«quinzaine de la Vallée du Lot » 10 restaurants bruxellois proposaient leur menu de vallée du Lot.

bruxelles vallée lotDirectrice de l’Entente interdépartementale du bassin du Lot depuis plus de 10 ans, Marie-Hélène Privat a vu la vallée se développer petit à petit, la qualité de ses eaux s’améliorer, ses structures s’installer. Aujourd’hui elle reste au cœur du dispositif et gère la promotion du territoire.

«Avec la vallée du Lot, nous avons un superbe outil. On ne s’en rend pas forcément compte au quotidien, mais les touristes savent nous le rappeler.» Maintenant il faut le promouvoir.

«L’effort en faveur du tourisme est désormais un travail bien ancré, qui a pris un bon rythme», explique-t-elle. «Les comités départementaux du tourisme ont chacun leur rôle et l’Entente mutualise ce qui peut (ou doit) l’être». À commencer par le recrutement des futurs vacanciers. Principales cibles : les marchés britannique et belge.

Les sujets de sa gracieuse majesté ont été les premiers visés, notamment à travers la participation au marché de Coven Garden. Aujourd’hui ce sont les Belges qui font l’objet de toutes les attentions. Là encore, c’est le gigantesque marché de Bruxelles qui a permis d’entreprendre les premières opérations de séduction.

Cette année, changement de stratégie : l’Entente proposait la «quinzaine de la Vallée du Lot » (elle vient de se terminer) : en s’associant à une dizaine de restaurants bruxellois qui proposaient leur menu de vallée du Lot. Foies, salaisons, aligot, fromages, vins… Le terroir de la vallée à toutes les sauces !

La mise en exergue de divers produits emblématiques sont autant de tentations pour le chaland, qui découvre en même temps les (autres) merveilles de la vallée du Lot à travers diverses animations proposées en parallèle. Énorme succès.

La promotion du tourisme passe désormais par l’association du territoire et des produits agro-alimentaire des cinq départements. «C’est une nouvelle orientation, elle a de l’avenir», lance Marie-Hélène Privat. «On ne peut pas dissocier le territoire de ses producteurs et de ses productions».


L’oustal de la vallée à Bruxelles?

«L’oustal de la Vallée du Lot» verra-t-il le jour à Bruxelles ? Le projet est sur les rails, il ne reste qu’à démarrer la machine.

L’idée est de créer un «pied-à-terre» de la Vallée du Lot à Bruxelles qui assurerait en permanence la promotion des cinq départements et de leurs produits : un office de tourisme, un petit restau, un bar à vin… Tout peut être imaginé, le projet reste à finaliser.

Un site a déjà été repéré au centre de la Capitale de l’Europe.