Le point sur l’activité des entreprises locales

Le directeur départemental de la Banque de France, Fabrice Mengual a fait le point en présence d’acteurs du crédit bancaire.

La situation financière mondiale, européenne et nationale a été déclinée, mais la fin des échanges n’a pas oublié d’évoquer les acteurs économiques du Lot.

 Mardi matin, au Chai de Cahors, les diapositives se sont enchaînées sous le regard attentif des acteurs bancaires ou sociétés de prêts à l’égard des entreprises. Le directeur départemental de la Banque de France Fabrice Mengual et son adjointe Valérie Rafin ont évoqué la «guerre commerciale» entre les États-Unis, la Chine et l’Europe, ainsi que les attentes des chefs d’entreprises locales sur la rentabilité de leur activité à venir.
La Banque de France assure des études de conjonctures économiques. Justement, des enquêtes d’opinions menées montrent les attentes des entrepreneurs et les recours envisagés, le crédit par exemple, pour se développer. 47 % des industriels interrogés attendent une hausse de la rentabilité de leur exploitation en 2019. Citant un communiqué de la BCE du 7 mars sur la promesse de ne pas faire évoluer son taux directeur (presque à zéro) d’ici fin 2019, Fabrice Mengual n’y voit «pas une très bonne nouvelle» pour les institutions du crédit financier représentées dans la salle. «Nos marges de manœuvre pour valoriser les prêts sont réduites», confirme un représentant de la Caisse d’épargne du Lot.

Selon Fabrice Mengua, dans le Lot en 2018, 120 entreprises ont été déclarées «défaillantes». Aussi, les sociétés des secteurs du commerce, de l’hôtellerie et de l’immobilier recourent moins au crédit que la moyenne régionale.

«Le nombre de transactions en baisse impacte la valorisation du prix des biens immobiliers», décrit le directeur départemental de la Banque de France, qui s’avoue tout de même plus inquiet pour les activités liées au secteur touristique.

Mathieu Delaunay La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.