L’Agneau fermier du Quercy une démarche en filière et des acteurs solidaires

.Aux côtés des éleveurs du département du Lot, les Organisations de producteurs des coopératives Capel et Géoc travaillent localement avec l’abattoir Destrel/Arcadie à Gramat. Parce qu’il permet une valorisation durable de la production, et parce qu’il est économiquement structurant pour le tissu local.
Cette démarche a permis le développement du label « Agneau fermier du Quercy », qui est une appellation que de nombreuses régions nous envient. C’est un héritage de nos anciens dont nous devons prendre soin et qui amortit aujourd’hui les effets d’une baisse de la consommation. Tous les agneaux du Quercy ne sont pas labels, mais tous les agneaux bénéficient indirectement de la valeur ajoutée du label. Dans une région agronomiquement pauvre, cette démarche a permis le maintien de cette activité emblématique du Quercy et de son Parc naturel régional.

Ce projet doit donc rester collectif pour être durable, c’est un enjeu de territoire majeur. C’est ce à quoi s’attachent tous les maillons de la chaîne : éleveurs, coopératives, transformateur, tous basés sur le département du Lot. C’est dans ce cadre qu’a été mis en place un nouveau contrat de filière.

Dans un contexte sociétal où la viande est régulièrement attaquée, le label reste une valeur sûre pour le consommateur. Surtout lorsqu’il est associé à un territoire reconnu. Mais le consommateur est aussi de plus en plus sensible à la rémunération du producteur, et à l’authenticité de la démarche. C’est dans ce cadre qu’un nouveau contrat de filière a été bâti, premier pas vers une démarche de contractualisation suscitée par les Etats généraux de l’alimentation. Ce contrat a la modeste ambition d’enclencher un cycle vertueux :

  • L’éleveur s’engage sur des volumes de production.
  • Le transformateur optimise ainsi le pilotage de son outil. Cette visibilité lui permet par ailleurs de mieux répondre aux besoins du consommateur.
  • En contrepartie, l’éleveur bénéficie lui aussi d’une lisibilité des prix sur plusieurs mois et peut donc organiser sa production.

Une démarche simple, éthique et équitable.

L’Agneau fermier du Quercy a obtenu la médaille d’or lors du dernier Salon international de l’agriculture de Paris. C’est la reconnaissance d’un savoir-faire et la certification de la qualité exceptionnelle du produit. La récompense de 40 années de construction d’une filière locale.

L’Agneau fermier du Quercy médaillé d’or à Paris en 2019
Le Concours général agricole du Salon international de l’Agriculture de Paris récompense chaque année les meilleurs produits et animaux du terroir français avec pour devise « le goût avant tout ».  Il récompense l’engagement d’un binôme d’une filière (un groupement de producteurs et son abatteur) autour d’un produit d’excellence. Cette année, c’est l’Agneau fermier du Quercy qui a décroché l’or !
L’Agneau fermier du Quercy, c’est :
–    Une qualité gustative unique, avec un goût juste, une saveur subtile et une viande très tendre, légèrement rosée
–    Une rigoureuse sélection génétique autour d’une mère caussenarde du Lot. Mais le label peut aussi compter sur d’autres races du territoire comme la blanche du Massif central, la F1 46, la lacaune…
–    Enfin, une nourriture au lait de sa mère durant 70 jours minimum, puis complémentée au foin et aux céréales jusqu’à 150 jours maximum.

  • LES DATES

–    1983 : 1er agneau labellisé
–    1990 : obtention du Label rouge
–    1996 : obtention de l’Indication géographique protégée (IGP)
–    2019 : médaille d’or au Concours général agricole du SIA à Paris

  • LES CHIFFRES

–    118 000 brebis en pâturage
–    236 exploitations impliquées dont 80% autour de Gramat
–    2 groupements de producteurs : Capel et Geoc
–    1 seul abattoir agréé : Destrel à Gramat
–    170 points de vente en France dont 80 boucheries
–    40 jeunes Lotois installés en élevage ovin ces dernières années

  • PORTRAIT

Camille Joly, son coup de cœur pour le Causse et ses agneaux

A 27 ans, Camille Joly, adhérente de l’Organisation de producteurs ovins de Capel, s’est installée début 2019. Elle est associée à son compagnon Frédéric Addenin, au sein du Gaec La Seyrie, sur la commune de Montfaucon (Lot). Grâce à l’implication et l’amour de ses éleveurs pour le territoire et ses richesses, l’exploitation perpétue une tradition familiale d’élevage ovin sur le Causse depuis des décennies. Au cœur du Parc naturel régional des Causses du Quercy, l’exploitation compte 800 brebis Causses du Lot. Des brebis et des agneaux qui profitent pleinement de 180 hectares de parcours, constitués de bois et de landes. Trente hectares de céréales sont consacrés à l’alimentation des animaux : Frédéric et Camille veillent à ce que le Gaec fonctionne en quasi-autonomie selon les saisons.

Au quotidien au contact de ses animaux, en lien direct avec la nature, Camille, originaire du Loiret, a eu un vrai coup de cœur pour le territoire. « Je ne suis pas issue du milieu agricole mais ici, je me suis immédiatement sentie bien. J’ai eu un coup de cœur pour ces terres, leurs paysages ouverts, leur biodiversité, l’élevage ovin. Ces animaux savent valoriser un terroir fortement ancrée, sur un territoire pourtant aride et difficile d’accès. C’est important pour moi de perpétuer un élevage en lien avec un territoire ». Camille Joly affiche une forte volonté de développement de l’activité de l’exploitation en Label rouge « Agneau fermier du Quercy ». « Le label est un gage de qualité et local important pour le consommateur ». De l’éleveur au consommateur, ce sont des opérateurs solidaires qui portent l’ensemble de la filière ovine dans le département du Lot : les organisations de producteurs que sont Capel et le Géoc pour leur accompagnement technique des élevages, l’abattoir Destrel d’Arcadie Sud-Ouest pour la mise en marché et la commercialisation des produits ovins.

La Dépêche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.