Cahors présente son plan vélo

 Le vélo permet de décongestionner la ville autant en termes de trafic que de stationnement, souligne le maire Jean-Marc Vayssouze-Faure. “C’est un usage qui se développe déjà et qui va s’accélérer dans les mois à venir”.

La première phase du plan vélo imaginée par l’équipe municipale comprend ainsi la réalisation de nouveaux itinéraires et du renforcement de la signalétique le long de l’axe Est-Ouest, ainsi que l’amélioration du lien entre les parcs-relais et le centre-ville. L’objectif est également de connecter la piste cyclable à la future voie verte, véritable “autoroute du vélo”. De Bégoux à Labéraudie, en passant par Terre-Rouge, Cabessut, les allées Fénelon ou encore le parking Saint-Georges, la signalétique sera dès cet été renforcée et la continuité entre les tronçons cyclables déjà existants sera assurée. Les trois ponts qui mènent au centre-ville seront également marqués au sol de façon à imposer “un respect mutuel” entre les usagers. “Notre parti pris est assez fort : sur ces itinéraires, le vélo sera prioritaire sur la voiture. Mais cela ne veut pas dire que l’on supprime l’usage de la voiture”, assure le maire. “Pour l’heure, nous ne voulons pas baisser les limitations de vitesse. J’en appelle au civisme de chacun pour prendre de nouvelles habitudes.”

Un budget de 20 000 € a été alloué à ces premiers aménagements. Un budget qui, “n’est en aucune mesure comparable à celui des aménagements routiers”, souligne Denis Pacaud du service Participation citoyenne. Par ailleurs, des actions de sensibilisation aux mobilités douces seront menées dans les écoles. “On aura une vraie évolution quand le citoyen fera lui-même la promotion du vélo”, avance Denis Pacaud. La ville souhaite également créer des aides complémentaires à celles de l’Etat et de la Région pour l’achat de vélos et de matériel de cyclisme.

Démarche participative et phase 2

Mi-octobre, une réunion sera organisée afin de recueillir les expériences des usagers. “C’est une co-construction”, assure le maire.

La Phase 2 pourra ensuite débuter. Le nord de la ville qui reste absent de la première phase devrait à son tour entrer en considération. Les liaisons vers les autres quartiers (Saint-Georges et routes de Lalbenque, Sainte Valérie et Bellevue) seront également assurées.

Caroline Peyronel La Dépêche

Laisser un commentaire