H. Tiegna à la tête du projet de loi « Energie-Climat

Huguette Tiegna, députée du Lot, nommée à la tête du projet de loi “Energie-Climat”, précise les objectifs de réduction des énergies fossiles et les solutions alternatives.

Suite à la présentation par le Premier ministre du projet de loi « Énergie-Climat » en Conseil des ministres le 30 avril, Mme Huguette Tiegna députée de la deuxième circonscription du Lot a été nommée responsable de ce projet de loi.

 

La Vie Quercynoise : Quels sont les objectifs visés par ce projet de loi ?

Huguette Tiegna : Ce projet de loi vise la neutralité carbone à l’échelle nationale à l’horizon 2050, avec une diminution par six des émissions de gaz à effet de serre. C’est le standard le plus élevé au monde, signe de l’engagement très fort du Gouvernement en matière de transition écologique. Le texte prévoit également la réduction de la consommation primaire d’énergies fossiles de – 40 % en 2030 au lieu de l’objectif initial de 30 %, par rapport à 1990. Il prévoit d’autre part la baisse de la part du nucléaire à 50 % du mix électrique national à l’horizon 2035. Le projet de loi s’avère alors plus ambitieux que jamais et fidèle aux promesses de l’accord de Paris. Nous sommes le premier pays d’Europe à inscrire dans la loi la zéro émission nette d’ici 2050 à l’échelle nationale. Je suis fière de m’investir dans ce projet en ma qualité de responsable poursuivant ainsi mes engagements écologiques et scientifiques à l’Assemblée.

Concrètement, quelles sont les mesures que le Gouvernement a prévu de prendre et comment cela va-t-il se traduire concrètement ?

Le Gouvernement n’a pas attendu la loi « Energie-Climat » pour avancer vers la zéro émission nette d’ici 2050. Nous sommes au travail depuis le début du quinquennat. Nous mettons fin à la production d’énergies fossiles en France avec l’interdiction de tout nouveau projet d’exploration ou d’exploitation d’hydrocarbures. Le Gouvernement s’est engagé à fermer les centrales à charbon d’ici la fin du quinquennat. Par ailleurs, une volonté forte de rendre la mobilité plus propre avec des mesures comme la prime à la conversion (jusqu’à 5 000 €), l’incitation à adopter le covoiturage et le vélo avec le forfait mobilité durable jusqu’à 400 €. Mon rapport CAP 2040 sur les scénarios technologiques permettant d’atteindre l’objectif d’un arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques en 2040 est dans cette lignée également. Nous soutenons les Français qui engagent des travaux de rénovation avec le crédit d’impôt transition énergétique et le prêt à taux zéro pour tous les travaux d’isolation. Pour les plus modestes, nous avons une action ciblée : l’Agence nationale de l’habitat (Anah) leur apporte une aide plus importante et les accompagne. Dès 2020 l’ANAH permettra aux ménages modestes de percevoir toutes les aides sous forme d’une prime versée pendant les travaux. Nous nous engageons résolument dans la sortie des chaudières à fioul d’ici à 10 ans et nous accompagnons les Français pour le faire : prime à la conversion pour les chaudières (jusqu’à 3 000 €). Nous savons que la transition écologique a un coût, pour l’État, mais aussi pour les citoyens. C’est pour cela que de nombreuses primes permettent de les accompagner économiquement à cet effort d’abord individuel mais surtout collectif.

Quels nouveaux moyens sont mis en œuvre avec cette loi ?

Avec le projet de loi « Energie-Climat », nous accélérons le processus, en nous dotant de nouveaux leviers. Nous nous fixons des outils de contrôle pour garantir que nos objectifs soient atteints : Notre « Stratégie nationale bas carbone » sera révisée tous les 5 ans et pourra ainsi être ajustée et affûtée à la réalité de l’évolution de nos émissions. Nous créons un « Haut Conseil pour le Climat », qui sera en toute indépendance le gardien et la vigie de notre politique climatique. Il évaluera l’efficacité des politiques que nous mettons en œuvre pour atteindre nos ambitions. C’est inédit. Nous prenons des mesures pour accélérer les procédures de déploiement de projets d’énergies renouvelables. Cette loi marque à l’encre indélébile les ambitions de la France en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

ActuLot

Terminé avec les véhicules thermiques en 2040?

.

Encadrement du développement de l’énergie éolienne

Une méthanisation respectueuses de la biodiversité et des différents types de sols

Huguette Tiégna responsable du projet de Loi “fin de l’exploitation des hydrocarbures”

Baisse de la part du nucléaire dans la production d’électricité Huguette Tiégna prend position

Huguette Tiegna présente le plan “Place au soleil”

Huguette Tiegna membre fondatrice de “Accélérons”

.

Pour Huguette Tiegna, il faut « une transition énergétique et écologique responsable pour le Lot »

Huguette Tiegna: … infrastructures de recharge des véhicules électriques”

Huguette Tiegna: un arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques en 2040 est possible

.

.
 

3 commentaires pour “H. Tiegna à la tête du projet de loi « Energie-Climat

  1. Daniel
    mercredi, 15 mai 2019 à 06:31

    Madame TIEGNA
    Félicitations pour votre nomination à la tête d’Energie Climat pour une neutralité carbone à l’horizon 2050
    Savez vous que les méthaniseurs du Ségala que vous soutenez ne récupèrent pas la chaleur (sauf par un moteur ORC Organic Rankine Cycle dont le rendement est de 10% !!)
    Le rendement global de ces unités de méthanisation est de 43% , donc 57 % d’énergie est perdue
    Prenez le temps de faire analyser ces dossiers car de nombreux autres problèmes existent … Exigez une réelle concertation entre toutes les parties prenantes si vous voulez apaiser la situation. Des solutions vertueuses existent .. alors il vous appartient de pousser ou non dans ce sens

  2. Jean
    mercredi, 15 mai 2019 à 07:36

    Mme la député Tiegna ne connaît pas ou ne veut pas connaître la fragilité du département vis à vis de ses eaux souterraines et de ses sols calcaires fissurés.
    Les méthaniseurs du SEGALA ne sont pas des méthaniseurs à la ferme, mais des installations semi industrielles {les 4 représentent 85000 tonnes d’intrants) qui dépassent la capacité du méthaniseur industriel Bioquercy, qui n’a de bio que le nom. Ce dernier en effet importe du gaz liquéfié pour son fonctionnement !
    Son rôle dans cette commission lui permettra de conduire le Lot dans la logique des élevages intensifs associés aux méthaniseurs en projets, avec une logique de porter un type d’énergie renouvelable qui saccagera notre département à cause des digestats epandus qui ne sont absolument pas adaptés à nos sols, et par voie de conséquence le TOURISME.

  3. jean pierre j
    mercredi, 15 mai 2019 à 21:25

    Aujourd’hui, à France Culture, je me suis rendu compte des rêves de Mme la député Tiegna sur la France et le Lot en écoutant Philippe Bihouix (podcast possible)

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/ecologie-pourquoi-la-technologie-ne-nous-sauvera-pas#xtor=EPR-2-%5BLaLettre15052019%5D

    “Réchauffement climatique, pollution… Pourquoi le progrès ne nous sauvera-t-il pas ? L’ingénieur Philippe Bihouix, auteur de L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable (Seuil, 2014) et du Désastre de l’école numérique (seuil, 2016), revient avec Le Bonheur était pour demain (Seuil, 2019).”

Répondre à Jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.