Francesco Testa Europe Écologie les Verts désigné pour les rėgionales

Francesco Testa a été désigné Chef de file pour EELV 46, par les adhérents écologistes du Lot, en vue de constituer une liste pour les élections Régionales des 6 et 13 décembre prochains. À cette occasion, il est interviewé par La Vie Quercynoise.
Comment expliquez-vous qu’EELV se tourne plutôt vers le Front de gauche que vers le PS et le PRG, ses anciens alliés du Gouvernement ?
La démarche d’Europe Écologie Les Verts, avec Gérard Onesta comme leader, ne s’inscrit pas dans une stratégie d’appareils. Nous ne participons pas à ce système, qui veut que « si tu viens à moi, moi je vais te créer un poste de vice-président ». Le rassemblement doit se faire naturellement autour de l’écologie. Pour nous, la seule idée politique moderne, qui tente de retracer le contour de notre futur immédiat et lointain, c’est l’écologie. La politique menée ces trente dernières années représente un échec pour l’ensemble du monde politique. C’est aussi en grande partie une explication de l’ampleur de l’abstention que nous connaissons et du vote lepéniste, qui fait des ravages !

Où en êtes-vous de la négociation avec les autres composantes de la gauche ?
Il y a eu un accord entre EELV et le Parti de gauche et le mouvement « Régions et peuples solidaires », pour mettre en place une plate-forme citoyenne où chacun peut s’exprimer et dire ce qu’il attend des prochaines élections régionales. Dans notre démarche, encore une fois, ce ne sont pas les accords d’appareils qui priment, mais le projet. Notre objectif est de redonner du sens et de l’honneur à la politique. Par ailleurs, si d’autres composantes du Front de gauche, dont le PCF, veulent se joindre à nous, la porte est ouverte. Des contacts ont lieu également avec Nouvelle Donne.

Quelle est la nature des objectifs discutés au sein de la plate-forme que vous évoquez ?
Nous travaillons sur un projet qui réunit à la fois des valeurs humanistes, écologiques, sociales et solidaires.

Vous faites état de valeurs universelles liées à l’écologie, or vous entendez ancrer EELV à gauche ; pourquoi ?
Effectivement l’écologie transcende toutes les bannières politiques. Cependant, pour faire de l’écologie, il faut aimer la vie en général. Pas seulement l’humain ! On a souvent reproché à l’écologie d’être soit la politique des petits oiseaux et des arts, soit d’être punitive. Or, l’écologie politique c’est d’amener cette vision de l’amour de la vie à des réalités qui soient à la fois sociales et solidaires. C’est pour cela qu’à mes yeux, nous devons nous inscrire dans une politique résolument à gauche.

Le Front National à plus de 20 % dans le Lot lors des Départementales, qu’est-ce que cela vous inspire ?
candidats qui ne sont pas proches des gens et qui de surcroît usent d’une dialectique de gauche. Face à la démagogie développée par le Front National, il faut se rassembler et montrer notre force. Rien de mieux que l’écologie pour se retrouver et dresser un rempart contre le FN, avec une pratique de la politique qui soit saine.

Comment percevez-vous le projet d’un golf face à Saint-Cirq-Lapopie, évoqué devant le président de la République ?
Lorsque j’ai entendu parler de ce projet, les bras m’en sont tombés ! D’une part, nous sommes sur une zone en tout ou partie classée Natura 2 000 et on serait prêt à défigurer la crête face à Saint-Cirq-Lapopie ! Quand on sait les besoins en eau considérables que nécessite l’entretien d’une pelouse de golf… Je ne vois pas comment on peut associer, comme le font certains, le mot golf et écologie. C’est ce que l’on appelle du « greenwashing » ; une mascarade écologique ! Je pense que nous devons inviter les populations à réfléchir sur leur avenir. Derrière cela on oublie les enjeux pour notre région. Comment se manifeste le tourisme à Saint-Cirq-Lapopie ? Comment sommes-nous reçus dans les bars ? Comment se retrouve-t-on ponctionné par des tarifs exorbitants ? Jusque dans le stationnement ! Où est le tourisme social ? Où est le tourisme durable ? Plutôt que d’imaginer un golf, il est grand temps de repenser la dimension touristique dans son ensemble. Ceux qui viennent chez nous en vacances, c’est justement en raison de cet environnement spécifique qui caractérise le département, marqué du sceau de l’authenticité. Un environnement que nous avons su préserver jusqu’à aujourd’hui et que nous ne devons pas laisser détruire.