Une institutrice raconte…

Annie Pélissié, ancienne institutrice, vient de sortir un recueil d’histoires récoltées tout au long de sa carrière, «Il est où le Zitoine ?». Il est illustré par Christian Verdun.

Avec «Il est où le Zitoine ?», Annie Pélissié n’en est pas à son coup d’essai. Elle avait déjà sorti l’année dernière un livre «J’étais visiteuse de prison», fruit de sa rencontre avec les détenus. Aujourd’hui, elle en sort un nouveau lié, cette fois-ci, à son passé d’institutrice.

«J’ai écrit un petit morceau de temps en temps, quand les souvenirs remontaient. J’ai certainement dû oublier une ou deux anecdotes intéressantes, mais celles que j’ai publiées dans ce livre sont pour moi les plus importantes», indique-t-elle.

Toutes les histoires sont véridiques même si, dans de rares cas, certains prénoms ont été changés. Beaucoup d’anciens élèves du Groupe sud de Cahors, de Mauroux, de Saint-Martin-Labouval ou de Meyronne pourraient bien se reconnaître dans ce livre.

Elle y délivre des anecdotes qu’elle a recueillies tout au long de sa carrière. «La soupe au Zitoine d’où vient le titre du livre remonte à mes débuts en Tarn-et-Garonne». Comme dans son premier livre, ce sont des histoires très courtes qui peuvent faire sourire parfois mais qui sont surtout un hymne à la tolérance. «Pour moi le métier d’institutrice consiste à donner des consignes pour vivre en harmonie dans la classe ; mais en aucun cas de rentrer dans la tête des enfants», insiste-t-elle.

Quant au format très court, elle l’explique par la volonté de ne pas se mettre en scène. «Les enfants dans ce livre, comme les détenus dans mon premier ouvrage, ont davantage de choses à dire que moi. Je ne suis là que pour transmettre. Il s’agit d’un simple témoignage qui permet de démontrer que les enfanttttts pensent par eux-mêmes et que nous n’avons pas à intervenir».

Le livre, édité chez Tréboulou édition, comprend aussi entre les anecdotes des illustrations de Christian Verdun, un artiste plasticien vivant à Arcambal.

On peut le trouver à la Maison de la presse, boulevard Gambette à Cahors, ou au tabac La Civette, rue nationale à Cahors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.