L’office de tourisme de Puy-l’Évêque est fermé

Depuis deux semaines, l’office de tourisme de Puy-l’Évêque est fermé : il est le dernier dommage collatéral des relations clochemerlesques entre la municipalité et la communauté de communes.

«La fermeture de l’office de tourisme, à cette période de l’année (deux week-ends prolongés et deux ponts de mai), est scandaleuse.» à Puy-l’Évêque, tout le monde est d’accord — le fait est assez rare pour être souligné ! Le maire Serge Guérin et son opposition, le président de la communauté Serge Bladinières et le président de l’EPIC (1) du tourisme de la Vallée du Lot et du vignoble Jean-Marie Oustry, tous dressent le même constat. Le point de convergence s’arrête là, car pour l’explication des raisons, les discours sont diamétralement opposés.

«L’obstruction de M. Guérin»

Les faits sont simples : le bureau de l’office de tourisme à Puy-l’Évêque est fermé depuis deux semaines. «Pour des raisons administratives et jusqu’à nouvel ordre» indique l’écriteau sur la porte.

Président de la communauté de communes, Serge Bladinières rappelle que le dossier n’est plus géré en direct par la communauté, mais par l’EPIC du tourisme — la structure qui couvre le même périmètre, exclusivement en charge du tourisme. Il a néanmoins son avis sur la question : pour lui, le maire de Puy-l’Évêque fait «comme il en a l’habitude : de l’obstruction. Depuis quatre ans, la convention entre l’EPIC et la commune de Puy-l’Évêque était renouvelée sans histoire ; aujourd’hui, M. Guérin a décidé de ne pas signer.»

«J’en ai été surpris, ajoute Jean-Marie Oustry. Durant quatre ans, il a signé cette convention, comme tous les autres maires concernés (Duravel, Prayssac, Luzech, Mauroux). Aujourd’hui il la refuse.»

«Le tourisme n’est plus notre compétence»

«En quoi la mairie devrait-elle signer une convention avec l’EPIC, alors que le tourisme n’est plus une compétence municipale», rétorque le maire Serge Guérin. Et comme le prévoit le Code général des collectivités, les locaux et les personnels ont également été transférés.

Le maire s’appuie sur la fiche juridique parue en mai dans le journal des maires : «Cette note précise que les communes ne peuvent pas ‘’proposer une convention afin d’en aménager l’application”, c’est clair, nous n’avons pas à faire de convention.» Et d’imaginer que cette fermeture a «peut-être d’autres explications». «Dans l’absolu, il n’a pas tort», reconnaît Jean-Marie Oustry, le président du tourisme dans la vallée. «Néanmoins il est ‘’fortement conseillé” de s’engager mutuellement, ne serait-ce que pour définir les données locales : les surfaces que nous utilisons, l’adresse, etc. Une sorte de bail de location entre le propriétaire et le locataire.»

L’assureur devra faire sans : «Ce n’est pas un argument, le bail verbal, ça existe», ajoute Serge Guérin. Et preuve que c’est possible : l’office de tourisme de Puy-l’Évêque rouvrira ses portes lundi. «C’est une décision que nous commande l’intérêt général : les prestataires, les commerçants en ont besoin», poursuit Jean-Marie Oustry.

Mais l’élu voit déjà poindre un autre problème. «Eau, électricité : en fin d’année, il faudra payer notre consommation. Je doute que la trésorerie accepte de payer (de notre compte) une facture adressée à la mairie de Puy-l’Évêque.»

Rendez-vous à la prochaine étape : la municipalité coupera-t-elle l’eau et l’électricité à son locataire ?

EPIC : Établissement public à caractère industriel et commercial.