Les gilets jaunes veulent se structurer dans le Lot

Place à la réorganisation du mouvement des gilets jaunes : c’est le mot d’ordre lancé par un bon nombre d’entre eux hier dans le Lot. Le Grand Figeac a pris la décision de se structurer. Cahors veut en faire autant. Les gilets jaunes comptent sur la force du regroupement pour tenir et faire aboutir leurs revendications. Détails…

La mobilisation des gilets jaunes se poursuit dans le Lot, mais nombreux sont ceux, parmi ces manifestants, qui souhaitent que les actions prennent une autre tournure. «L’objectif, pour nous, c’est de mieux nous organiser, en constituant un seul collectif soudé avec seulement un porte-parole pour tout le département. Il faut se structurer pour ne pas se disperser et afin de mettre en œuvre des actions communes. Les idées sont là, les forces vives aussi, alors regroupons-nous pour mieux agir», proposait hier Jean-François, l’un des gilets jaunes de Cahors qui alterne une présence entre le rond-point de l’Atrium, mais aussi celui de Regourd, ainsi qu’à Gramat et ailleurs.

Il fait le grand écart et désire que Cahors compose un vrai collectif à l’instar du Figeacois. En effet, un groupe de gilets jaunes du Grand Figeac se structure. Une réunion est prévue ce mercredi 5 décembre, à 20 h 30 à la Maison du parc à Capdenac-Gare. «Il s’agit d’une réunion participative pour la détermination et la programmation des futures actions. Chaque action proposée sera votée à main levée. Que chacun réfléchisse et vienne avec des idées. Covoiturage à 20 heures sur le parking du Foirail à Figeac», annoncent les organisateurs. Les gilets jaunes du Bourg organisent, quant à eux, une table ronde jeudi à 20 h 30, à la salle des fêtes de Rueyres.

Dans cette réunion «chacun pourra prendre la parole, faire valoir ses idées et affirmer ses convictions, pour inscrire le mouvement dans le respect des personnes et des valeurs de l’humanité, la non-violence, dans la solidarité et dans la durée (une éventualité qui n’est pas à écarter)», soulignent-ils. Les gilets jaunes lotois parviendront-ils à former un bloc unanime ?

Retour à Cahors où d’autres préoccupations animaient les manifestants hier. Au rond-point de l’Atrium, les gilets jaunes distribuaient des tracts sur lesquels ils regrettaient d’avoir été «privés des moyens (cônes et barrières) en plastique qui nous servaient à ralentir la circulation et à nous protéger», précisent-ils.

Puis, sur le même tract, en raison justement de l’absence des moyens évoqués, ils incitaient les automobilistes et routiers à «faire attention aux citoyens gilets jaunes, même si nous ne sommes pas tous d’accord.»

La suite dépend des capacités des gilets jaunes à parler d’une seule et unique voix.

.

Gilets jaunes dans les villes du Lot

3 commentaires pour “Les gilets jaunes veulent se structurer dans le Lot

  1. allonsy
    mercredi, 5 décembre 2018 à 10:28

    L’assemblée permanente des Chambres de métiers et de l’artisanat a rappelé lors d’une rencontre avec le ministre Bruno Le Maire que la crise des « gilets jaunes » impacte doublement les artisans avec l’alourdissement des charges qui pèsent sur leur entreprise avec les mesures liées à la hausse des prix du carburant, et une menace concrète sur leur activité du fait des blocages. Dans cette période difficile, la Chambre de métiers et de l’artisanat du Lot met à disposition des artisans, un contact, afin de recenser leurs difficultés.> Service Economique de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Lot
    Tél. : 05 65 35 13 55 – mail : cm46@cm-cahors.fr
    Médialot

  2. allonsy
    mercredi, 5 décembre 2018 à 10:42

    Huguette Tiegna, députée du Lot, après avoir invité les représentants des « gilets jaunes » du département le 30 novembre dernier afin d’échanger sur les différentes revendications du mouvement, a tenu à s’exprimer, à la suite de sa réunion parlementaire avec le Premier ministre ce mardi 4 décembre, « à propos des mesures fortes annoncées ». « La colère collective exprimée ces dernières semaines est la conséquence de plusieurs décennies marquées par le manque de dialogue entre les citoyens et les instances dirigeantes. Etant issue de la société civile, je ne peux que comprendre ce sentiment de déconnexion qui a été à l’origine de mon engagement, et dont certains élus de l’opposition font encore preuve. Néanmoins, il est ressorti de ces échanges francs, utiles et respectueux, que nous avons eus à ma permanence parlementaire, des pistes de travail primordiales sur lesquelles nous devons persévérer. Les députés de la majorité et le gouvernement ont compris la nécessité absolue pour les français de voir leur pouvoir d’achat augmenter, et ce dans les plus brefs délais. C’est dans cette lignée que s’inscrivent les récentes mesures concernant la baisse de la taxe d’habitation de 30% pour 2018 ainsi que la baisse des cotisations. De même, avec la prime d’activité et l’augmentation du SMIC au 1er janvier, nous aurons une hausse de 3% du SMIC net, c’est-à-dire une des plus importantes de ces 25 dernières années » a-t-elle souligné avant de détailler les mesures immédiates annoncées par Edouard Philippe :

    – suspension pour 6 mois de la hausse de la taxe carbone ;

    – suspension pour 6 mois de la convergence de la fiscalité du diesel ;

    – suspension pour 6 mois de l’alignement sur la fiscalité des particuliers de la fiscalité du gazole des entrepreneurs non routiers ;

    – suspension pour 6 mois de l’entrée en vigueur des nouvelles modalités du contrôle technique ;

    – pas d’augmentation de l’électricité et du gaz durant l’hiver.

    « Ces annonces sont une ouverture explicite au dialogue dans nos territoires. La concertation annoncée par le président de la République, du 15 décembre au 1er mars 2019, doit déboucher sur des traductions concrètes dans la vie quotidienne des citoyens. Il nous appartient, ensemble, dans nos circonscriptions, d’échanger sur des propositions concrètes, notamment autour des impôts, des dépenses publiques et de la transition écologique. J’ai toujours mis un point d’honneur à inviter les citoyens du lot à prendre part à des débats d’actualité. C’est donc tout naturellement que je continuerai d’endosser ce rôle d’intermédiaire et de médiatrice dans le cadre de cette concertation. Le gouvernement a déjà fait des propositions : parlons-en, complétons-les, améliorons-les » a conclu Huguette Tiegna.
    Médialot

  3. Le Chaudron du Redon
    jeudi, 6 décembre 2018 à 09:07

    Alors que ce soulèvement nationale dynamique se veut plein d’espoir, à quoi rime ce gilet jaune dépité et pleurnichard ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.