Écoles et entreprises font connaissance Entreprise – Une 18e édition engagée depuis l’usine Ratier-Figeac

.C’est depuis les locaux de l’entreprise Ratier-Figeac qu’a été lancée la 18e édition de la Semaine école-Entreprise en Région Occitanie, mardi.

Jean-François Chanut, le président de UTC Aerospace systems Ratier a accueilli les différents partenaires de la formation, de l’enseignement et de l’industrie, pour présenter cette démarche en direction des jeunes.

«Notre activité économique, notre passion industrielle doit se transmettre auprès de vos élèves. J’espère que les relations tissées lors de cette Semaine école-Entreprise ont cette vocation», déclarait-il, avant de présenter à ses hôtes les 4 secteurs qui constituent l’activité de son entreprise : les hélices (qui représentent 60 % du CA) et qui valent à Ratier le rang de 1er hélicier mondial pour les hélices de forte puissance. Les éléments de cabine et cockpit, les THSA (vérin de plan horizontal, à la fois pièce de structure de l’appareil et pièce de commande de vol), et enfin, le secteur hélicoptère. En parallèle, Jean-François Chanut mentionnait les performances de son entreprise qui avait su développer ses activités et augmenter ses effectifs de +16 % en 5 ans. «Nous avons une politique de recrutement soutenue, ajoutait le président. Nous intégrons dans nos équipes des apprentis et de nombreux alternants : 88, dont la moitié est en formation d’ingénieurs».

À la fin de cette formation, 35 % des alternants sont recrutés par Ratier qui se positionne comme un acteur dans ce parcours de formation.

Cette Semaine école-Entreprise va être l’occasion d’engager le contact avec les collégiens et les lycéens, sur le thème : «Mon territoire : économie, emplois, métiers, quels atouts ? ». Elle leur permettra également d’élaborer ou de préciser leur projet d’orientation.

Sophie Garcia, présidente du Medef Occitanie intervenait pour parler de cette dynamique collective et valoriser la filière de l’apprentissage et de l’alternance : «Ce sont deux formidables parcours qui conduisent à l’emploi, avec des taux d’insertion professionnels et des rémunérations supérieurs en comparaison des filières générales».

Elle regrettait que «des dizaines de places d’apprentissages ne soient pas pourvues» et pointait aussi «les difficultés de recrutement des entreprises qui n’ont pas les effectifs suffisants pour honorer comme elles le devraient leurs carnets de commandes».

Bernard Dalmon, pour l’UIMM (Union des industriels de la mécanique et de la Métallurgie), rappelait que 1 600 jeunes avaient été accueillis en entreprise en 2016, sur le Lot et l’Aveyron.

Puis les deux inspecteurs d’académie de ces départements, Xavier Papillon et Gilbert Cambe, parlaient d’une démarche école-Entreprise qui a du sens et qui permet de créer des synergies, citant le Parcours Avenir ou le Conseiller Entreprise qui se met en place cette année afin de faciliter les coopérations entre services académiques et le monde économique.

Les invités ont ensuite visité une partie des 52 000 m² d’ateliers et locaux de Ratier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.