Figeac Aéro rentre un contrat de 230 millions d’euros

fig aéroL’année 2015 aura été extraordinaire pour Figeac Aéro. Il y a eu la filiale au Maroc, puis le Mexique, et des contrats historiques, dont le dernier en date avec l’avionneur brésilien Embraer.

Encore un contrat pour Figeac Aéro ! Et oui le sous-traitant aéronautique ne cesse de gagner des marchés. Cette fois, c’est avec l’avionneur brésilien Embraer que le groupe figeacois vient de signer un contrat exceptionnel de près de 230 millions de dollars, dans le cadre du programme E-Jets E2.

Cette seconde génération d’avions régionaux, embarquant de 70 à 130 passagers, s’appuyant sur une nouvelle aérodynamique de l’aile, des commandes de vol électriques de 4e génération ou encore une nouvelle motorisation, qui lui confèrent des rendements carburants bien plus intéressants, voit déjà s’envoler les commandes. «Sur la durée du programme, ce sont 2 000 avions qui seront produits, avec une cadence forte à partir de 2019, pour atteindre 8 avions par mois en 2022», nous précise Jean-Claude Maillard, P.-D.G. de Figeac Aéro.

L’usine aéronautique interviendra pour la production de spars en titane de grande dimension (supérieur à 3 mètres) sur les modèles E190-E2, qui seront mis en service en 2018, E195-E2, en service en 2019. Et, pour la fabrication de tailcone en aluminium de grande dimension (supérieur à 1 mètre), pour ces mêmes versions, ainsi que pour le modèle E175-E2, qui entrera en service en 2020.

Les spars sont des longerons d’aile, quant aux tail cones, ce sont ces cônes du fuselage, à l’arrière d’un avion.

«Toutes les pièces de ce nouveau contrat seront réalisées à Figeac et permettront d’embaucher une trentaine de salariés à partir de 2019, puis une dizaine de plus d’ici 2021. Nous continuerons de créer de l’emploi à Figeac sur un rythme moins soutenu que par le passé, de l’ordre d’une quarantaine de créations de postes par an jusqu’en 2020, si la conjoncture aéronautique reste bonne», nous signale Jean-Claude Maillard.

Rappelons que ce nouveau contrat n’est pas le premier décroché par Figeac Aéro auprès d’Embraer, pour lequel elle produit déjà des pièces de structure en alliages légers pour les programmes ERJ145, Legacy 500 et Legacy 600.


Le chiffre : 30

emplois >de plus, pour ce programme. Figeac Aéro va recruter une trentaine de salariés à partir de 2019, pour les besoins du programme Embraer E-Jets E2.


Et Figeac Aéro dans le monde

«Nous continuerons à développer la filiale en Tunisie, où nous atteindrons bientôt 300 salariés. Les filiales au Maroc et au Mexique démarrent, avec une trentaine de salariés au Maroc, et une centaine, l’an prochain. Deux salariés au Mexique, et une cinquantaine, l’an prochain. La filiale américaine à Wichita-Kansas compte déjà 110 salariés, ils seront 140 en 2016. Pour rappel, ils n’étaient que 40 en mai 2014», nous détaille Jean-Claude Maillard, le P.-D.G. de Figeac Aéro, qui ne prévoit pas d’ouvrir de nouvelles filiales à l’étranger pour le moment.

Le groupe Figeac Aéro maintient son objectif de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires 2017/2018. Et réalisera de nouveaux investissements pour répondre à ce nouveau programme Embraer.