Exposition de photos de Léo Ferré à la librairie Ephémère rue du Majou

photosléoMarc Tourland, amateur éclairé, collectionneur, a été à l’initiative de l’exposition «Charlie Hebdo» en février dernier. Il a été l’ami de Léo Ferré. À l’occasion du festival Léo-Ferré, il expose actuellement des photographies de l’artiste en pleine activité créatrice à la librairie «Éphémère» 6 rue du Majou.

Nous l’avons rencontré.

Dans quelle circonstance avez-vous rencontré Léo Ferré ?

En 1973, nous dirigions, mon épouse et moi, un cabinet immobilier, et nous avons eu la visite de Marie Christine et Léo Ferré qui étaient à la recherche d’une propriété pour les parents de Marie-Christine. Nous avons sympathisé, et nous sommes revus régulièrement. Très souvent invité à leur rendre visite en Italie, j’ai eu alors l’occasion d’exercer le métier de ma jeunesse celui de photographe, faisant de nombreux clichés de Léo en plein travail. Ces photographies ont permis l’élaboration d’un livre «Léo Castellina 78».

Qu’attendez-vous, et qu’espérez-vous du festival Léo Ferré à Gourdon ?

Que celui-ci, comme chaque année ,se déroule dans la joie, la convivialité, et comme tout anar respectable, la fraternité. Mais je fais confiance et félicite pour cela Martine et Christian Martinon, et aussi Alain Fournier l’initiateur de ce festival. J’espère que cette manifestation conservera son bel esprit. Beaucoup de jeunes découvrent les beaux textes de Léo, et ceux de Verlaine, Apollinaire, Rimbaud, Aragon, mais aussi de Mouloudji, Brassens, Lamarque, Brel et bien d’autres. La culture doit être accessible à tous.

Et quels sont vos projets ?

Je travaille à un livre de 25 dessins intitulé «Portrait de Léo» à l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance.