Grand Figeac: un Côtes du Lot bio

La communauté de communes du Grand Figeac s’apprête à donner le coup d’envoi de ce projet viticole: Produire un côte du Lot bio Elle attend le soutien des agriculteurs, vignerons et de la population.

Renouer avec la tradition de la viticulture, le Grand Figeac en est tout proche. Pour produire ce Côtes du Lot bio, se dessine le projet d’un vignoble de 5 ha implanté à La Vinadie, avec un chai de 300 m². La première vendange pourrait se faire en 2021.

«L’idée a germé, lors de la dernière Foire-Exposition, il y a deux ans, racontait Martin Malvy, samedi matin, lors de la présentation de ce projet baptisé «Reconquérir le vignoble du Grand Figeac».

C’est donc le lycée agricole de la Vinadie, qui accueillait cet événement, en présence de Michel Defrances, président de l’Interprofession des vins du Sud-Ouest : «Le jour où vous planterez votre vigne, nous serons là, je vous en fais la promesse. La vigne est une culture spéciale qui vit par la main de l’homme et de sa passion pour la terre. Vous avez choisi d’associer la population à votre projet, que ce soit sa vigne, que ce vin lui appartienne. Ne culpabilisez pas de démarrer petit : créez un collectif imaginatif, créez une image de votre territoire et installez des vignerons».

Des propos bienveillants et passionnés qui confortent le Grand Figeac dans cette initiative qu’il souhaite accessible à tous. «Nous avons considéré qu’il fallait un petit coup de pouce de la collectivité, mais cette démarche s’appuie sur la participation citoyenne et l’engagement du tissu agricole local», précisait Vincent Labarthe, en annonçant la 1re étape : la constitution d’une SCIC «La Vinadie».

Cette société coopérative d’intérêt collectif portera ce projet : de la mise en exploitation du vignoble jusqu’à sa promotion et sa commercialisation. Elle sera composée de souscripteurs du territoire : des viticulteurs ou futurs viticulteurs, des habitants, des entreprises et acteurs économiques du Grand Figeac, l’intercommunalité, etc.

«Nous nous contentons d’impulser quelque chose, ce n’est pas notre collectivité qui va gérer ce vignoble. On pose un socle : la plantation de 5 ha de vignes à la Vinadie, où la Région Occitanie met des terres propices à disposition. Ensuite ce sera à la coopérative qui va se créer de gérer», intervenait Martin Malvy.

Au vu des éléments présentés, samedi matin, le Grand Figeac accompagné par Sylvie Debord, chargée de mission viticulture, et Jean-Pierre Espeysse, président de la commission agricole, ont déjà engagé un sérieux travail, au côté de partenaires expérimentés.

Sur l’aspect faisabilité économique : il y a eu des analyses des éléments stratégiques (quantité à produire, prix, coûts, investissements et débouchés). Claude Teulier, du CER Cahors, s’est attaché à expliquer avec rigueur la partie financière et comptable, pour aboutir à la rentabilité.

L’aspect participatif de la SCIC a été expliqué par Cyrille Rocher de l’URSCOOP qui est revenu sur la dimension coopérative et citoyenne portée par la SCIC et l’intérêt de cette forme d’entreprise.

Sur le produit enfin, un vin rouge bio en appellation Côtes du Lot, et sur le volet agricole, Francis Laffargue, directeur de la Ferme expérimentale d’Anglars-Juillac, et Michel Defrances, président de l’Interprofession des vins du Sud-Ouest ont parlé terroir, œnologie, cépages, mais aussi condition et aide pour la plantation de vignes.

Puis le public, peu nombreux, a pu se faire une idée en dégustant un vin rouge de 2016 assemblé dans le Lot sur le modèle du futur vin figeacois.


Un projet viticole et citoyen

La SCIC La Vinadie sera créée en 2018. Le prix des parts sociales est fixé à 20 € et les souscriptions sont ouvertes. Les 5 ha de La Vinadie seront plantés en 2019 pour constituer une vigne-mère qui servira de couveuse afin de favoriser d’autres projets viticoles sur le périmètre de la collectivité.

«La rentabilité du produit est intéressante pour l’agriculture locale qui aura rapidement des marges, grâce à un équipement mutualisé et une marque identifiée du terroir avec un vin commercialisé en vente directe», soulignait Jean-Pierre Espeysse, insistant : «Ce projet ne pourra pas se faire sans les agriculteurs. Ils doivent être intégrés dès à présent».

Sera produit un vin rouge conduit en démarche biologique avec appellation «Côtes du Lot» valorisée à 8 € la bouteille, dès 2022. Les premières vendanges étant envisagées pour 2021. Les 5 ha de la Vinadie permettront de produire entre 20 000 et 35 000 bouteilles par an sur un assemblage : 40 % malbec, 40 % marlot rouge et 20 % mansois.

À terme, le capital de la SCIC la Vinadie représentera 320 000 €, dont 50 % détenus par le Grand Figeac qui assumera les 3 années d’implantation du vignoble.

L’investissement global est de 650 000 €, dont 146 000 € de subventions attendues.

Pour participer à la SCIC, contacter le Grand Figeac par mail : secretariat.general@grand-figeac.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.