les fabricants de compotes s’entendent sur leur prix?

Andros Installée à BIARS SUR CERE (46130), Materne ou encore Saint-Mamet… Les fabricants de compote sont soupçonnés de s’être entendus sur les prix entre 2010 et 2013. Ils étaient convoqués par l’Autorité de la concurrence, ce mercredi 10 juillet.

Les industriels vont devoir défendre leur position ce mercredi 10 juillet devant les gendarmes de la concurrence, à Paris. Les agents de l’Autorité ont en effet ouvert une enquête en septembre 2015 pour “soupçon de cartel”, selon les informations du journal Le Monde.

Dans un communiqué, l’Autorité de la concurrence indiquait avoir procédé “à des opérations de visite et saisie inopinées auprès d’entreprises suspectées d’avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles” dans le secteur des fruits transformés en coupelles et en gourdes. 

 

Parmi les entreprises dans son collimateur, les deux plus grands acteurs de ce marché : Andros et Materne. Mais aussi Charles & Alice, Conserves France (St Mamet), Valade et Delis (groupe Lactalis). C’est le groupe néerlandais Coroos qui aurait dénoncé les pratiques du milieu, et aurait de ce fait demandé à bénéficier de la procédure de clémence.

Peser davantage sur la grande distribution 

Pourquoi une telle entente entre industriels ? Pour peser davantage sur la grande distribution. Entre 2010 et 2013, période durant laquelle les fabricants de compotes se seraient réunis, le coût de la matière première, notamment de la pomme, grimpe. Ils auraient donc eu besoin d’augmenter le prix de leurs compotes et auraient décidé de le faire ensemble pour convaincre les supermarchés. 

Il s’agit donc de savoir si les groupes de l’agroalimentaire se sont bel et bien concertés pour coordonner la hausse des tarifs et se répartir des marchés. Les enquêteurs veulent aussi savoir si seule la grande distribution est concernée par ces pratiques ou si elles ont aussi été appliquées dans le secteur de la restauration. Tous risquent de lourdes amendes en rapport avec leur chiffre d’affaires.

Depuis dix ans, l’Autorité de la concurrence a déjà épinglé huit cartels. Yaourts, lessives, farine, électroménager… Au total, ce sont plus de cinq milliards d’euros d’amendes qui ont été prononcées pour entente sur les prix.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.