Les agents hospitaliers incités à se faire vacciner contre la grippe dans le Lot

La gastro-entérite devance la grippe dans le Lot pour laquelle, toutefois, la vaccination des agents hospitaliers a commencé. Ceci sur la base du volontariat. En outre, une unité spécifique est prête à intervenir en milieu hospitalier en cas de grippe sévère.

La grippe ne sévit pas encore dans le Lot. Seuls quelques cas isolés ont été diagnostiqués, mais on ne peut pas parler d’épidémie.

En revanche, la gastro-entérite, qui a aussi refait son apparition cet automne, est bien plus agressive. Le service des urgences de l’hôpital de Cahors confirme qu’il fait actuellement face à une recrudescence des cas de gastro et qu’il est bien moins sollicité pour des grippes. « C’est très calme dans ce domaine » a souligné Thierry Debreux, médecin-chef du Samu 46.

« C’est de saison, c’est même un signe que l’hiver approche » entend-on dire de la part des Lotois dans les pharmacies du département où ces derniers se précipitent après être passés par la case Urgences ou par le cabinet de leur médecin traitant.

Remous et fake-news autour de l’eau de Cahors

D’autres, à Cahors, s’interrogent sur la qualité de l’eau qui pourrait provoquer des diarrhées. « Fake news » peut-on lire sur Facebook. Rien, en effet, ne démontre actuellement que les troubles digestifs observés actuellement dans les cas de gastro-entérite sont provoqués par une eau de piètre qualité.

En d’autres termes, contrairement aux affirmations infondées émises sur les réseaux sociaux relayant des joutes électorales sur fond de fausse polémique sanitaire, l’eau de Cahors n’est à ce jour pas impropre à la consommation.

Le message de l’hôpital de Cahors à ses agents

La prévention et le traitement des premières grippes sont au centre des préoccupations des centres hospitaliers du Lot.

Priorité à la vaccination des agents hospitaliers, dans un premier temps. « La grippe est bientôt de retour. Se vacciner, c’est d’abord protéger nos patients » ont pu lire les agents hospitaliers de Cahors sur le message qui accompagnait leur dernier bulletin de salaire. « La vaccination n’est pas obligatoire, elle est juste proposée » précise l’hôpital.

D’autre part, un dispositif de traitement d’urgence est prêt à entrer en vigueur en cas de grippes sévères. Dans le Lot, en raison d’une population vieillissante, les personnes âgées sont les plus touchées et bien sûr les plus vulnérables. C’est mathématique, mais pour que cela ne devienne pas dramatique, les structures hospitalières préparent leurs équipes et leurs conditions d’accueil des patients.

Une unité spécialisée prête à intervenir

L’unité spécialisée qui pourrait être déployée dans les hôpitaux en cas de grippe grave, prévoit qu’une équipe constituée pour cet encadrement intervienne pour cette seule pathologie. Cette unité a déjà fourni les preuves de son efficacité à Cahors. Un hôpital en souffrance auquel ce nouvel effort est demandé, tandis que les agents réclament des moyens adaptés à toutes les situations.
Pas seulement la grippe.

Jean-Luc Garcia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.