Gîtes de France inquiets de la concurrence des collectivités

Dans un premier temps, lros de l’AG des Gîtes de France du Lot le 16 avril à Cahors, Christiane Carmagnac a fait part des bons résultats du relais du Lot. Selon une étude réalisée par le cabinet Protourisme et présentée en mars dernier à l’occasion des assises du tourisme, le tourisme dans le Lot génère 3 600 emplois temps pleins, 235 millions d’euros de retombées directes. «Le poids de cette économie est équivalent à celui d’Andros, de Ratier ou de Figeac Aéro. Les labélisations de gîtes aux standards Gîtes de France ou meublés de tourisme vont bon train», a remarqué Christiane Carmagnac.

Puis elle s’adressait à Pierre Lagache, qui représentait l’ADT (agence de développement touristique) et membre du CRT (comité régional du tourisme). «Je voudrais sans animosité vous faire part de notre inquiétude devant cette nouvelle initiative que vous avez envisagé d’entreprendre». Elle faisait allusion à son projet de créer une place de marché départemental. «Nous sommes confrontés à de nouvelles formes de concurrence que nous considérons déloyales. Elles émanent de certains organismes institutionnels départementaux ou régionaux au profit d’opérateurs internationaux puissamment capitalisés, comme AirBnB, Booking via l’opérateur Ellohah. En fait, il ne s’agit ni plus ni moins que d’utilisation de fonds publics à des fins privés» indiquait-elle. «Dans le Lot, nous allons être de plus en plus concurrencés par des plateformes ou outils de commercialisation financés par des fonds publics», a-t-elle poursuivi, citant entre autres la «place de marche de l’office de tourisme de la Vallée de la Dordogne».

«Nous sommes dans un petit département, il est hors de question de se tirer dans les pattes» a répondu Pierre Lagache. Les coprésidents regrettaient par ailleurs, de n’avoir jamais été consultés ni impliqués dans ces initiatives. «Nous sommes depuis 60 ans les acteurs historiques du tourisme rural en France et dans le Lot. Dans le département, nos chiffres ainsi que nos résultats sont la preuve de notre efficacité. Nous faisons travailler une quantité d’acteurs dans de nombreux domaines» concluait-elle.


Le relais en quelques chiffres

Le relais Gîtes de France du Lot compte 750 propriétaires, 995 hébergements. En 2018, 3 450 séjours ont été vendus, le panier moyen dépensé pour un séjour est de 536 €, la durée moyenne d’un séjour dans le Lot est de 8, 4 jours. Les réservations en 2018 ont augmenté e 33 %, près de 80 % des réservations se font en ligne.

Le relais c’est également 40 ans d’existence, une équipe de 8 salariés basée à Cahors. En 2018, on dénombre un volume d’affaires de plus de 5, 5 M€.

La gestion de la marque tourisme et handicap est en cours.

2 commentaires pour “Gîtes de France inquiets de la concurrence des collectivités

  1. carmpat
    jeudi, 25 avril 2019 à 09:32

    Qu’est “une place de marché” dans ce contexte?

    • jevouslis
      jeudi, 25 avril 2019 à 11:05

      C’est un site qui vous branche sur une quantité de fournisseurs, ici comme c’est indiqué dans le texte: AirBnB, Booking via l’opérateur Ellohah..
      Ce type de site se développe de plus en plus, ça peut être bénéfique, par exemple pour trouver les artisans de notre territoire mais ça peut aussi nous brancher sur de grands groupes internationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.