Les artisans, commerçants et professions libérales du Lot organisent un grand débat

 7 février.

Dans le cadre du grand débat national initié par le gouvernement, la Maison de l’Artisan / U2P 46 (Union des entreprises de proximité) qui représente les artisans, les commerçants et les professions libérales, organise sur le Lot « Le Grand Débat de l’économie de proximité ».

Ce débat aura lieu le jeudi 7 février 2019 à 18 h 30, dans l’amphithéâtre de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Lot, rue Saint Ambroise à Cahors.

Deux objectifs : échanger librement et dans le respect des idées, sur les préoccupations et les priorités des chefs d’entreprise de proximité ; recueillir les attentes et les propositions en vue de les soumettre aux parlementaires, au gouvernement et au président de la République.

Les artisans et commerçants du Lot sont invités à faire entendre leur voix

Les thèmes qui pourront être abordés : fiscalité, besoins en compétences et en recrutement, pouvoir d’achat, égalité de traitement entre entreprises et concurrence déloyale, revitalisation des centres-villes et centres-bourgs

Un animateur facilitera les échanges et les propositions émises seront ensuite portées par l’U2P jusqu’aux plus hautes instances. Le verre de l’amitié clôturera les débats.

Les artisans, commerçants, professions libérales sont appelés à se mobiliser en nombre pour faire entendre leur voix !

Plus de renseignements sur le grand débat de l’U2P : https ://granddebat.u2pfrance.fr/

Actu Lot

2 commentaires pour “Les artisans, commerçants et professions libérales du Lot organisent un grand débat

  1. allonsy
    vendredi, 8 février 2019 à 23:10

    Un débat de plus dans le Lot. Celui organisé par l’Union des entreprises de proximité était organisé jeudi à la chambre de métiers. On y a parlé de tout, surtout de ce qui fâche, les impôts, le carburant.
    Le monde de l’artisanat lotois est entré dans le Grand Débat. L’initiative en revient à l’Union des entreprises de proximité U2P qui regroupe les métiers du bâtiment, les métiers de bouche, de services, les professions libérales. Jeudi soir, dans l’amphithéâtre de la chambre de métiers, les présidents Eric Lalande pour la Capeb 46, Pierre Despeyroux, Serge Crabié et Bernard Sauvagnac avaient face à eux une quarantaine de professionnels. Un animateur jouait le rôle de modérateur. Tous les dossiers chauds du moment ont été mis sur la table, on s’est parlé franchement et, plus important, des propositions ont émergé qui remonteront aux instances nationales pour être transmises au gouvernement.

    Tous les dossiers ont été ouverts

    Gilets jaunes. Le mouvement n’est pas mal perçu par les artisans même ceux comme le boulanger Gérard Bodi « victime » du blocage du rond-point. « Cela s’est traduit par un chiffre en baisse de 30 %. Mais c’est pour la bonne cause ! » « Moi je vous le dis, lance Serge Crabié, les conséquences sont dramatiques, plus de 400 artisans commerçants vont fermer boutique à cause des gilets jaunes. Je peux comprendre les gens qui vont manifester pacifiquement, pas les casseurs ! » « ça vous arrange bien de dire que les gilets jaunes sont des casseurs. Attention à l’amalgame », rétorque aussitôt un participant.
    La discussion débouche sur une première contribution : « On pourrait demander au gouvernement qu’avant de faire des réformes, il consulte les corps intermédiaires et prenne la température sur le terrain », synthétise Serge Crabié.
    « On n’est ni routier, ni agriculteur, mais sur le gasoil, on paie plein pot. Grâce aux gilets jaunes le gouvernement est revenu sur cette augmentation. C’est un constat général, les gilets jaunes ont fait bouger les choses », fait remarquer un artisan menuisier.
    TVA. « On parle de supprimer des niches fiscales ; la TVA à 5,5 % sur le bâtiment, il faut la maintenir », dit un artisan. Son voisin n’y comprend plus rien dans la variation des taux : « Là c’est 5,5 %, puis 10 % et 15 %, ça bouge tout le temps. » « Je fais une proposition sur la TVA, dit le président de la chambre de métiers, baisser le taux sur les produits de première nécessité, ce serait plus juste. »
    Stationnement. « De plus en plus d’artisans renoncent à faire des chantiers en ville à cause du prix du stationnement. On a un tarif préférentiel mais la demi-heure gratuite a disparu », assure un menuisier. Les suggestions fusent dans la salle : « Le parking gratuit pour les entreprises qui ont des chantiers à Cahors, ou une carte de stationnement pour ceux qui paient la CFE à Cahors. »

    La formation en alternance

    Apprentissage. « Il faudrait que les artisans aillent valoriser les métiers manuels dans les écoles et pourquoi ne pas aller au-devant des politiques et faire une communication positive à la télé », propose un professionnel. « Je suis en admiration devant l’implication de 80 % des jeunes en CFA. Il y a les 20 % qui sont là par défaut, mais l’apprentissage a énormément évolué. » « La formation en alternance est la meilleure, note le président de la Maison de la boulangerie. Qu’ils donnent les moyens aux jeunes de la faire. »
    Transmission d’entreprise. « Sept mois pour une passation entre moi et mon mari alors qu’on avait tous les papiers. Nous avons eu sept interlocuteurs ; vous trouvez cela logique ? » s’insurge l’épouse d’un artisan. La simplification des démarches administratives figurera dans le cahier de doléances.
    Recrutement. Une jeune dirigeante qui vient de débuter une activité de conciergerie souhaiterait pouvoir recruter : « Il n’existe aucun contrat de travail modulable. Un nouveau contrat simplifié faciliterait l’emploi. »

    Jean-Michel Fabre
    La Dépêche

  2. jevouslis
    jeudi, 14 février 2019 à 14:56

    Figeac : Le « Grand Débat de l’Artisanat lotois », c’est le mercredi 27 février

    Il se déroulera à 18 h 30, salle Roger Laval, 2 rue Victor Delbos.

    En lien avec le Grand Débat National, la Chambre de métiers et de l’artisanat du Lot organise le « Grand Débat de l’Artisanat lotois » le mercredi 27 février, à 18 h 30,salle Roger Laval, 2 rue Victor Delbos à Figeac

    Plusieurs thèmes essentiels pour l’économie de proximité seront traités :

    – les prélèvements obligatoires (fiscalité locale, nationale, écologique…),

    – l’emploi, la formation, l’apprentissage dans les entreprises artisanales,

    – l’aménagement du territoire

    – l’équité sociale et fiscale

    – la protection sociale…

    > Inscription obligatoire auprès de la Chambre de métiers au 05 65 35 13 55 ou par mail : n.redon@cm-cahors.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.