Le mouvement d’Emmanuel Macron se structure dans le Lot

en-marche

Sebastien Maureil

Le mouvement «En marche», fondé par Emmanuel Macron compte225 adhérents dans le Lot, répartis en 13 comités locaux. Il se structure avec un seul objectif : faire de l’ex ministre le futur président de la République.

Sébastien Maurelle : c’est lui le référent du mouvement «En marche» dans le Lot. Un «nouveau-né» dans le giron de la politique locale, qui se charge de structurer les adhérents. «Les groupes se créent sur la base de volontaires, explique-t-il. Ils s’inscrivent via internet, créent leur comité afin de lancer des débats sur des thèmes qu’ils choisissent en fonction des problématiques locales. Pour le Lot : l’agriculture, le travail saisonnier, l’artisanat…».

Lui participe aux débats et se charge de coordonner les comités, histoire d’en faire des soutiens efficaces aux prochaines élections présidentielles. Parmi ses missions, il a également le devoir d’aller chercher quelques signatures d’élus qui cautionneront la candidature Macron. «Là, je ne suis pas inquiet, j’ai déjà enregistré pas mal d’engagements» note-t-il.

«Renouveler la classe politique»

Jusqu’à présent Sébastien Maurelle ne s’intéressait à la politique que «de loin». «Je n’y trouvais pas mon compte». En revanche il s’est reconnu dans le discours d’Emmanuel Macron, séduit par sa volonté de «sortir des clivages de partis», de «renouveler la classe politique, aux niveaux national et local».

«Le système est basé des fonctionnements hérités de l’après guerre, qu’il faut abandonner pour entrer dans le 21e siècle. Sortir des habitudes, des copinages. Le temps où les consignes viennent d’en haut (des partis) est révolu, c’est aux citoyens de prendre le relais. Les Français en ont marre de voir la classe politique actuelle en place depuis 30 ans».

Voilà donc l’ambition que partagent les comités locaux avec Emmanuel Macron : pas de «carrières» politiques («10 ans, c’est suffisant»), pas de partis; un rassemblement des «progressistes» de tous bords, avec des citoyens qui souhaitent s’engager localement.

«En marche» serait-il déjà en recherche de candidats pour les législatives. «Pas du tout» rétorque Sébastien Maurelle. «A titre personnel, j’ai envie d’apporter ce que je peux localement, mais je n’ai aucune ambition politique. Et de toute façon, ce n’est pas le sujet. Le seul objectif est de permettre à Emmanuel Macron de devenir président. Et c’est dans cet esprit que nous nous attachons à structurer les comités locaux».

https://en-marche.fr/