Chapitre 3 des Jardiniers amateurs

jardinier

Vous trouvez la totalité des chapitres publiés à la rubrique Activités/écologie/Jardiniers amateurs.

1 – Ameublissement du sol, sans labour…profond
C’est le 1er principe fondamental, de la culture de la Terre en synergie. Je vous laisse le soin de lire ou de relire ce paragraphe que vous retrouverez à la page 12 de mon livre “Equilibre naturel au jardin” paru aux Editions Synchronies.

Le poids de la tradition (mon père faisait comme ça, et avant lui mon grand-père…), vous connaissez certainement…On a coutume de retourner la terre avant toute mise en culture, c’est ce que l’on appelle le bêchage.
Mais, pourquoi le jardinier bêche-t-il ?
Il plante son outil profondément dans la terre, retourne les mottes, les brise d’un coup de « fer » et décompacte ainsi peu à peu la parcelle ou le massif. Il en profite pour supprimer les racines ou les cailloux qu’il pourrait rencontrer.
Ce travail va devoir être renouvelé après chaque récolte, sur chaque parcelle…La fatigue va vite se faire sentir et le mal au dos…aussi.

L’ameublissement doit atteindre les couches profondes pour faciliter la pénétration de l’eau des pluies, de l’air et des racines, et c’est d’ailleurs l’un des grands progrès de l’agriculture moderne.

Mais par ailleurs, l’humus doit se former dans la couche superficielle du sol, c’est à dire les 10 premiers centimètres, pour jouer son rôle d’absorbant de la chaleur solaire, et son action stimulante sur les germinations et sur la microflore.
Mais, vous allez me dire, beaucoup de jardiniers de nos jours, continuent à retourner le sol avec des engins mécaniques à la place de la pelle bêche, comme le faisaient ou presque, nos anciens.
Le labour profond, tel qu’il était fait, il y a très longtemps, avec le soc de la charrue n’avait de justification que pour détruire des racines de graminées traçantes et pour enfouir un fumier en mottes compactes et hétérogènes.
Si vous suivez l’évolution de la culture qui est mise en place, la flore adventice est bien maîtrisée et la fumure organique bien décomposée, il en va tout autrement.
Pour bien ameublir le sol, paillez celui-ci du 1er janvier au 31 décembre ce qui permettra de maintenir celui-ci à l’état meuble permanent.
Prenez exemple sur la Nature et regardez ce qui se passe en forêt.

Nota :

Si vous devez restaurer une terre très appauvrie, utilisez en premier, avant paillage :
– Un engrais foliaire liquide : le purin d’ortie ou paillage d’ortie,
C’est grâce à sa forte teneur en azote que le purin d’ortie apporte les éléments nutritifs indispensables à la bonne santé des végétaux.
Le paillage d’ortie doit être utilisé en faible épaisseur pour éviter la putréfaction en cas de forte humidité et la présence de pucerons.
– Un engrais foliaire en poudre : le lithothamne,
Issu d’algues marines, il apporte calcium, magnésium et la plupart des oligo-éléments (bore, cuivre, fer, manganèse, molybdène, zinc).

Si vous fabriquez du bon compost, ce sera la solution la plus simple et la plus économique, pour un traitement curatif de votre sol.
Pour tous les jardiniers qui utilisent du compost, évitez de le laisser au soleil sur la terre, car sous l’action du soleil il perd sans doute les 2/3 de sa valeur fertilisante. Pensez à mettre sur celui-ci un paillage permanent.

2 – Le parasitisme, comment l’aborder ?
A partir du moment où vous avez un sol sain, vous avez moins de problèmes de parasitisme.
C’est un des points les plus délicats et décisifs de la culture biologique.

Délicat, parce qu’il est difficile de convaincre ceux qui ne voient que par la chimie…

Décisif, car il faut prendre tous les moyens pour réussir à ne pas tuer d’une façon systématique les parasites.

Les parasites sont des indicateurs de l’état de santé du sol et des plantes et ils prolifèrent là où ils y sont invités.
Chaque parasite peut avoir un prédateur ou peut être un entomophage vivant au-dedans de l’insecte ravageur, qu’il détruit sans rémission.
De la même façon, vous le retrouvez dans une végétation associée (luzerne, ray-grass, trèfle blanc nain) qui font disparaître les graminées traçantes (chiendent, agrostis…)
3 – Quels sont les aspects du parasitisme ?
Je vais reprendre et compléter, ce que j’ai écrit dans mon livre, sur ce paragraphe. Le parasitisme est tellement important, d’autant que cela va faire le troisième “hiver” en suivant (2013/2015), particulièrement doux, qu’il faut donc étudier non seulement les insectes ravageurs ou les maladies des cultures, mais surtout les espèces auxiliaires et les conditions dans lesquelles elles se développent au mieux.

Le 1er aspect du parasitisme est le déséquilibre nutritionnel du sol.
Si vous avez un sol appauvri en compost et en paillage, vous ne pourrez pas nourrir convenablement vos végétaux. Ces insuffisances ou ces excès d’une ou plusieurs substances vitales à la croissance d’un organisme végétal, se nomment des carences.
C’est un diagnostic difficile à faire. Mais si vous êtes aussi curieux que moi sur ce sujet, je vous invite à surveiller vos végétaux et à vous amuser à leur donner un nom.
Comment aborder ces carences ?

Carence et excès d’azote :
La carence en azote est la plus courante. Le végétal a une croissance retardée, les feuilles les plus anciennes jaunissent et finissent par tomber.

Carence en azote

Carence en azote

Dans l’exemple ci-dessus, les feuilles des fraisiers peuvent virer au violet comme une carence en phosphore.

A tester :
1) Vous pouvez employer le purin d’ortie pour apporter de l’azote. Faîtes-le d’une façon modérée, sinon vous risquez d’attirer gastéropodes et rongeurs.

Excès d'azote

Excès d’azote

Un autre exemple, mais celui-ci dans le cas d’un excès d’azote sur des salades. Le cœur de celles-ci brunissent et le reste du feuillage est de couleur vert foncé.
Nota : Si vos salades et plus particulièrement les laitues ont été arrosées par une pluie d’orage (apport d’azote important), arrosez-les rapidement et copieusement à l’eau de source ou du robinet, sinon elles vont très vite monter en graines.

2) Evitez aussi d’utiliser en excès la matière organique animale, sinon  vous aurez la présence de parasites, tels des taupins, des adventices…

Taupin

Taupin

Larve de taupin

Larve de taupin

Carence en bore (sur betteraves) :

Betterave

Betterave

Vous vous apercevrez très facilement du manque de bore dans votre sol, par la présence de pourriture de l’intérieur des racines de betteraves au niveau du collet ou par l’apparition de tâches noirâtres sur les racines de certains légumes comme le chou-fleur et le navet.

Carence en bore (sur pommes de terre) :

Enroulement et jaunissement des feuilles

Enroulement et jaunissement des feuilles

Une carence en bore provoque chez la pomme de terre des feuilles cassantes qui s’enroulent et se replient vers le haut. La chlorose débute chez les feuilles les plus jeunes. Au niveau des tubercules, cette carence provoque un brunissement en faisceaux. La peau est plus sombre, plus fragile et plus sensible à la galle.
On retrouve cette carence dans des sols sableux, à pH élevé et à fortes teneurs en azote et en calcium, pendant des périodes de sécheresse ou de temps froid et humide.

Carence en calcium (sur tomate) :
Une carence en calcium peut être à l’origine d’une nécrose apicale sur les fruits de la tomate.

Nécrose apicale

Nécrose apicale

Nécrose apicale

Nécrose apicale

On retrouve très souvent cette carence, sur un sol non paillé. Plusieurs facteurs de cette maladie peuvent être évoqués: Une faible alimentation en eau ainsi qu’une température trop basse de la zone racinaire influe sur l’absorption du calcium. Une variation soudaine de la température ambiante en plus ou en moins et un approvisionnement en eau trop important dans le sol peut favoriser le développement d’une substance imperméable, souvent constatée dans les sols argilo-calcaires, se figeant autour des racines du végétal, limitant ainsi l’approvisionnement du calcium à la plante.
Le pied de tomate se trouvant ainsi fragilisé, par un manque d’apport de calcium, peut se retrouver parasité.

Très rapidement, le fruit de la plante, encore vert, est envahi sur sa partie inférieure, par une tache noire, appelée aussi “maladie du Cul noir”. C’est un début de nécrose, développant un champignon parasite qui creuse le fond du fruit. Si vous n’y prenez garde, le champignon descendra jusqu’à la racine et sera présent dans le sol.
Moyen de lutte :

Paillez la zone de culture avec du Bois Raméal Fragmenté (B.R.F). Vous réduirez ainsi les écarts de température du sol, entre le jour et la nuit, puis vous maintiendrez une humidité constante.
Soyez attentif et patient !
En fin de saison, quand vous arracherez vos plants, repérez ceux malades, faites-les sécher, brûlez-les et récupérez les cendres pour le traitement du sol après récolte de la zone de culture.
Appliquez le traitement M (voir mon livre : Equilibre naturel au jardin).

Carence en magnésium (de la pomme de terre) :
Le magnésium est un élément qui permet aux feuilles des plantes de mieux résister à la maladie.
Le manque de magnésium se caractérise souvent par un jaunissement et un flétrissement des feuilles du végétal, avant de tomber.
Il sera à l’origine des maladies suivantes : mildious, tavelures…une invasion de parasites comme les pucerons et une prolifération d’adventices.

Carence en magnésium

Carence en magnésium

Pour la pomme de terre, la chlorose entre les nervures apparaissant sur les feuilles les plus âgées avec un effet marbré; les nervures restent vertes.

Le jaunissement part de la pointe et les bords. Elle est proche de la carence en azote. Elle atteint d’abord les vieilles feuilles, puis progresse vers les feuilles intermédiaires, les jeunes restant indemnes.
Elle évolue ensuite avec l’apparition des taches rouges/pourpres consécutives à une rupture de la photosynthèse pouvant conduire éventuellement à une nécrose de la feuille.
Un apport de magnésium (par du compost) sera surtout destiné à améliorer la structure du sol et non à nourrir la plante.

Carence en manganèse (de l’aubergine) :

carence manganèse

Carence en manganèse

Un jaunissement de l’ensemble de la foliole démarre en général sur les feuilles jeunes. La nécrose en bord des feuilles peut être due à une carence sévère mais elle se présente d’ordinaire sous forme de points le long des nervures.

Le gel nocturne peut provoquer des symptômes similaires. Similarité également avec la carence en magnésium, mais dans ce cas, le jaunissement touche généralement les feuilles anciennes en premier. La carence en manganèse touche normalement les sols ayant un pH supérieur à 7.

Souvent cette carence est liée avec celle du fer. Généralement, un jaunissement apparaît entre les nervures et sur les bords des feuilles, alors que la nervure reste vert clair.

Le déficit en manganèse survient le plus souvent par un excès de calcaire ou d’engrais potassique qui met en opposition l’activité du magnésium.

Vous pouvez corriger cette carence, en mettant sur votre sol du basalte broyé.

Carence en phosphore  (des salades) :

Le phosphore existe dans le sol sous forme minérale et il est très rapidement disponible pour les racines par l’intermédiaire de la microflore et dans la partie du sol qui est en contact direct avec les racines des plantes.

Le manque de phosphore peut se manifester par un feuillage devenant vert foncé tirant sur le bleu, avec jaunissement et dessèchement de l’extrémité des feuilles.

Les feuilles présentent une ondulation caractéristique, et parfois une pigmentation pourpre.

Carence en phosphore

Carence en phosphore

Les plantes exigeantes en phosphore sont les betteraves et les pommes de terre. Le phosphore est un élément nutritif indispensable pour les plantes. Pour en ajouter sur vos zones de culture, même en petite quantité, il suffit de cultiver des champignons.

Comment ?

En maintenant un paillis de paille de céréales non traitées de préférence ou de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F), sur les zones de culture du 1er janvier au 31 décembre.

Attention ! Les terres à fort pourcentage d’argile devront rester sans mulch de B.R.F pendant l’hiver, pour éviter de se transformer en un couvercle hermétique (voir mon livre “Equilibre naturel au jardin”).

 

Symbiose

Symbiose champignon/végétal

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les plantes collaborent avec les champignons pour vivre et pour se nourrir.

Presque toutes les plantes sont liées à des champignons visibles, poussant sur le sol et des champignons non visibles à l’oeil nu, puisqu’ils sont dans le sol.

La plante fournit aux champignons des sucres qu’elle a fabriqués avec la photosynthèse. Une symbiose s’effectue donc avec les champignons et qui eux à leur tour, vont sécrèter des acides pour se nourrir de bois (aidés par des bactéries) et dissoudre des éléments minéraux qui vont remonter en surface et dont les plantes vont pouvoir bénéficier.

Carence en potassium (sur feuille de vigne) :

C’est le troisième élément nutritif (NPK naturel) indispensable aux plantes.

Le potassium permet à la plante d’être plus résistante face aux agressions du gel mais également des parasites et des maladies.

Le manque de potassium peut se manifester dans les sols sableux et argileux en affectant les fruits et certains légumes, comme les pommes de terre, betteraves…

Cette carence apparait d’une coloration brun-rouge à l’extrémité et entre les nervures des feuilles.

Carence en potassium

Carence en potassium

On retrouve le même problème sur les feuilles des arbres fruitiers dont les bordures de celles-ci deviennent brunes et se dessèchent en s’enroulant vers le haut.

Un excès de potassium est à l’origine d’une prolifération des adventices.

Nota :

Si vous mettez un peu de cendres de bois ou de fougères sur des graines faisant partie de la famille des légumineuses, vous accentuerez leur germination.

Carence en soufre (sur feuille de vigne) :

Le soufre est un élément fertilisant au même titre que le phosphore. La plante présente une croissance retardée. Les feuilles deviennent  jaune-vert.

La carence en soufre se traduit par des feuilles vert très clair, les nervures deviennent jaune et les pétioles tournent au violet.

Carence en soufre

Carence en soufre

Certaines plantes ont des besoins importants en soufre, comme l’ail, le chou, l’oignon, le poireau.

Elle peut être confondue avec celle en azote, mais cette dernière débute sur les feuilles anciennes.

Particularités des carottes :

Dépérissement pythien ou nématodes ?

Dépérissement pythien ou nématodes ?

Dépérissement pythien ou nématodes ?

Dépérissement pythien ou nématodes ?

L’éclatement des racines de la carotte peut provenir de l’état du sol (caillouteux), d’un arrosage trop important des plantules ou bien d’une carence en bore, en manganèse, en magnésium, en soufre ou bien en potasse…

Ces symptômes peuvent être confondus aussi avec les dommages causés par des micro-organismes, des piqûres de nématodes…

Chers amis, le diagnostic est difficile !!!

Moyen de lutte pour toutes ces carences (liste non exhaustive) :

Le moyen de lutte pour limiter toutes ces carences, c’est déjà, d’utiliser du bon compost. Puis, de pailler le sol avec du BRF + feuilles azotées, afin d’éviter les pertes pour cause de lessivage.

Dans le cas de maladies constatées dues par ces carences, nettoyez le sol d’une façon homéopathique en pulvérisant un fertilisant liquide à base de feuilles d’orties, de consoude, de prêle et fientes de poules (voir mon livre : “Equilibre naturel au jardin”).

Vous pouvez aussi avoir des insectes parasites du sol, tels les courtilières, les nématodes, les noctuelles, les taupins, les tipules, les vers blancs…puis des maladies du sol, tels des champignons comme le botrytis, le sclerotinia, le fusarium…qui sont favorisés par l’accumulation de déchets organiques mal transformés, non ou mal compostés et un mauvais équilibre entre le carbone et l’azote.

Nota : Les insectes parasites du sol, ainsi que les champignons cryptogames qui eux apparaissent généralement à partir de la floraison sous la forme de taches humides et irrégulières sur toutes les parties de la plante, notamment sur les tiges où se développe un mycélium blanc, disparaîtront immanquablement avec l’emploi raisonné de compost de bonne qualité.

Particularités des nématodes :

Beaucoup de jardiniers ignorent leurs présences dans le sol et les dégâts qu’ils peuvent engendrer.

Les nématodes les plus importants agronomiquement mesurent entre 0.2 et 12 mm.

Certains piquent les cellules racinaires avec leur rostre pour se nourrir de leur contenu. D’autres pénètrent les racines, tiges, feuilles et /ou inflorescences et se nourrissent ainsi de la plante. Quelques uns peuvent être aussi vecteur de virus et endommager ainsi les végétaux, jusqu’à les faire mourir directement ou indirectement.

Un exemple sur un végétal : la betterave

La pourriture noire observée sur les betteraves, située au-dessous de la surface du sol et non dans le collet, causée par des nématodes, peut être confondue par la présence d’une maladie due à des champignons. Cette maladie provient généralement de la faiblesse du végétal, causée par une carence de bore dans le sol.

Les symptômes décrits ci-dessus ne permettent pas d’établir avec certitude s’il y a ou non une infestation de nématodes. Dans tous les cas, le diagnostic sûr est très compliqué.

Autre exemple : sur les arbres fruitiers

Comment déterminer s’il y a présence ou pas de nématodes, au pied des arbres ou arbustes ?

Vous avez trois solutions :

La 1ère solution : Si vous êtes adepte de la radiesthésie, vous pouvez avoir une réponse sur la présence ou non de ces parasites. Mais cette méthode d’examen reste la plus décriée, parce qu’elle reste subjective.

La 2ème solution : Comment rechercher s’il y a des nématodes au niveau des racines d’un arbre, par exemple ?

Décrivez un cercle au pied de l’arbre d’un rayon de 1 mètre. Nettoyez cet emplacement, enlevez l’herbe, gros cailloux…aérez le sol…mettez du terreau ou compost…semez sur cet emplacement des carottes…Elles seront peut être condamnées, car lorsque vous les arracherez, la plupart seront peut être trouées ou rongées, et à l’intérieur vous aurez des nématodes qui se seront fait piéger.

Attention ! Il en restera dans le sol. Il faudra le désinfecter. Comment ?

Il existe dans le commerce spécialisé des nématodes auxiliaires qui se feront un plaisir d’éradiquer ces parasites. Et c’est vrai, pour n’importe quels parasites qui s’acharnent sur les légumes.

 

Le 2ème aspect du parasitisme est la prolifération des adventices.

Celles-ci proviennent au moins de trois conditions :

– d’un excès relatif d’azote par rapport au carbone dans les fumures et dans le sol,

– de l’usage de nitrates, même naturels (chénopodes, amarantes, mouron blanc…),

– de l’emploi excessif de potassium.

 

Le 3ème aspect du parasitisme est une maladie sournoise : le chancre.

Le chancre est une maladie rencontrée chez les arbres fruitiers, notamment pommiers, pruniers et cerisier, mais pouvant aussi atteindre tous les arbres et arbustes du genre Prunus, ainsi que le peuplier, le hêtre, le saule, le bouleau, le châtaigner, l’érable, les rosiers ou encore les conifères (cyprès, séquoia). Le chancre se traduit par des nécroses de l’écorce, atteignant le tronc ou les branches, et il est à traiter impérativement.

 Symptômes

Il existe plusieurs formes de chancres, dont les symptômes varient légèrement, mais cette maladie est bien reconnaissable. Elle affecte l’écorce : une tache brune et concave apparaît et s’étend rapidement, sur le tronc ou sur les branches. Elle s’accompagne souvent de crevasses, de boursouflures, de bourrelets et autres déformations de l’écorce qui se nécrose, contaminant à son tour le bois sous-jacent. On peut aussi constater des écoulements de gomme dorée notamment en cas de chancre bactérien (ou gommose). Dans certains cas, on peut aussi observer, au printemps, des taches et des petits trous dans les feuilles.

On distingue les chancres fongiques et les chancres bactériens.

Chancres causés par des champignons

Coryneum cardinale et Nectria galligena sont les champignons responsables de la plupart des chancres fongiques. Les spores du champignon sont entraînées par le vent et s’installent partout où l’écorce offre un point d’entrée : plaies de taille, cicatrices foliaires, fissures de l’écorce… Un arbre malade peut donc très facilement contaminer les arbres voisins.

Chancres causés par des bactéries

Les chancres bactériens affectent surtout les arbres fruitiers. Ils sont engendrés par des bactéries du genre Pseudomonas, et naissent principalement en automne quand la plupart des feuilles sont tombées et que les arbres ont commencé à entrer en dormance. Les bactéries responsables sont présentes dès l’été sur les feuilles âgées et les organes verts de l’arbre ; elles ne proviennent donc pas de chancres existants.

Pourtant, il existe une troisième chose causant des problèmes de santé aux végétaux et à tout être humain, moins connue mais réelle :

Ce sont deux réseaux : Hartmann ou réseau “nickel” et le réseau Curry ou “réseau fer”.

A chaque croisement de ces deux réseaux ou de chacun d’eux, se matérialise un nœud d’où émane un rayon “gamma” qui se diffuse de façon verticale ou oblique. Le rayonnement émis est souvent considéré comme pathogène.

S’il se présente à l’aplomb de ce nœud avec une faille importante dans le sous-sol, ce qui laisserait supposer la présence d’un cours d’eau souterrain, cela augmenterait les effets nocifs du rayonnement.

img122

Il suffit que, à l’endroit où ces deux réseaux se croisent, vous ayez planté un végétal pour que celui-ci quelques années plus tard, dégénère et meurt.

Résultat d'un rayon gamma

Résultat de l’action d’un rayon “gamma”

ED

Prochain chapitre : Le parasitisme (suite…)

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires pour “Chapitre 3 des Jardiniers amateurs

Les commentaires sont fermés