un supermarché dans la rivière

La rivière Lot, grande poubelle à ciel ouvert. S’y plonger permet de l’affirmer sans aucun détour. Des plongeurs expérimentés et des pêcheurs ont fait quelques prises étonnantes et parfois polluantes dans le lit du Lot, à Cahors.Leur inventaire est éloquent.Mettez des gants, on y retourne…

Les pêcheurs et les plongeurs adorent généralement les fruits de mer. En rivière, hier, le fruit de la pêche des membres de clubs de plongée Les Compagnons de Neptune (Cahors), de l’association Canom (Montauban) et des adhérents de la société de pêche de Cahors (AAPPMA) fut d’une autre nature.

Sur les berges du quartier de la Croix-de-Fer, à l’arrière de l’ancienne piscine, une équipe attendait patiemment l’arrivée des plongeurs jamais bredouilles, à bord de bateaux chargés de carcasses de vélomoteurs, cadres et roues de vélos, moteurs de voitures, appareils électroménagers, tuyaux métalliques, éviers en céramique, machines à laver, réfrigérateurs, chariots de supermarchés… Reprenez votre souffle. Vous êtes hors de l’eau ! Les déchets cités aussi. Ils sont directement embarqués dans une immense benne confiée par le Grand Cahors à cette équipe d’une quarantaine de personnes.

Jetés à l’eau après des vols de cuivre

En dépit des innombrables et déplorables découvertes effectuées dans le lit de rivière, le bilan que dressait hier Claude Gélis, président des Compagnons de Neptune, n’était pas le pire de ces dernières années.

«Certes, nous avons encore trouvé de nombreux objets, ainsi que des bâches en plastique, mais moins que les années précédentes où nous avons déjà extrait de l’eau des carcasses de voitures. Les gens semblent sensibilisés à la propreté», estime-t-il. Au même instant, un nouveau bateau approche des berges. À bord, des tubes et des moteurs. «C’est souvent tout ce qui demeure de vols d’appareils contenant du cuivre. Cette matière est revendue. Pas le reste», observe Claude Gélis satisfait de l’aide apportée par le Grand Cahors. «Nous souhaitions aussi la participation du conseil départemental sollicité vainement», dit-il avec une pointe d’amertume. Le Lot, copieusement souillé est lavé d’une partie de ses ordures retirées sur une distance d’un kilomètre en aval et en amont des berges de la Croix-de-Fer.

Des cadres de vélos volés ont été repêchés face au site de Cahors Plage. Durant l’année, la rivière semble idyllique et accueillante.

En surface seulement. Méfiez-vous de l’eau qui dort… au-dessus d’une poubelle.


Quand la voiture bélier devient poisson

Les objets trouvés hier vont alimenter directement d’autres bennes : celles de la déchetterie. Le tout sans passer par la case police pour identifier un vélo volé ou un vélomoteur rouillé. «Il n’y a pas d’enquête après ce type de trouvaille que nous effectuons cinq fois par an. C’est la fréquence de nos opérations de nettoyage de la rivière», détaille le président du club Les Compagnons de Neptune. Seule exception : les voitures sommeillant au fond de la rivière. Celles-ci sont soumises aux enquêteurs, car elles peuvent avoir été utilisées comme véhicule bélier pour procéder à un casse. Bélier avant de devenir poisson.