les agriculteurs contrôlent les origines des viandes dans les supermarchés

 

agriculteurs supermarchéLes barrages ont été levés, mais pour la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs du Lot, le combat continue sous la forme d’un contrôle des origines des viandes. Ainsi une trentaine d’adhérents des deux syndicats ont investi les grandes surfaces de Saint-Céré et Biars. Les contrôles ont été réalisés dans les centres commerciaux Lidl, Leader-Price, Leclerc… Véronique Lacaze responsable syndicale nous précise : «Ce constat fait partie d’un processus ayant pour but de cibler au niveau départemental, puis au niveau national, les enseignes qui ne jouent pas le jeu, afin de pouvoir agir en toute connaissance de cause». Dominique Clamagirand de la FDSEA renchérit : «Le constat montre que l’origine de la viande n’est pas très claire chez Leader Price et Lidl.»

 Selon les manifestants, le plan gouvernemental n’a rien solutionné, parce qu’il ne répond pas aux véritables problèmes. Le représentant syndical poursuit : «Les prix payés aux producteurs sont les suivants : 0,30 euro pour le litre de lait revendu 0,80 ; 3,60 euros le kg payé et 13,22 euros à la revente pour le bœuf ; 1,30 euro le kg payé et 7,30 euros à la revente pour le porc, 5,90 euros le kg payé et 14,03 euros le kg à la revente pour l’agneau. Pourtant c’est l’agriculteur qui créé l’emploi, entretien la terre et… Qui vend à perte ! À qui profite la marge ?» Afin d’informer la clientèle des enseignes ciblées des stickers Viande de nulle part ont été apposés sur les viandes concernées.

1 commentaire pour “les agriculteurs contrôlent les origines des viandes dans les supermarchés

  1. jevouslis
    vendredi, 31 juillet 2015 à 10:35

    Il y a quelques commentaires désobligeants pour les agriculteurs, je suis d’accord que dans une démocratie le pouvoir ne doit pas être dans la rue, mais le pouvoir n’est-il pas toujours le résultat d’un rapport de forces; Le rapport de force des agriculteurs évolue à leur détriment, ils sont de moins en moins nombreux. en ce moment leur situation n’est pas enviable. C’était prévisible, la libération des prix provoque inévitablement leur instabilité, mais il y a des moyens pour pallier ces problèmes, ils n’ont pas été pris, il est encore temps…
    Je ne souhaite pas que l’on se déprécie dans le blog. La critique est bonne si elle porte sur des décisions, des actes mais pas sur des personnes.

Les commentaires sont fermés