Le Greta forme des techniciens pour installer la fibre

Soudure de la fibre

«C’est un proviseur ravi qui vous reçoit, aujourd’hui, pour inaugurer ce projet porté par le Greta Midi-Pyrénées en lien avec plusieurs entreprises pour former des techniciens en charge de mettre en place la fibre sur nos départements». C’est par ces mots que le proviseur du lycée Champollion, Arnaud Combet a accueilli une cinquantaine de personnes acteurs, élus locaux et partenaires du projet fibre pour l’inauguration du plateau technique fibre au sein de l’établissement.

Quelques minutes auparavant, ces visiteurs avaient pu découvrir les infrastructures mises en place pour cette formation. Pour la pratique, c’est un réseau fibre qui est installé à l’extérieur autour d’armoires de sous répartition, de boîtiers d’éclatement, de chambres souterraines et d’équipements de terminaison. Jean-Michel Bigeard, technicien boucle locale chez Orange, intervient sur la partie pratique, le câblage et les raccordements. La théorie est assurée par deux professeurs du lycée comme l’utilisation des appareils de mesures.

Depuis le mois de septembre, huit techniciens venus d’horizon différents suivent cet enseignement. «Le point fort de cette formation, indique Lucas bachelier en informatique, c’est l’alternance : trois semaines en entreprise et une semaine ici, cela permet de concrétiser rapidement les acquis et de trouver les réponses aux problèmes rencontrés sur le terrain.» C’est aussi la même satisfaction qui transparaît dans les propos de Farouk, 43 ans, charpentier en contrat de professionnalisation : «Ça ressemble à mon métier précédent, nous sommes en autonomie et partant de rien, on crée une infrastructure, c’est très valorisant car c’est technique et minutieux.» C’est effectivement une lourde tâche qui les attend. «Sur le Lot, nous devons déployer 130 000 lignes soit 8 600 km de fibres aussi nous recrutons énormément, 300 personnes à la cible, explique Patrice Pintrand directeur de Allfibre, nous avons donc besoin de ces formations spécifiques.»

Pour Vincent Labarthe, président du Grand-Figeac, «cette formation est nécessaire ; je suis très content d’avoir un plateau de cette qualité, cela permettra aux entreprises de recruter et aux collectivités de répondre aux enjeux de demain.»

André Mellinger, maire de Figeac et président de Lot Numérique, qui connaît bien le dossier, précise : «L’opticalisation de notre réseau est un atout majeur dans le désenclavement de nos territoires, elle renforce l’attrait de notre département en facilitant le télétravail par exemple.»

La Dépêche

Informations Greta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.