“Soyez sensés, faites vous recenser”

En effet, les résultats du recensement permettent de connaître la population vivant dans une commune et par conséquent d’adapter les projets et les budgets au besoin de ville dans des domaines variés. La petite enfance, par exemple (l’ouverture d’une crèche), l’économie (l’installation de nouveaux commerces) le logement ou encore le transport pour, justement développer des nouveaux moyens de locomotion ou lignes de bus.

Le recensement 2020 se déroule jusqu’au 15 février dans 7 000 communes comptant moins de 10 000 habitants et jusqu’au 22 février dans les villes plus grandes. Certaines personnes ont encore quelques réticences et refusent de confier de précieux renseignements aux agents recenseurs. l’Insee rappelle que “les réponses et les statistiques qui découlent du formulaire de recensement sont anonymes. D’autant que la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) veille à la protection des données personnelles recueillies.”

Autre rappel qui s’impose : l’agent recenseur doit prévenir de son passage. Son identification permet alors d’éviter la visite de fraudeurs. “Dans les jours précédant le passage de l’agent recenseur, les personnes visées par le recensement reçoivent un document les informant de sa visite. Des affiches annonçant sa venue peuvent être également placées dans le hall de l’immeuble. Afin d’éviter les usurpateurs, l’agent doit présenter à l’habitant sa carte officielle tricolore avec photographie, signée par le maire. Il doit lui remettre une notice sur laquelle figurent leurs identifiants de connexion au site du recensement-et-moi.fr. À la fin de la procédure, un courriel de confirmation de la bonne prise en compte des réponses est envoyé à l’internaute” précise l’Insee.

Le top 10 des communes les plus peuplées dans le Lot

De leur côté, les mairies insistent sur le fait que “le recensement est obligatoire.” En cas de refus catégorique, il faut savoir que le maire peut “demander au tribunal de police de sanctionner ceux qui ne répondent pas au questionnaire de recensement.”

Sachez que dans le Lot, le nombre d’habitants a augmenté puisque la population légale 2016 (en vigueur au 1er janvier 2019) était de 173 347 habitants.

173 400 pour la population légale en 2015, 173 648 pour 2014.

Les communes les plus peuplées sont dans l’ordre : Cahors, Figeac, Gourdon, Gramat, Pradines, Saint-Céré, Souillac, Prayssac, Biars-sur-Cère, Puy-l’Evêque. Seul changement par rapport à 2016: Pradines passe devant Saint-Céré. La moins peuplée, comme l’an dernier, est Labastide-du-Haut-Mont. Il y a six ans, c’était Saint-Sauveur-la-Vallée, englobée depuis dans Cœur-de-Causse. Tout cela tient compte des populations légales. C’est-à-dire, les populations municipales sans les comptés à part. La population légale 2017 est celle en vigueur au 1er janvier 2020. Pour Cahors, la ville préfecture, le calcul prend en compte le sondage annuel, le répertoire d’adresses localisées (qui recense tous les logements d’une commune). Les populations des communautés, des sans-abri, personnes vivant en résidence mobile sont recensées exhaustivement tous les cinq ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.