Peyrilles: Céline interviewée par La Dépêche

célineAu cours d’une soirée organisée par le Social club de Peyrilles nous avons découvert, en première partie d’un spectacle vocal, un talent inconnu, en la personne de Céline Courret, une jeune habitante de Peyrilles, qui a interprété des chansons du répertoire de la chanteuse Edith Piaf. Nous sommes allés à sa rencontre.

Bonjour Céline, avant de parler de votre passion, qui êtes-vous ?

Je suis née dans le 14earrondissement de Paris. Je suis arrivée dans le Lot en 1996 où je vis avec mes deux filles et mes animaux, entourée d’amis lotois fort généreux et chaleureux.

D’où vous vient ce goût pour la chanson française ?

Dans ma famille, du côté paternel, chacun est musicien ou chanteur autodidacte, avec une bonne oreille musicale. Je suis amoureuse des beaux textes et j’apprécie particulièrement la génération des Brel, Brassens, Réggiani…

Vous êtes jeune et Edith Piaf n’est pas de votre époque.

Pourquoi la «môme Piaf» ?

C’est assez intime et difficile à expliquer. À la suite d’une maladie déclenchée en 2010, j’ai été obligée d’arrêter mon travail. Pendant la période de traitement, j’ai eu l’occasion de visionner le film «La môme» qui m’a provoqué un véritable déclic. Le rapport qu’entretient Edith Piaf avec la douleur est assez similaire à ce que j’ai pu éprouver pour moi-même. Ce qui me la rend proche de cœur et d’âme.

Quelle est la chanson de son très long répertoire que vous préférez et pourquoi ?

Oh la la ! Si je devais vraiment choisir, ce serait «les mômes de la cloche» son tout premier enregistrement en 1936. C’est du reste avec cette chanson que j’ai entamé le spectacle au château de Peyrilles.

Aurons-nous l’occasion de vous réentendre prochainement ?

Difficile à dire dès maintenant. J’avais envisagé d’arrêter de chanter. Puis cette soirée m’a redonné le goût et le plaisir d’être sur scène, d’être en communion avec le public, à partir d’un mot, d’une expression.

1 commentaire pour “Peyrilles: Céline interviewée par La Dépêche

  1. chaussemaryse
    jeudi, 1 octobre 2015 à 10:15

    petite Celine ! je connaissais tes dons pour le gospel mais pas du tout pour Edith ! je regrette de ne pas t’avoir entendue mais je ne suis qu’épisodiquement à Peyrilles . Continues et peut être aurais-je la chance de me trouver là lors d’un de tes prochains concerts . Courage pour tes souffrances et gros bisous . Maryse

Les commentaires sont fermés