Conseil municipal de Cahors

22 délibérations étaient à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal du 20 février avec un gros morceau dès la première : le Rapport d’Orientation Budgétaire 2018 (le fameux ROB). Avant de rentrer dans le vif du sujet ô combien chiffré, l’opposition, Brigitte Rivière en tête, a fait feu de tout bois sur les PV et le « zèle » des agents de la société Q-Park (en charge de la gestion du stationnement payant) « contre productif pour le centre ville ». Serge Munte, adjoint en charge du stationnement, a pris la parole « pour tordre le cou à certaines contre vérités » : « Nous n’avons pas augmenté le nombre de places payantes. Nous n’avons pas augmenté les tarifs de stationnement. Rien n’a changé sur l’amplitude horaire. » S’en est suivi plusieurs passes d’armes sur les délibérations passées sur l’attribution du marché et qui avait voté pour ou contre (ou s’était abstenu). Jean-Marc Vayssouze, le maire, s’est mué en juge de paix pour calmer les esprits : « On entend les messages… mais il y a de la désinformation. C’est pour cela que le FN, spécialiste du genre, est venu donner son avis sur le sujet… Il n’y a pas d’incitation à ce que les agents fassent du chiffre. Si vous aimez le commerce de centre-ville, je vous demande de ne pas participer à cette désinformation . Pour les socio-professionnels, nous travaillons à un abonnement au mois et pour ceux qui veulent juste faire une course ou déposer les enfants, à une période de gratuité. »

Vincent Bouillaguet, adjoint aux finances, est enfin rentré dans le ROB, power point à l’appui. Et de souligner la bonne santé de la collectivité : « La dette est en baisse de 12,28 % depuis 2009 sur le budget général. L’épargne a été largement rétablie : + 774 000 euros en 2017. » Sans oublier « les taux d’imposition en hausse de 0 %  depuis 9 ans ». Avant de laisser la parole à l’opposition, Jean-Marc Vayssouze, s’est « réjoui de la situation financière » : « Je retiens 2 ratios : l’épargne nette avec un des meilleurs chiffres des dernières années ; et la capacité de désendettement en deçà du barème national. Je tiens à remercier l’adjoint aux finances, l’ensemble des élus qui ont des délégations, les services, et l’ensemble des agents qui participent à cette bonne gestion. »

Et de lâcher une bombe en conclusion : «  Ces bons résultats me permettent d’annoncer sur le prochain budget une décision symbolique et historique : la baisse de 0,5 % du taux de la taxe foncière. C’est un signal, un déclic pour encourager le retour des populations, des acteurs économiques sur le centre-ville. » Jean-Luc Maffre des Républicains a vu son intervention perturbée par cette « cette nouvelle donnée aujourd’hui ». Il a pourtant rebondi critiquant la pression fiscale prenant notamment pour exemple Montauban. Et de donner des solutions pour améliorer la situation financière de la ville soumise à des « aléas de faits non contrôlés » : moins investir et moins dépenser. Daniel Coupy, conseiller municipal l’a repris au vol : « Vous comparez Cahors à Montauban, c’est incomparable. Vous nous dites d’arrêter d’investir… cela va faire plaisir aux entreprises… Le cinéma vous inquiète alors qu’il va amener de l’attractivité au centre-ville. Ce n’est pas avec des épluchures que l’on fait une bonne mique. De mémoire d’élu, je n’ai jamais vu une baisse du taux d’imposition. Jamais je n’ai vu une municipalité aussi engagée. » Geneviève Lagarde s’est ensuite lancée dans une longue plaidoirie (très longue…) sur le bilan de l’équipe municipale. On ne retiendra que sa conclusion à l’adresse de Jean-Marc Vayssouze : « Chapeau l’artiste ! » On est ensuite passé à la délibération n°2. Il était 21 h 40 (début de séance à 19 h…).

Medialot

1 commentaire pour “Conseil municipal de Cahors

Les commentaires sont fermés