Régionales: les candidats Labarthe et Pradié présentent leur liste

régionV. Labarthe : «Notre liste est cohérente»

«Nous avons dans notre liste plusieurs professions libérales, un agriculteur, un étudiant, une retraitée ; géographiquement, nous sommes l’expression d’une couverture territoriale large et même dans les âges, nous représentons un panel qui va de 22 à 62 ans». Vincent Labarthe conclut : «on a réussi à construire une liste tout à fait cohérente». Le conseiller régional PS sortant, maire de Saint-Colombe et ses 6 colistiers étaient hier soir à Montcuq. La campagne ne fait que commencer et il y a du pain sur la planche puisque l’équipe a bien l’intention de parcourir d’ici le scrutin les 340 communes. Tous affichent un grand sourire , satisfaits d’aller au contact des citoyens et des élus jusque dans les plus petits villages. Il y a Geneviève Lasfargues PRG, conseillère régionale sortante (elle présidait au sein de la Région la commission artisanat , commerce, petites entreprises), Habib Fenni le maire PS de Sarrazac, vice président du pôle de Martel à Cauvaldor, Zargha De Abreu avocate élue au Vigan «sans étiquette mais foncièrement de gauche», Raphaël Daubet, PRG, maire de Floirac, vice-président de Cauvaldor, chirurgien dentiste à Martel, Françoise Faubert adjointe PS à la Culture à Cahors, et Alexandre Charpy , étudiant en Doctorat responsable des jeunes socialistes du Lot. Dans leurs discussions engagées avec les maires , les habitants, les responsables économiques, les grandes lignes du programme commencent à se dessiner Ruralité, santé, politiques territoriales sont des thèmes qui reviennent. «Si nous sommes aux affaires, assure Vincent Labarthe, nous créerons une Maison de la Région dans chaque département et des centres de santé. J’espère bien que le premier sera ouvert dans le Lot».


A. Pradié : «La liste FN est inutile au Lot»

Trois composantes, Les Républicains (LR), l’UDI et la société civile, forment la liste d’union présentée hier à Cahors par Aurélien Pradié, maire LR de Labastide-Murat, tête de liste pour le Lot aux Régionales. «C’est une liste d’expérience et de renouveau», insiste-t-il. «Elle s’appuie sur des compétences professionnelles. Nous avons des conseillers municipaux avec nous. C’est important, car la base de l’engagement politique passe d’abord par une responsabilité municipale», souligne-t-il. Illustration avec Brigitte Rivière (LR), conseillère municipale de l’opposition à Cahors et médecin nutritionniste : «Professionnellement, j’ai toujours eu la volonté de m’occuper des autres. Par le biais de mon engagement municipal, je considère que je m’occupe des autres d’une autre manière. Pour moi, la politique est un outil», considère-t-elle. Les autres membres de la liste défendent aussi des valeurs propres à leur personnalité. «Le travail, le courage et la solidarité», énumère le coureur pédestre Sébastien Nodari (LR), tandis que Carole Leduc (LR), conseillère en économie sociale et familiale demeure «sensible aux enjeux de l’action sociale». Pierre Destic (Divers droite), maire de Saint-Céré, se dit «attaché à ce territoire». Il y est né. L’homme du Figeacois Jean-Paul Monthioux (UDI), puis la responsable d’entreprise gourdonnaise, Marie-France Pradel (société civile), souscrivent également au programme qu’Aurélien Pradié décline en trois axes : «L’emploi et la formation des jeunes, l’agriculture et la santé». Il a ensuite visé le Front national : «La liste FN est inutile au Lot. C’est une liste de petits soldats envoyés par Marine Le Pen pour relayer son discours national. Aucun d’entre eux n’est impliqué dans le Lot». Bref, Aurélien Pradié passe à l’offensive contre la politique oisive.