Festivals Fêtes Salons

Vide Greniers

Festivals Fêtes Salons

Gourdon

 

Les rencontres estivales

Médiévales

Lavercantière, Rampoux, Degagnac

Estivale Occitane

 

Gindou

Gindou Cinéma du du 18 au 25 août

 

Montcléra

Festival des Vieilles mécaniques

Cahors

Juin-Jardins

1er au 3 juin Festival

8 au 10 juin Parcours Paysage

Eté Expos

Festival Cinédélices,

Cahors Blues Festival

 

Traces contemporaines

 

Souillac

Souillac en Jazz

Figeac

 Gramat

Les Musicales du Causse démarrent le 21 avril 2018 jusqu’au 13 octobre

Thégra

Fête de la Noix,

Martel

Festival Mexicain

Cajarc

Fête du Safran

 

Africajarc

 

L’Écaussystème

 à Gignac 27, 28 et 29 juillet

St Cirq La Popie

Médiévales 

Festival de Saint Céré

18 juillet au 18 aout

Festival de l’abbaye de Marcilhac

 

Festival international de guitare de Puy-l’Évêque

 

Rocamadour

Festival de musique sacrée

Aujols

Les heures musicales d’Aujols, musique classique

Aurillac

Festival International de Théâtre de Rue d’Aurillac

 

 

 

 

 

3 commentaires pour “Festivals Fêtes Salons

  1. Rolande Courbier
    mardi, 24 mai 2016 à 00:21

    J’ai également une petite offre culturelle, autouR de MOlière, mais elle est narQUoise.

    • jevouslis
      mardi, 24 mai 2016 à 16:32

      vous pouvez la mettre en article ou je peux la mettre sur la page festival si vous m’envoyez le contenu

  2. jevouslis
    dimanche, 7 juin 2015 à 11:19

    « On peut dire que c’est le festival du Lot », résume Olivier Desbordes, directeur artistique du festival de Saint-Céré, évoquant les liens tissés avec le festival de Figeac et Cahors donne de la voix. Sur le papier cela donne un visuel commun entre Saint-Céré et Figeac et une dynamique commune. « Pour la première fois en France nous relions l’opéra et le théâtre, cela n’existe nulle part ailleurs ! »

    Une initiative saluée de tous et à tous les échelons. Ainsi Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées a renouvelé publiquement son soutien, précisant que « tous ont un objectif commun qui est d’appuyer une structure qui porte un territoire ».

    25 000 spectateurs sur l’année

    Avec 13 000 spectateurs à Saint-Céré et 8 000 à Figeac, l’ensemble du festival draine à ce jour près de 25 000 spectateurs, un chiffre en progression depuis 5 ans. En été, le théâtre à Figeac attire sur les 8 000 spectateurs, 50 % de locaux contre 30 % à Saint-Céré. « À Figeac nous avons un public fidèle beaucoup plus lotois », précise Olivier Desbordes, expliquant aussi les retombées au niveau touristique d’une telle offre culturelle.

    Une offre d’excellence relevée par la préfète du Lot, Catherine Ferrier : « Si l’État donne c’est qu’on est sur un label de qualité élevé, on reconnaît la très grande valeur de ce qui s’y passe. »

    Une qualité incontestablement défendue et qui ne se dément pas d’année en année. « C’est un projet de grande envergure qui traverse les genres », se targue Olivier Desbordes, heureux de voir chaque édition plébiscitée par le public.

    « Trop souvent on sépare quand on n’oppose pas le théâtre « l’art noble » à l’opéra « art de circonstance », les chanteurs aux comédiens, la parole à la musique… », écrit-il en préambule de cette édition. Le pari de l’union Saint-Céré / Figeac dépasse donc les clivages et les préjugés. Il allie le théâtre à l’opéra, proposant deux arts sur un même territoire : le Lot.

    «Cela participe au désenclavement de la musique classique de ses cadres habituels pour rendre les publics tolérants les uns vis à vis des autres. »

    Un certain sourire…

    Sur le prospectus commun aux deux festivals, un sourire relie les deux programmations. « Le rapport souriant à la culture, qui suggère peut être le sourire narcois, le sourire moqueur, tendre ou amoureux », explique le directeur artistique. « Le sourire est une charmante arme pour faire raisonner des sujets autours d’un public ! »

    Au programme donc, du divertissement mais aussi peut être des axes de réflexions sur un monde sans cesse bouleversé, sur l’amour et les relations humaines. De grands noms de la littérature, Victor Hugo, Paul Claudel, Alfred Jarry, Malière ou Shakespeare, cotoient des créations plus contemporaines.

    Côté opéra, on retrouve Bach, Verdi ou Offenbach jusqu’à Nicole Croisille qui viendra chanter Nougaro. Un calendrier qui sort l’opéra de son élitisme s’ouvre sur d’autres mondes avec la musique Tzigane ou des chants Sépharades.

    Du 22 juillet au 15 août le Lot se dote d’une programmation haute en qualité, rayonnant large, qui participe favorablement à l’attrait touristique. « Je me réjouis de cette présence sur l’ensemble du département », déclare Serge Rigal, président du Conseil départemental, soulignant à son tour la qualité des propositions artistiques.

    Il souligne notamment la date du 31 juillet avec la programmation de L’Histoire du soldat de Stravinsky et Ramuz au sein du château -musée Lurçat à Saint-Laurent-les-Tours. Une date reliant un cadre patrimonial d’exception dans le Lot et un grand spectacle de musique classique.

    Dans un contexte économique morose où nous voyons de plus en plus de festivals s’éteindre ou diminuer leurs dates, il est à noter la bonne tenue de ce « festival du Lot » en devenir qui résiste aux pressions budgétaires.

    Sophie Aymard
    http://www.laviequercynoise.fr/festival-de-saint-cere%e2%80%89-se-federer-pour-entrevoir-lavenir-89173.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.