Création du Gaec de la Seyrie à Montfaucon

Le Gaec de la Seyrie s’est créé début 2019. Il est le fruit d’une alliance entre Camille Joly, 27 ans, originaire du Loiret, non issue du monde agricole, et Frédéric Addenin, né sur la ferme, qui a repris l’exploitation familiale de ses grands-parents. Un projet qui a pu aboutir grâce au soutien de Lot Initiative et de la chambre d’agriculture du Lot.

Camille Joly, après un BTS productions animales, poursuit par une licence en gestion agricole des espaces naturels ruraux à Florac, en Lozère. C’est là qu’elle entre en contact avec l’association lotoise des éleveurs de Transhumance en Quercy ; elle étudie la faisabilité d’un groupement des agnelles en troupeaux collectifs au pâturage. Elle obtient en suivant un certificat de spécialisation ovins viande au centre de formation de Lacapelle-Marival puis, pour l’association, devient bergère à Luzech. Ses expériences ont confirmé son désir s’installer.

Innovation et savoir-faire

Frédéric Addenin, après une formation en mécanique, bien utile pour l’entretien du matériel de l’exploitation, s’installe en avril 1996 sur la ferme de la Seyrie. Il développe le troupeau de brebis causse du Lot, passant de 450 à 800 têtes, sur une surface de près de 300 ha dont une partie en location répartie entre 120 ha de terre labourable (dont 30 ha de céréales pour l’alimentation des ovins) et 180 ha de parcours.

Les bâtiments sont répartis sur deux sites dont un en location. Le Gaec travaille en quasi-autonomie selon les saisons. Ces dernières années un troupeau est mis en transhumance. La période majeure reste l’agnelage, où il faut être extrêmement présent et limiter au mieux la mortalité des naissances.

Aujourd’hui les projets du Gaec sont l’installation d’une chaîne d’alimentation pour réduire la pénibilité et le temps de travail, le souhait d’engraisser davantage d’agneaux afin de les valoriser en Label rouge et dans le même sens de réaliser un peu de croisement pour améliorer la conformation des agneaux. L’arrivée de Camille, au regard novateur passionnée par l’élevage, alliée au savoir-faire de Frédéric, concourt à l’équilibre de ce Gaec qui vient de se créer sur l’exploitation ovine de la Seyrie.

Annick Garrigues La Dépêche

Cliquez ici pour voir la liste des points de vente des agneaux fermiers du Quercy

1 commentaire pour “Création du Gaec de la Seyrie à Montfaucon

  1. Jean René
    mercredi, 27 novembre 2019 à 11:34

    Bonjour, savez-vous si cette production est bio ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.