Le pain et les mots, à la fête du pain, on nourrit le corps et l’esprit.

Voici les textes sur le pain qui étaient affichés à la fête du pain de La Fontade:

Livre du roi Modus et de la reine Ratio
Livre du roi Modus et de la reine Ratio

« On ne joue pas avec la nourriture »

Dimanche, vite je me prépare, on va déjeuner chez ma grand-mère. Maman passe à la boulangerie, achète du pain et un gâteau pour le repas.

Dans la voiture, à côté de moi, le pain frais me fait très envie, il est encore chaud, et semble délicieux.

Une fois que nous sommes arrivés chez grand-mère, je me charge d’apporter le pain dans la cuisine.

-Tiens ! Une petite souris est passée par là, dit mamie.

Je rougis, le pain dans la voiture n’a pas cessé de croustiller, d’émettre des sons alléchants…J’ai croqué le croûton !

-A table ! Annonce mon grand-père, et nous nous précipitons vers la grande table de la salle à manger.

En attendant le plat principal, je prends quelques miettes de pain et les avale discrètement. Nous attendons ma tante qui est encore dans la cuisine.

Je regarde grand-mère rouler ses petites boulettes de pain qu’elle dispose comme par habitude les unes à côté des autres, on dirait des flocons de neige.

Nous parlons de notre semaine en essayant de deviner quel plat va bientôt arriver dans notre assiette.

Papie est à côté de moi, lui aussi roule sous ses doigts de jardinier en retraite de la mie de pain. Il forme petit à petit un personnage étrange : il a une toute petite tête et de très grands bras, ses jambes sont courtes et le torse est bombé. J’adore ce moment d’attente et, comme chaque dimanche, grand-mère regarde l’ouvrage de mon grand-père et, d’un air semi-admirateur, lui lance :

-Louis, tu sais bien que l’on ne joue pas avec la nourriture, tu donnes le mauvais exemple à tes petits-enfants !

______________________________________________________________________________________________

« Le bruit du blé qui pousse »

Jean Michel VAUCHOT

Ce conte se passe à une époque où l’on ne mangeait jamais le pain cuit du jour. Croustillant, il était trop appétissant, on en aurait trop mangé !

Un vieux boulanger avait deux fils qu’il aimait pareillement. Or, il ne possédait pour seule richesse que son four à pain. Il fit donc un jour venir ses enfants et leur dit :

-Je donnerai en héritage mon four au premier des deux qui me prouvera son talent à le garder allumé.

A ces mots, chacun des deux garçons décida en lui-même de contenter son vieux père pour hériter du précieux bien. Les deux frères apparaissaient très différents l’un de l’autre. L’aîné était pressé, méfiant et fainéant comme une herse. Il marchait en redressant fièrement la tête.

Le cadet était patient, confiant et hardi à la tâche. Humble comme l’épi de blé quand il est mûr, il baissait le nez. Le vieillard avait préparé deux bourses en cuir pour ses fils. L’aîné, d’autorité, s’attribua la plus lourde : celle dans laquelle les pièces s’entrechoquaient. Il tendit à son frère la plus légère : celle où les doigts peinaient à saisir la piètre offrande.

Le premier fils, pressé, paya trois bûcherons et ils s’enfoncèrent tous les quatre dans la forêt. Le jeune-homme pensait qu’il lui fallait ramener de toute urgence du bois pour le four à pain. Il s’allongea sur le dos, et laissa les bûcherons abattre les arbres. Il tarda à s’endormir, agacé par le piaillement des oiseaux dénichés sous les coups de haches.

Le deuxième enfant dénoua patiemment sa bourse. Il trouva à l’intérieur des grains de blé. Il se dirigea vers le champ que louait son père. Attelant un cheval, il laboura le sol. L’animal tirait de toutes ses forces et, derrière la charrue, le fils poussait avec vigueur. Il brisa dans ses mains une motte de terre en prononçant des mots connus de lui seul, apprivoisant le sol dur qui revenait à la vie. Il enfila alors le semoir bleu autour de son bras gauche. Il regardait avec confiance devant lui, lançant à la volée les semences qui tombaient dans les sillons consciencieusement tracés. Il puisait largement dans son semoir au fond sans fin depuis qu’il y avait vidé sa bourse. Dans la poignée de blé qu’il jetait, il y avait toujours la part des oiseaux.

A son retour, l’aîné bourra le four de bois. Le brasier brûla jour et nuit dans un foyer qui n’avait plus rien à cuire depuis longtemps.

L’aîné demanda son héritage immédiatement. N’avait-il pas déjà prouvé qu’il pouvait tenir le four allumé tandis que son frère n’était pas encore rentré ? Son père lui dit :

-J’ai entendu le bruit des arbres que tu as fait abattre, mais toi, es-tu capable d’entendre le bruit du blé qui pousse ?

Point n’était besoin pour le boulanger d’attendre les moissons pour savoir qui de ses deux fils avait eu raison. L’espoir de l’épi de blé à naître gardait dans la tête du vieillard la flamme allumée plus sûrement que les cendres du four vide.

-C’est toi qui aura mon fournil, dit le boulanger à son plus jeune fils. Peu après, le vieillard mourut et le fils cadet hérita.

-Tu m’as tout pris ! lui dit son aîné.

Tu m’avais tout donné lui répondit son frère en lui mettant dans la main la bourse vide qui avait contenu les grains de blé.

______________________________________________________________________________________________

Passage littéraire de Jean GIONO

«   C ‘est du pain brun. Il n’a pas de grosses bulles dans sa mie mais de petites bulles régulières, presque comme un gâteau de cire où les abeilles font leur miel.

Il est lourd. Ce morceau est gros comme ma main, mais il pèse plus que ma main.

Je le goûte, mais bien avant, j’ai été saisi par l’odeur. Le goût est pareil. L’odeur monte à travers le palais et elle revient dans le nez comme si j’avais encore le petit bout de pain dans les doigts, et il est déjà une pâte sous mes dents du fond, et je l’avale. L’odeur et le goût restent. Le mot  « blé » a tout de suite un sens »

______________________________________________________________________________________________

Si vous avez de jolis textes sur le pain, on serait heureux que vous les mettiez en commentaire.

J’ai dit joli, mais non pas forcément jolis, des textes que vous appréciez, que vous avez trouvé ou écrit.

______________________________________________________________________________________________

Expressions

IL A MANGE DU

PAIN DU ROI

Eh non, ce n’était pas un privilège !

Au contraire, cela signifiait que l’on avait fait de la prison.

**********************************************************************************

IL PROMET PLUS

DE BEURRE QUE

DE PAIN

Se disait de quelqu’un qui promettait plus qu’il ne pouvait tenir

************************************************************************************

PAIN COUPE

N’A PAS DE

MAÎTRE

Se dit lorsqu’à table, on prend le pain d’un autre.

************************************************************************************

FINIR SES JOURS

AU PAIN

D’ANGOISSE ET

DE MISERE

On ne le souhaite à personne !

Cela signifie mourir malheureux, dans le dénuement.

************************************************************************************

IL NE VAUT PAS

LE PAIN QU’IL

MANGE

On le disait

d’un fainéant !

************************************************************************************

JEÛNER

ENTRE LA MIE

ET LA CROÛTE

DU PAIN

Se disait d’un homme que le jeûne n’empêchait point de manger !

************************************************************************************

IL N’Y A NI PÂTE

NI PAIN

AU LOGIS

Il est temps d’aller

faire des courses,

car le frigidaire est

bien vide !

************************************************************************************

IL A PLUS DE LA

MOITIE DE SON

PAIN CUIT

Triste présage !

Cela signifiait que le malheureux

Ne vivra plus longtemps !….

************************************************************************************

AVEC UN MORCEAU DE PAIN , ON TROUVE SON PARADIS SOUS UN SAPIN

Il suffit de peu pour être heureux

************************************************************************************

LONG COMME UN JOUR SANS PAIN

interminable

************************************************************************************

UNE BONNE PÂTE

Personne au caractère généreux et facile

************************************************************************************

IL VAUT MIEUX

COURIR AU MOULIN QU’AU MEDECIN

Il vaut mieux acheter du pain que des remèdes

************************************************************************************

APPORTER DE L’EAU A VOTRE MOULIN

Nourrir votre discours

d’arguments supplémentaires

************************************************************************************

METTRE LA MAIN A LA PÂTE

Participer à une tâche collective

************************************************************************************

UN MOUILLE FARINE

Un bon à rien

************************************************************************************

PAIN COUPE N’A PAS DE MAÎTRE

Quand ,à table, on prend le pain d’un autre

************************************************************************************

    • Avoir son pain cuit

    • être riche ou, moins agréable, être condamné

    • ************************************************************************************
    • Etre au pain et au couteau

    • être familier

    • ************************************************************************************
    • Faire perdre (ou passer) le goût du pain

    • tuer

    • ************************************************************************************
    • Il pleure le pain qu’il mange

    •  il est avare

    • ************************************************************************************
    • Ne pas manger de ce pain là

    •  ne pas accepter ces procédés

    • ************************************************************************************
    • Ca ne mange pas de pain !

    • Ca n’occasionne pas de dépenses, cela ne prête pas à conséquence

    • ************************************************************************************
    • Avoir du pain sur la planche

    •  être très occupé

    • ************************************************************************************
    • C’est bon comme du bon pain

    • c’est excellent

    • ************************************************************************************
    • Tremper son pain de larmes :

    • en être réduit au désespoir et au pain sec

    • ************************************************************************************

      Pour une bouchée/un morceau de pain

    •  pour une petite somme

    • ************************************************************************************

      S’enlever comme des petits pains :

    • se vendre facilement

              ************************************************************************************

Manger son pain en son sac

: en cachette

************************************************************************************

Gagner son pain (à la sueur de son front) :

gagner sa vie

************************************************************************************

Enlever le pain de la bouche :

priver de quelque chose

************************************************************************************

C’est pain bénit :

c’est une aubaine

************************************************************************************

C’est mon gagne-pain

c’est mon métier

************************************************************************************

Manger son pain blanc

traverser une période particulièrement faste.

************************************************************************************

Manger son pain noir

traverser une période particulièrement néfaste

************************************************************************************

Oter le goût du pain à quelqu’un

lui enlever l’envie de vivre

************************************************************************************

Le pain de vie

la parole de dieu dans la religion catholique romaine

************************************************************************************

Promettre plus de beurre que de pain

être dévoré par l’orgueil

************************************************************************************

Manger un pain trempé de larme

 payer cher pour quelque chose

************************************************************************************

Avoir peur de manquer de pain

être inquiet de l’avenir

************************************************************************************

Savoir de quel côté son pain est beurré

être opportuniste

************************************************************************************

Etre à l’eau et au pain sec

être ruiné mais aussi être puni

************************************************************************************

Ne pas vivre que de pain

ne pas être trop matérialiste

************************************************************************************

Avoir son pain cuit

avoir sa subsistance assurée

************************************************************************************

Vendre son pain avant qu’il ne soit cuit

être présomptueux ou imprudent

************************************************************************************

Manger le pain des assassins

profiter de leurs crimes

************************************************************************************

Faire de quelque chose son pain quotidien

en faire une habitude

************************************************************************************

Il a plus de la moitié de son pain cuit

il ne vivra plus longtemps.

************************************************************************************

Il ne vaut pas le pain qu’il mange : il est fainéant !

Il promet plus de beurre que de pain : se dit de quelqu’un qui promet plus qu’il ne peut tenir

 

Finir ses jours au pain d’angoisse et à l’eau de misère

mourir malheureux, dans le dénuement.

************************************************************************************

Il a mangé du pain du roi

il a fait de la prison.

************************************************************************************

Il n’y a ni pain ni pâte au logis

il n’y a plus rien à manger !

************************************************************************************

Jeûner entre la mie et la croûte du pain

se dit d’un homme que le jeûne n’empêche point de manger !

************************************************************************************

C’est un pain bien dur

se dit d’une situation fâcheuse

************************************************************************************

Etre né avant son pain

orphelin sans ressource

************************************************************************************

Le pain des pauvres

expression familière pour dire “faire l’amour”

************************************************************************************

Manger du pain rouge

vivre d’assassinat

************************************************************************************

Manger le pain d’un autre

être son domestique.

CONNAISSEZ-VOUS

D’AUTRES

EXPRESSIONS LIEES

AU PAIN ?