Gérard Miquel : «Le signal d’alarme sur le coût des déchets»

. Gérard Miquel, le président du Syded, veut alerter les Lotois sur la problématique du coût de la gestion des déchets même si le département reste l’un des champions du recyclage.

Toutes les planètes sont alignées mais pas dans le bon sens : il sera difficile voire impossible d’échapper à un coût de gestion des déchets de plus en plus cher. Gérard Miquel, le président du Syded, le Syndicat départemental d’élimination des déchets, tire la sonnette d’alarme et appelle les Lotois «à une prise de conscience» même si le Lot reste un très bon élève du recyclage.

Faut-il craindre une augmentation du coût de gestion des déchets ?

Le Lot est très performant dans le recyclage, l’un des premiers départements en France. On recycle beaucoup, le reste part au centre d’enfouissement de Montech et à l’incinérateur de Brive. Mais on a une conjonction d’éléments qui nous laisse craindre des hausses. Déjà, l’année 2019 se situe dans un contexte particulier marqué par des hausses de coût sans précédent, conjuguées à une baisse des recettes.

Quels sont ces éléments qui vous inquiètent ?

On a la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) qui à partir de 2021 suivra une trajectoire exponentielle. Il y a le coût des carburants qui alourdit les trajets vers les déchetteries et les collectes. On peut citer aussi la quantité croissante de déchets qui partent en déchetterie, encombrants, déchets verts, produits dangereux etc. Le coût des déchetteries, c’est aujourd’hui 27 € par habitant.

L’arrêt des achats chinois est-il aussi en cause ?

Absolument. Jusqu’à une date récente, la Chine absorbait de la matière première et nous achetait cartons, papiers, aluminium recyclés. Et puis il y a eu un coup d’arrêt ce qui a fait plonger les cours mondiaux et entraîné une baisse des prix de reprise de ces matériaux.

Quelles sont les perspectives ?

Si rien n’est fait, nous allons subir des augmentations successives des coûts des déchets non valorisables. À titre indicatif, cette fiscalité supplémentaire représenterait plus de 2 M€ à l’horizon 2025.

Quelles sont les pistes pour éviter ce scénario ?

Il faut réduire les déchets de manière drastique. Quatre intercommunalités et communautés d’agglo (Grand Cahors, Grand Figeac, communauté de la Vallée du Lot et du vignoble, Syctom des Marches du sud Quercy) ont décidé de s’orienter vers la tarification incitative dans les quatre ans à venir. C’est la bonne voie, les habitants paieront le service au juste prix et cela devrait diminuer les quantités de déchets. Il y aura du conteneur individualisé dans les zones pavillonnaires, et des conteneurs enterrés en ville avec puces et cartes magnétiques. Il s’agit de faire prendre conscience à nos administrés qu’il faut mieux trier ; il y a encore trop d’incivilités dans ce domaine.


Le Syded bâtit son futur

Un nouveau centre de tri se construit à Catus. Il s’agira d’un équipement pilote au niveau national. Ce projet a été retenu par Citeo dans le cadre du plan de relance du recyclage comme centre de tri moderne adapté aux territoires ruraux. Dans cette technologie de nouvelle génération, le Syded a investi 11 M€ et permettra un tri très poussé des matières plastiques.

Propos recueillis par Jean-Michel Fabre

Progression inquiétante du coût de gestion des déchets

12 commentaires pour “Gérard Miquel : «Le signal d’alarme sur le coût des déchets»

  1. Cunégonde
    mardi, 5 février 2019 à 21:00

    Oui, bien sûr, la tarification individualisée est une solution mais il faudrait surtout prendre de nouvelles habitudes:
    – composter les déchets de cuisine et les déchets verts,
    – acheter le plus possible en vrac,
    – réutiliser les contenants etc…
    Même dans une grande métropole il est possible de réduire drastiquement la quantité de déchets, voir: https://reporterre.net/Comment-deux-familles-ont-reduit-leurs-dechets-en-trois-mois

  2. legault
    mercredi, 6 février 2019 à 07:03

    Pour faire suite a cet article je suis consciente de l’enjeu. Il est forcée de constater qu’ il y a encore de progrès a réaliser car il y a beaucoup d’incivisme ( déchets vetts, gravats divers…. Et j’ en passe dans les conteneurs verts ou normaux). Je suis pour les poubelles individuelles mais. ne faudrait il pas inciter les entreprises d’ arrêter de sur emballer ( sachets individuels des gâteaux dans un autre emballage, yaourts, des contenants de plus en plus petits exemple coca…, yaourts à boire, compote…… tout ces plastiques qui pourraient être remplacer par du verre ou du carton .. ?
    A réfléchir…..

  3. michel christian
    mercredi, 6 février 2019 à 07:09

    La tarification individualisée n’est pas la solution dans nos territoires ruraux c’est bien en ville mais dans nos communes comment faire pour le ramassage sur nos petites routes ou il y a deux ou trois maisons? les conteneurs dans le village? Et les personnes âgées qui sont a deux ou trois Km! elles marchent avec les ordures ménagères? Je suis d’accord pour mieux trier mais force est de constater que plus nous trions, plus nous payons! nous allons revoir dans peu de temps des décharges sauvages au fond des chemins de nos campagnes. A nos élus de prendre en charge le cout nous ne sommes pas responsable même ci nous devons nous aussi faire des efforts
    Bonne journée

  4. Plisson Daniel
    mercredi, 6 février 2019 à 15:16

    Depuis l’interdiction de brûler les déchets végétaux, se pose le problème de leur acheminement dans les déchèteries. Peu de personnes sont équipées d’une remorque, d’un broyeur : ne pourrait-on pas instaurer un service municipal de ramassage de végétaux et ou faire l’achat d’un broyeur qui circulerait à la demande des habitants ? tenir compte également du fait que ce problème affecte les personnes âgées, toujours plus nombreuses dans notre département.

  5. mercredi, 6 février 2019 à 22:25

    J’avoue que tout cela n’est pas très clair…
    Le gaspillage est au cœur de la croissance économique appelée de ses vœux par l’élu.
    Alors que faut-il comprendre ? Serait-ce l’heure de la décroissance ?
    De la réparation ? De la réutilisation ? De la mise en commun des objets, voitures, logement ? Mieux, apprendre à s’en passer ? Encore mieux, que les politique règlementent drastiquement le suremballage ? Jardiner et devenir autonome face à la grande distribution ?
    Que né-ni, rien de tout cela. C’est l’heure de persuader le consommateur qu’il est le premier responsable de la gabegie et qu’il devra payer plus cher pour fourguer tous les déchets qu’on lui a vendu pour remplir les poches de la Syded.
    Les industriels responsables du gaspillage, du “tout-jetable”, du suremballage, de l’obsolescence programmée, des transports inconsidéré, ne sont évidemment pas visés.
    Que le peuple irresponsable me récite deux “Notre Père” et trois “je vous salut Marie…”
    Voire documentaire sur le site.

  6. GELIS
    jeudi, 7 février 2019 à 14:18

    J’ai fait un séjour en Allemagne il y a 4 ans, et les hypermarchés, récupères les bouteilles plastique et remboursent quelques cts d’€ à la caisse. Toutes les bouteilles de bière sont consignées etc..Il y aurait tant à faire mais l’état ne fait pas le nécessaire pour cela! une fois de plus le consommateur est la vache à lait et pourvu qu’on puisse lui piquer du fric, c’est le principal. Chez moi je tri un maximum et ce n’est pas pour autant que la redevance baisse.

  7. landes frédéric
    jeudi, 7 février 2019 à 18:26

    même pratique au canada aussi. bouteilles en verre et plastique consignées, avec des machines dans tous les magasins qui rendent comme vous dites quelques centimes et du coup beaucoup de sdf ou de personnes dans le besoin qui se servent de ce complément pour vivre un peu mieux..

    • ELUE LOTOISE
      vendredi, 8 février 2019 à 09:30

      Le principe de retour de bouteilles plastique contre des tickets de valeur en centimes à se faire rembourser à l’accueil, avait été instauré il y a quelques années sur le parking du supermarché Carrefour à Gourdon. Il a été rapidement abandonné: container souvent bloqué , bouteilles et bouchons abandonnés au sol.
      Comme vous le dites,c’est en amont que cela se passe, il faut arriver à réguler ces doubles, voir triples emballages car la consommation est poussée à l’extrême, il faut acheter par lots!!
      Les citoyens ont été incités et sensibilisés à utiliser la déchetterie, on ne peut que s’en féliciter! Il ne faut pas que Monsieur Miquel vienne se plaindre!! Le projet qu’il envisage est expérimenté dans de nombreux endroits , résultat: pour payer moins, les habitants prennent leurs poubelles dans le coffre de leur voiture et vont les déposer dans un lieu où le système n’est pas en place ou bien ils déposent les encombrants en vrac à côté des poubelles. Ces encombrants sont tout de même emportés mais le coût est réparti sur tous ceux qui utilisent ce service, pénalisant ceux qui s’obligent à faire attention. A la sortie, beaucoup d’incivilité!
      Alors Monsieur Miquel, soyez raisonnable, je sais que vous envisagez une construction nouvelle, est-ce bien nécessaire??Qui va encore payer???
      Assurons le fonctionnement avant de se lancer dans l’investissement d’un projet pharaonique et continuons à recycler, trier et privilégier les achats individuels.

      • michel christian
        vendredi, 8 février 2019 à 14:16

        Une superbe analyse merci Elue Lotoise ouf il reste des élus-es conscient! je vais pouvoir passer un bon Week-end
        Bonne fin de journée

    • Fox
      dimanche, 10 février 2019 à 16:16

      je me souviens d’un temps où même dans le Lot, en France, on gardait les bouteilles en verre consignées à l’achat et on les rapportait aux commerçants pour récupérer la consigne!
      A-t-on la mémoire courte ou bien invente-t-on l’eau tiède?

  8. Benoit Auzannet
    mardi, 2 avril 2019 à 17:51

    Bonjour,

    Une iniative toulousaine, la boucle verte, collecte les canettes en aluminium et l’argent dégagé sert à financer des associations. Une idée à implémenter sur le territoire, c’est un début.

    https://www.facebook.com/laboucleverte.toulouse/

    Cordialement,

  9. Géraud
    mercredi, 3 avril 2019 à 20:10

    La redevance incitative permettra surtout aux propriétaires de châteaux de payer moins qu’aujourd’hui avec la TEOM et fera payer beaucoup plus les familles nombreuses, même pauvres !
    Génial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.