Les Inuits, collection du Prince de Danemark à Cahors

 

Tupilaks, créatures magiques

Tupilaks, créatures magiques

L’exposition est construite autour de la collection d’art populaire inuit appartenant à son Altesse Royale le Prince Consort Henrik de Danemark. Depuis cinquante ans qu’il vit au Danemark, le Prince Consort s’est rendu une quinzaine de fois au Groenland. Il a ramené de ses voyages de nombreux objets. Il présente au Grenier du Chapitre un tiers de sa collection.

Après avoir traversé le Canada, les premiers hommes venus d’Alaska se sont installés au Groenland il y a 4 500 ans. Les objets de la collection du Prince Consort, présentés dans la salle située à l’étage, sont liés à la vie quotidienne des Inuits (jouets pour les enfants, aiguilles à coudre…), au chamanisme, à la chasse (lances, kayaks…)…. Comme tout art dit primitif, l’art groenlandais n’a pas pour fonction première la décoration ou l’ornementation. Pourtant, ces objets en os, en ivoire de morse, en pierre ou en bois de renne se révèlent d’une grande beauté.

Créatures magiques

Les sculptures les plus étranges sont sans aucun doute les tupilaks. Ces créatures horrifiques sont considérées comme magiques. Elles sont envoyées pour différentes missions, comme par exemple tuer un ennemi. La première représentation d’un tupilak date de 1905 et est l’œuvre d’un chaman. On l’avait persuadé de réaliser deux personnages afin de rendre visible ce qui auparavant était caché aux non-initiés. Des tambours et des masques utilisés lors des séances de chamanisme sont également exposés.

Comme tout art dit primitif l’art groenlandais n’a pas pour fonction première la décoration ou l’ornementation et ce n’est que récemment que les Groenlandais ont trouvé un mot dans leur langue pour traduire le mot « art »: erqumitsuliaq. Littéralement : « ce qui est étrange ». Pourtant cette exposition révèle chez leurs créateurs, anonymes ou non, un grand sens de la beauté où les matières utilisées, les formes et les coloris donnent au spectateur un véritable plaisir esthétique. Les objets usuels sont à la fois pratiques et beaux. D’autres objets comme les fameux tupilaks, petites figures faites en matériaux divers, bois, ivoire, pierre ou même ossements humains, sont là pour établir un lien entre le monde des humains et les puissances surnaturelles qui gouvernent leur vie.

La salle du rez-de-chaussée du Grenier du Chapitre présente une série de planches de bande dessinée de l’artiste Nuka K. Godtfredsen. S’appuyant sur les recherches menées par le Musée National de Copenhague, l’auteur nous plonge dans la vie des Inuits de façon très détaillée. Une bande-son créée spécialement accompagne cette présentation de dessins. Un film sur une expédition d’artistes et de scientifiques, partis au Groenland sur un trois-mâts, complète l’exposition « Pour l’amour du Groenland ».

Cette exposition permet de découvrir ce peuple, qui vit dans des conditions particulièrement difficiles. Elle révèle le respect des Inuits pour la nature et les animaux qui les entourent. Une exposition à ne pas manquer…

Exposition « Pour l’amour du Groenland » à voir jusqu’au 30 août au Grenier du Chapitre, rue St-James. Horaires : 10h-12 h 30, 13 h 30-18h, tous les jours sauf le mardi. Entrée gratuite.

Étiquettes: