Manifestation à Cahors pour la défense du Frau

Gilles Villard, maire de Lavercantière

Gilles Villard, maire de Lavercantière

Nombreux sont ceux qui sont venus manifester ce samedi matin à Cahors afin que l’extension demandée par la carrière Imérys soit refusée. La carrière demande une extension au détriment des  vergers à graines de Lavercantière dans la zone du FRAU, milieu écologiquement fragile et riche en diversité biologique.

Les vergers à graine ont été créés par l’Etat afin d’améliorer la qualité génétique des graines et des plants forestiers.

Les vergers à graines de l’Etat représentent l’aboutissement de plusieurs dizaines d’années de travaux des organismes de recherche et de développement forestiers français, impliqués dans la sélection et la multiplication de matériel génétique forestier de qualité. Résultat d’un investissement public majeur de plusieurs dizaines de millions d’Euros consenti 40 ans durant

Nombre de descendances d’arbres sélectionnés et aujourd’hui disparus en forêt ne sont représentées qu’à Lavercantière.

Depuis 15 ans la carrière informe très mal les autorités locales. Par exemple sur ses besoins de terres pour l’exploitation et sur des problèmes survenus pendant les travaux.
Concernant le besoin de terres : ce sont 3,5 hectares exploités par an au lieu d’un hectare, et cela depuis 15 ans. La carrière s’est implantée sur 53 hectares au lieu de 15 hectares prévus.

La nature a été très endommagée Les replantations d’arbres n’ont pas restauré une zone unique, c‘est perdu pour des dizaines d’années.

La nature dans ce milieu fragile s’est organisée au cours de très longues années et en aucun cas ne pourra retrouver son équilibre écologique avant bien longtemps, même en tenant compte d’éventuelles et hypothétiques réparations.

Le site du Frau dans son ensemble renferme des richesses florales qui préservent et entretiennent la présence d’insectes indispensables à l’agriculture comme les pollinisateurs, gravement menacés aujourd’hui. Cette faune subit depuis ces dernières années des agressions répétées qui la mettent en danger comme l’atteste la diminution de toutes les espèces en Europe de l’Ouest. Le site du Frau dans sa totalité représente une réserve écologique faune-flore de grande qualité et mérite sur le plan naturaliste le plus grand respect.

Monsieur Gilles Villard, maire de Lavercantière et Madame Geneviève Lagarde conseillère départemental ont pris la parole

Michel Grinfeder, le président du Gadel (le groupement associatif de défense de l’environnement du Lot) s’est joint aux manifestants réunis devant la préfecture. «Personne ne veut remettre en cause la carrière qui est activité depuis quinze ans, nous sommes opposés à un projet d’extension»

APSMB Association de défense du Frau

La Dépêche

20150620_112802