont rejoint Daech»

Devant la presse, Catherine Ferrier n’a pas souhaité donner de précisions sur la perquisition administrative réalisée à Cahors ni sur ce qui avait motivé l’intervention de la police. Par contre la préfète a confirmé que des individus étaient bien partis en Syrie : «Oui, il y a des personnes du Lot qui ont rejoint l’armée de Daech ou la Belgique». Aucune information par contre sur le nombre et l’existence de fiches «S» dans le Lot.