Huguette Tiegna membre fondatrice de “Accélérons”

Ce comité rassemble plus de 120 députés de sensibilités politiques variées,

Deux fois par mois, le collectif parlementaire se réunira autour de sujets tels que la transition écologique et énergétique, la mobilité du futur, la qualité de l’air, les enjeux autour de l’eau, la consommation et les productions durables, l’agriculture, la biodiversité, la santé environnementale ou encore la fiscalité verte.

5 commentaires pour “Huguette Tiegna membre fondatrice de “Accélérons”

    • jean
      mardi, 23 octobre 2018 à 16:35

      Jean

      Une commission c’est bien, mais il serait beaucoup plus productif que Mme la député Tiegna s’implique réellement dans le sujet de la méthanisation qui concerne le Lot ou manifestement l’accélération de son développement porte et portera atteinte:
      – aux eaux de surfaces et aux eaux souterraines, aux vers de terre, aux insectes et aux abeilles, à cause des épandages de digestats bruts, non adaptés aux sols karstiques
      – à la qualité de l’air, notamment aux alentours de l’installation industrielle Bioquercy implantée à Gramat. Lorsque l’installation fonctionne à sa capacité maximale, les odeurs sont perceptibles à Gramat, à Issendolus et ailleurs en fonction des vents.Il faut savoir que lorsque les personnes respirent ces odeurs,il y aussi une multitude de composés organiques volatils qui sont CANCERIGENES et nocifs pour la santé. L’étude thèorique de ces rejets a été minorée. Elle a été conduite avec des plans faux, des données météos qui ne sont pas celles de Gramat et les rejets du Biofiltre, chargé d’abattre ces différents composés NON PRIS EN COMPTE
      Le rôle du député élus par les citoyens est de défendre leurs intérêts, et non des intérêts particuliers au nom du développement des énergies renouvelables et d’un soi disant INTERET GENERAL

  1. BOUQUET Michèle
    jeudi, 25 octobre 2018 à 09:12

    Oui, ACCELERONS la recherche de tous les impacts de la méthanisation qui pourrit le cadre de vie des gramatois et de leurs voisins. J’ai le souvenir que pendant votre campagne électorale, c’était une de vos promesses…

  2. François
    vendredi, 26 octobre 2018 à 11:21

    Partout en France les citoyens et elu.e.s s’interrogent à juste titre sur la méthanisation et les risques encourus. Les ville de Limoges, de Châteauroux viennent de voter contre. Des communautés de communes dans les Hauts de France s’opposent, des petites communes dans le Lot et d’autres départements aussi. Pendant ce temps là tout va bien pour ceux qui nous gouvernent .
    C’est la politique de l’autruche.
    France stratégie, cellule adossée au cabinet du Premier Ministre rappelle un avis de l’ADEME
    “entraînerait la multiplication du coût de production de gaz par un facteur compris entre 2,5 et 4 ”

    Compte tenue de ces coût prévisibles, il est nécessaire de limiter le gaz renouvelable aux usages pour lesquels il sera indispensable.

    L’affirmation, valable dans une première approche, selon laquelle la production et l’utilisation d’un gaz renouvelable seraient neutres en carbone mériterait des études complémentaires.
    A) Le biométhane. Dans le cas de la méthanisation, il faut étudier l’évolution du carbone stocké dans le sol, qui aurait pu être accru si les cultures n’avaient pas été prélevées. Dans son étude 28 , l’Ademe indique (en soulignant cependant les incertitudes qui existent) que, dans la mesure où le digestat (qui correspond aux résidus de la méthanisation) est réutilisé comme engrais, la quantité
    de carbone (stable et labile) présente dans le sol ne serait pas réduite significativement. Ainsi, à l’issue de ce processus, la quantité de carbone présente dans l’atmosphère ne serait pas sensiblement modifiée.

    A bon, et pour aller plus loin, le digestat détruit la vie des sols
    Madame Tiegna, le digestat est un poison pour les sols. vous ne pouvez pas cautionner ça

  3. jevouslis
    samedi, 10 novembre 2018 à 12:20

    La méthanisation c’est important mais ça ne doit pas cacher l’importance des autres sujets: mobilité du futur, la qualité de l’air, les enjeux autour de l’eau, la consommation et les productions durables, l’agriculture, la biodiversité, la santé environnementale ou encore la fiscalité verte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.