16 et 17 juillet 1942. Cahors commémore la rafle du Vél’d’hiv

Les 16 et 17 juillet 1942 13 000 Juifs vivant en région parisienne sont arrêtés et déportés. Seule une centaine d’entre elles reviendront à la libération des camps. Aucun des 4 051 enfants, arrêtés ces jours-là, ne survivra. Il n’y a eu aucune manifestation populaire pour s’opposer aux arrestations des Juifs. Quelques jours plus tôt pour « préparer l’opinion », on avait ressorti sur les écrans parisiens un film de propagande nazi, « le Péril juif » les opposants et leur famille étaient menacés de mort. L’opération a été Effectuées à la demande du Troisième Reich dans le cadre de sa politique d’extermination des populations juives d’Europe, elle a été exécutée par 7 000 policiers et gendarmes français assistés de 300 militants du Parti populaire français de Jacques Doriot, sur ordre du gouvernement de Vichy.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.