Gisèle et Philippe Etienne sont les nouveaux gérants du cinéma de Prayssac

Menacé, le cinéma Louis Malle de Prayssac  a finalement trouvé des repreneurs, en la personne de Gisèle et Philippe Etienne, des Cinéma de Cocagne.

Gisèle et Philippe Etienne, repreneurs du cinéma Louis Malle à Prayssac dans le Lot.
Gisèle et Philippe Etienne, repreneurs du cinéma Louis Malle à Prayssac dans le Lot. (©Actu Lot)

Le 19 septembre 2019 à 21 h a eu lieu la présentation de Gisèle et Philippe Etienne, nouveaux repreneurs du cinéma d’Art et d’Essai Louis Malle de Prayssac, dans la vallée du Lot, devant tous les conseillers municipaux et devant Serge Bladinières Président de la Communauté de communes de la vallée du Lot et du Vignoble.

Fabienne Sigaud, maire de Prayssac, avant de leur donner la parole les a remerciés de leur présence et leur a témoigné sa grande satisfaction de les recevoir. Le maire a salué également la présence de M. Francis Ballu, cheville ouvrière du collectif de soutien au cinéma prayssacois et médiateur de tout ce résultat positif qui va pérenniser l’activité du cinéma de Prayssac.

Anciens du festival de Gindou

Gisèle Etienne est Lotoise, elle est native et a vécu à Thédirac. Elle a travaillé auprès de l’association des paralysés de France avant de devenir bénévole active au festival de Gindou. Et y découvrir son amour pour le cinéma. Après une formation d’exploitante de salles de cinéma et elle exploite rapidement avec son époux Philippe Etienne, le cinéma Jean Marais à Aucamville en Haute-Garonne en créant la société « Cinés de Cocagne ».

Gisèle et Philippe ne sont pas des novices. Gérants du cinéma Jean Marais à Aucamville, Gisèle et Philippe Étienne multiplient les animations et les collaborations pour partager leur passion du 7e art dans toute sa diversité. La salle Jean Marais offre un programme éclectique et de qualité qui répond aux goûts et aux attentes du plus grand nombre. Ils tiennent aussi à programmer des films moins médiatisés, que l’on ne trouve pas ailleurs. C’est une manière pour eux de se démarquer des multiplexes.

Les Cinés de Cocagne (du nom de la société qu’ils ont créée) proposent également des séances animations qui créent du lien et de l’interaction avec le public : ciné-tchatche, ciné-goûter, ciné-concert ou ciné-patrimoine. S’il joue la carte de la proximité et de la convivialité, le cinéma d’Aucamville aime aussi s’associer aux festivals toulousains (Histoires de cinéma, Cinélatino, Cinespana, Ciné Palestine) ou participer à certaines opérations nationales (festival Télérama, fête du court-métrage, fête du cinéma).

Grâce à Francis Ballu et à Jean-Pierre Villa, de nombreuses rencontres ont eu lieu avec également le maire Fabienne Sigaud et M. Serge Bladinières. La signature d’achat avec la société « Ciné 46 » a eu lieu le lundi 16 septembre.

Profond respect pour le cinéma Louis Malle

Philippe Etienne a pris la parole pour dire son admiration pour le cinéma de Prayssac. Lorsqu’il a commencé à travailler à Gindou en 1990, « on entendait parler de ce cinéma de Prayssac, 1er label Art et Essai dans un milieu rural qui en 2000 faisait des entrées que des salles plus importantes pouvaient lui envier. Et puis son architecture, avec sa jolie façade et sa salle avec son plafond d’étoiles lui donne un charme particulier qui participe à son identité. On s’y sent bien ».

Philippe Etienne a témoigné de son profond respect et admiration pour le travail réalisé depuis 35 ans par Marcel Legrand, de son affection pour lui également. « Le cœur a parlé, on a choisi Prayssac mais on vient ici avec un projet car nous voulons développer de nouvelles propositions envers le jeune public avec des actions très concrètes, des projets cinéma avec les enfants, comme des « Ciné-versaires », un catalogue de films pour scolaires mais aussi d’autres publics comme les maisons de retraite mais pas seulement, la diffusion d’opéras, de ballets de qualité très novateurs mais aussi plus traditionnels. »

Des modifications sur les jours d’ouverture auront lieu progressivement pour passer à 10-11 séances. Le cinéma sera fermé du 1er au 8 octobre pour des travaux de modernisation, changer la configuration avec une caisse informatique qui permettra de lancer directement la programmation sur Allo-ciné et d’autres sites, un moyen de se faire connaître, le paiement par carte bancaire, le pilotage à distance, la formation du personnel qui est repris avec une augmentation de leurs heures de travail et une autre personne sera employée pour soulager pendant les week-ends.

M. et Mme Etienne seront là très régulièrement. Des contacts sont déjà pris pour des événements avec des cinéastes. Des recherches avec des associations seront faites, un travail commun avec des propositions.

Philippe Etienne, natif du Lot-et-Garonne, après une carrière de chimiste, il a changé de vie et a travaillé 3 ans à la cinémathèque de Toulouse. Pendant 26 ans, il dirige le festival de Gindou jusqu’en 2015. Aujourd’hui il enseigne le cinéma à Toulouse ainsi qu’à Limoges. Il réalise des films dont un a été tourné dans le Lot au Clos de Gamot à Cavagnac, il a été également producteur et distributeur de films. Il souhaite vivement transmettre cette passion qui l’anime en la faisant partager.

Serge Bladinières s’est félicité : « c’est une chance de vous avoir rencontrés, c’est votre métier et c’est un grand bénéfice de ne pas perdre ce cinéma, il y avait un autre repreneur mais vous, vous aviez des éléments supplémentaires et c’est votre métier. Pour nous c’est rassurant pour l’ensemble du territoire et en zone rurale ce n’est pas si courant. On aimerait vous rencontrer afin de mettre en place des partenariats ». Une discussion aura lieu au bureau du conseil communautaire pour apporter une aide à cette reprise.

BRIGITTE GUIGNEBAULT ActuLot

Plus d’infos sur www.lescinesdecocagne.com

 

3 commentaires pour “Gisèle et Philippe Etienne sont les nouveaux gérants du cinéma de Prayssac

  1. carmpat
    jeudi, 10 octobre 2019 à 10:31

    Voilà des bonnes nouvelles – félicitations et bon courage!
    Carmel

  2. Sylvie
    samedi, 12 octobre 2019 à 10:30

    Ha oui, ce sont de très bonnes nouvelles !
    Merci à tous les acteurs de cette bienheureuse reprise !

  3. jevouslis
    jeudi, 17 octobre 2019 à 15:26

    La volonté première de la CCVLV et de la maire de Prayssac a été de préserver le cinéma qui est le seul sur la Vallée du Lot. Déjà en 2016, devant les difficultés que celui-ci rencontrait, ils avaient apporté leur soutien à Marcel Legrand et Claire Petit, gérants de l’époque en signant une convention tripartite avec la Sarl Ciné 46.

    En mars 2016, Ciné 46 avait sollicité ce partenariat. Après plusieurs rencontres, un accord était conclu à hauteur de 6 000 € par an pour la CCVLV et 3 000 € par an pour la mairie pendant 3 ans. Le but étant de pérenniser le cinéma dans la région. Le cinéma Louis Malle à la fin de ce partenariat vient de changer de gérants. Le conseil municipal a voté un loyer de 375 € par trimestre soit 1 500 € par an. C’est en présence de Fabienne Sigaud maire de Prayssac, Serge Bladinières président de la CDC, de Gisèle Etienne gérante représentant «Les Cinés de Cocagne» et de son époux Philippe Etienne qu’une nouvelle convention tripartite a été signée pour une durée de 5 ans. La commune s’engage à un soutien financier de 5 000 € par an et la CCVLV à 10 000 € par an. Au moins, une certitude, Prayssac gardera son cinéma pour le plus grand plaisir des cinéphiles de la région. Ciné 46 a été intégré dans la société «Les Cinés de Cocagne», mais à Prayssac cela ne change rien et reste avec la même dénomination Ciné 46. Le couple de gérants s’est engagé à faire évoluer le cinéma Louis Malle en passant déjà de 6 à 10 séances par semaine dans un premier temps, en reprenant le salarié et en augmentant son contrat en heures plus une autre personne sur certains week-ends. Toutes les semaines il y aura un film pour enfant.
    LaDepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.