Rentrée: Des effectifs à la hausse.

rentrée2Des effectifs à la hausse dans plusieurs établissements scolaires de classes de maternelle, primaire et secondaire ont provoqué de vives réactions hier dans le Lot.

Des enseignants du collège Gambetta ont observé, hier, une après-midi de débrayage.Nous avons reçu des listes de classes de 6 ° avec 30 élèves, et une à 31 élèves.

“Il y a des tensions sur Le Vigan élémentaire qui n’étaient pas prévues”, «À Duravel, 100 élèves ont été comptés hier, comme prévu, ce qui donne un bon espoir pour que le poste soit remis sur le RPI Vire-Touzac- Duravel », indique la  secrétaire départementale UNSA.

A la maternelle de Bretenoux. «Les prévisions sont dépassées, ils arrivent à 62 élèves pour deux classes, ça fait plus de 30 élèves par classe. Souillac élémentaire et Saint-Céré élémentaire sont également au-delà des prévisions. Le conseil départemental de l’Éducation nationale se réunit cet après-midi sous la présidence de la préfète au lycée Clémen-Marot. À 17 heures, la commission administrative se tiendra à l’inspection académique pour déterminer les affectations des enseignants sur les postes à pourvoir.

“Pour alléger le collège Gambetta, nous aurons une réflexion à mener avec le conseil départemental. L’ouverture du collège de Luzech devrait permettre de revoir la sectorisation. Il y a 211 élèves de 6° inscrits au collège Gambetta, et il faut les faire vivre”. indique l’inspecteur d’académie.

La Dépêche

maternelle

2 commentaires pour “Rentrée: Des effectifs à la hausse.

  1. jevouslis
    vendredi, 4 septembre 2015 à 09:42

    Les syndicats de l’éducation nationale de la FSU (SNUIpp, SNUEP et SNES) ont dressé le bilan d’une rentrée scolaire en demi-teinte.

    «Dans le premier degré les effectifs sont montés dans certains endroits, notamment sur le RPI Mier-Alvignac-Rocamadour, la maternelle de Bretenoux où il y a 64 enfants pour deux classes. Il n’y aura pas d’ouverture», remarque Céline Sompayrac. «Cette année, on a tous une année de rythme à quatre jours et demi. Il y a beaucoup de surmenage des enfants, même si c’est compliqué à chiffrer. Dans certaines écoles, les activités périscolaires sont payantes. Par ailleurs, on ne devait pas avoir de stagiaires, on en a 20 à mi-temps dans le Lot. Ce n’est pas pour le Lot mais pour Toulouse. Nous sommes loin du discours de la ministre sur la refondation de l’école», ajoute Céline Sompayrac.

    «Concernant l’enseignement professionnel, il y a 7 lycées dans le Lot. Il n’y a pas de gros problème, néanmoins, il manque deux postes au lycée professionnel Clément-Marot à Cahors», indique Yves Ginesta. «Pour le second degré, techniquement la rentrée fonctionne relativement bien. Trois établissements, Salviac, Puy-l’Évêque, Montcuq annonçaient des effectifs à la hausse. L’inspection académique a ouvert des divisions. Ce n’est pas une rentrée sans couac. Sur Cahors, au collège Gambetta, il y a des effectifs surchargés. Les collègues avaient alerté. On manque de moyens de façon récurrente pour assurer ce qui est obligatoire avec souplesse», déplore Yves Françoise, co-secrétaire départemental FSU. «Au cours de l’année, on craint que des remplacements ne soient pas assurés, car il n’y a pas le personnel nécessaire», conclut Yves Francoise.

    Hier à Castelnau, il manquait deux professeurs au collège Émile Vaysse.

    La Dépêche du Midi

  2. jevouslis
    jeudi, 3 septembre 2015 à 09:30

    Le conseil départemental de l’Éducation nationale s’est tenu hier jusqu’en début de soirée, au lycée Clément-Marot à Cahors, sous la présidence de la préfète. Quatre conseillers départementaux, un maire et un représentant de la FCPE étaient présents.

    Une commission administrative a suivi en fin d’après-midi à l’inspection académique, afin de déterminer les affectations des enseignants sur les postes à pourvoir dans des établissements du Lot. Quelques points chauds se présentaient sur le RPI de Vire-Duravel-Touzac, celui de Miers-Rocamadour-Alvignac, ainsi que l’école primaire de Souillac et la maternelle de Bretenoux. Le directeur académique des services de l’Éducation nationale Guillaume Lecuivre avait fait des propositions avec notamment la remise d’un poste sur le RPI de Vire, où 100 élèves ont été comptés, comme cela était prévu (lire également page 22). Il a confirmé hier la remise d’un poste sur ce RPI, comme cela avait été demandé en concertation avec les élus.

    «La mauvaise nouvelle, c’est qu’il n’y aura aucune autre création, ni sur la maternelle de Bretenoux, ni sur l’école primaire de Souillac», indique Christine Laverdet, secrétaire départementale SE-Unsa. «Le dernier poste en réserve qui restait sur la dernière carte scolaire a été utilisé pour l’école élémentaire de Saint- Céré. L’inspecteur d’académie nous a proposé de fermer un poste sur Aynac pour ouvrir à Bretenoux, ce que globalement nous avons refusé car on ne ferme pas un poste lors d’une rentrée scolaire. Le bilan de cette rentrée scolaire fait apparaître une baisse des moyens», conclut-elle.
    http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/03/2169717-l-ia-a-tranche-un-poste-remis-a-vire.html

Les commentaires sont fermés