Enquête sur les besoins en main-d’œuvre dans le Lot

Pôle Emploi Lot/Tarn-et-Garonne, présente les besoins en main-d’œuvre des entreprises et les projets de recrutement dans le Lot soit 8 800 embauches en 2019.

Matière de Bagnac sur Célé

Grégory Passeneau, responsable de l’usine Matière de Bagnac, présente l’activité de celle-ci, spécialisée dans la production d’ouvrages d’art métalliques, notamment les ponts modulables Unibridge®, produit que l’entreprise développe au plan local, national et international (60 à 70 % du CA dédié à l’export). Entre 1993 (date du rachat de la société Larive) et 2008, l’entreprise dispose d’un effectif d’une trentaine de salariés, avant de connaître, à partir de là, une forte évolution avec 200 personnes sur le site de Bagnac-sur-Célé. Les principaux métiers sont assembleur, soudeur, et opérateur à commande numérique.

.

Les entreprises ont du mal à recruter

La directrice territoriale de Pôle Emploi présente les résultats de l’enquête en besoin de main-d’œuvre, jugée représentative avec un taux de réponse de 29,8 % des entreprises lotoises. La prévision porte à 8 800 embauches sur le Lot avec une coloration industrielle et agricole, avec une part d’emplois saisonniers en recul. « L’activité redémarre mais les entreprises savent qu’elles auront des difficultés à recruter. » Dans l’ordre, les secteurs d’activité qui se partagent les 8 800 perspectives de recrutement sont l’agriculture, l’hôtellerie-restauration, les services aux particuliers, l’industrie, et le bâtiment. Ce sont, en majorité, des secteurs très tendus, avec une problématique de déficit d’image sur le Lot et de mobilité. La nature des difficultés rencontrées par les chefs d’entreprise dans leur recrutement sont la pénurie de candidats, des profils qui ne sont pas adaptés, et la nature du poste lui-même. « Il y a besoin de développer une stratégie RH plus attractive, plus en potentiel de l’entreprise, et savoir comment les garder. »

Germaine Claire, directrice du Pôle Emploi de Figeac, annonce 2 600 projets de recrutement (contre 1 800 l’an dernier). 44 % des employeurs évoquent des difficultés de recrutement, et une problématique de l’attractivité du territoire qui ressort en priorité. Brigitte Compère-Tichoux, sa collaboratrice de Souillac, annonce 1 400 projets de recrutement (soit + 400 par rapport à 2018), avec 58 % d’emplois saisonniers, dans la restauration, le commerce, et les services à personne.

Au vu de ces besoins, Murielle Henri-Tchissambou indique les axes spécifiques à prendre en compte. En premier lieu, c’est la formation. « Pôle Emploi va consacrer cinq millions d’€ (2,8 l’an dernier) sur le financement de projets à titre individuel (formation au sein des entreprises privilégiée, à tout moment, selon leur cahier des charges), la Région travaillant sur les parcours collectifs. » Le deuxième axe est un travail sur l’image de la réalité du métier, suivi par la mobilité résidentielle des publics (proposition d’un bouquet de services qui va débuter en juin sur le Lot), et faire d’innovation dans la manière d’aborder le recrutement.

Sur le Figeacois, des solutions vont être mises en place. L’entreprise Matière organise une journée Portes Ouvertes, samedi 18 mai (9 h-12 h/14 h-17 h), pour une découverte des ateliers aux professionnels et particuliers, suivi jeudi 23 mai, d’un job-dating (9 h-12 h/14 h-17 h) en vue d’un recrutement sur différents postes (contrôleur, assembleur, grenailleur, opérateur, soudeur… ; contact au 05 65 34 90 17). Des actions de formation sont également prévues en septembre à Ratier (recrutement d’opérateurs matériaux composites), pour l’Hôtel du Viguier du Roy (emplois en alternance, période de juillet à septembre).

Une 1re nationale

Pôle Emploi Lot travaille aussi sur un projet de mobilité résidentielle, en juin et décembre, avec ses homologues de la région Grand Est, le Grand Figeac, le Département du Lot, les entreprises Ratier et Figeac Aéro. Il s’agit d’une immersion sur le territoire afin d’identifier la main-d’œuvre. Murielle Henri-Tchissambou indique qu’« il y a 144 postes en besoin très précis sur les deux entreprises ». « Nous proposerons aux demandeurs de s’installer dans le Lot pour un emploi, avec un bouquet de services favorisant l’intégration et l’accompagnement de leur famille. On va instaurer un jumelage entre les deux bassins d’emplois Souillac et Figeac. Nous sommes les premiers en France, sur l’industrie, à tester cette démarche. »

S Casses ActuLot

.

.

Emmanuel Macron rend visite à Whylot et à Matière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.