Ciné mémoire à Gourdon : vendredi 12 janvier à 21h

Carte blanche à Guy Fillion au cinéma l’Atalante : Rétrospective Ingmar BERGMAN

Après les 2 films les plus marquants de sa première période, nous proposons ce trimestre les 2 films qui ont donné à BERGMAN sa notoriété internationale et qui jouent sur des registres très différents. Le premier fut salué à Cannes par un prix inventé pour lui et le second surpris par sa thématique ambitieuse et le cadre choisi pour l’exprimer. Il marqua un tournant dans son oeuvre.

Sourires d’une nuit d’été, 1955, VOSTF, 1h48

avec Gunnar Björnstrand, Ulla Jacobsson, Eva Dallbeck

Au début du siècle, l’avocat Frédérik Egerman, veuf, a épousé une très jeune femme mais il n’a pas oublié son ancienne maîtresse, une actrice… Un vaudeville à la fois sérieux et ironique, où un événement tragique peut, en un instant, basculer dans son contraire. Dans une atmosphère sensuelle et légère les hommes sont dépassés, les femmes mènent la danse, incarnées par un quatuor d’actrices de haut vol. Il en émane un charme poétique qui explique peut être l’étonnante récompense de Cannes : « Prix de l’humour poétique ». Guy Fillion.

Présentation et débat Guy Fillion, enseignant de cinéma

. Prochaines séances :

vendredi 9 février à 21h : Le septième sceau d’Ingmar Bergman, 1957

vendredi 9 mars à 21h : Fraise et chocolat de Juan Carlos Tabio et Tomas Gutierrez Alea-Cuba, 1994 dans le cadre du cyle Rétrovision ACREAMP et festival Ciné Latino de l’ARCALT. Présentation et débat Louise Legal, médiatrice cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.