Tracteurs, foin, fumier, les agriculteurs demandent une rémunération plus juste

agriculteursIls étaient environ 300 à Cahors, Figeac, Gourdon et Biars-sur-Cère avec cinquantaine de tracteurs et d’engins chargés de foin et de fumier. Le coup de gueule des exploitants lotois, soucieux de communiquer «leur exigence d’une politique rémunératrice plus juste», s’est matérialisé devant des grandes surfaces où le foin et le fumier embarqués ainsi que du lait ont été déversés en grande quantité. À Cahors, les magasins Carrefour et Leclerc ont été les premières cibles des agriculteurs.

La situation a été plus tendue à Leclerc où des représentants de la direction du magasin se sont interposés. Pas de bagarre, mais des échanges verbaux nourris.

«Notre premier souci, c’est d’expliquer les injustices que nous vivons au quotidien. Pour 100 € de produits alimentaires achetés par le consommateur, seulement 8 € reviennent à l’agriculteur. C’est scandaleux», s’insurge André Delpech, président du syndicat ovin du Lot. Les agriculteurs attendent des réponses urgentes. À Figeac, les manifestants ont déversé de la terre, des vieux pneus et palettes sur les escaliers de la sous-préfecture. Ils se sont ensuite dirigés en convoi jusqu’au centre Leclerc où les chariots ont été déplacés vers les accès de l’entrepôt. Des pneus et des palettes ont été laissés sur place, bloquant tout accès. Dans le nord du Lot, le Lidl de Bretenoux et le Leclerc de Biars ont été ciblés. Routes coupées, gravats, pneus et foin déversés sur les parkings… Les exploitants étaient déterminés, comme à Gourdon où 30 tracteurs ont convergé vers les supermarchés de la ville. Un mannequin a été installé devant la sous-préfecture pour symboliser la mort de l’agriculture… si rien n’évolue bien sûr. Dans ce cas, les exploitants comptent passer à l’acte de manière plus intense. Ça promet !

La Dépêche