Lutter contre les pesticides avec “Nous voulons des coquelicots”

.

Ils étaient 150 rassemblés sur le parvis de la mairie de Cahors pour dire non aux pesticides et répondre à « L’appel des coquelicots »

Le 5 octobre dernier, la 1ère mobilisation nationale du mouvement « nous voulons des coquelicots » a essaimé à travers le pays pas moins de 500 rassemblements devant les mairies des villes et villages de France.

 

Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir tout de suite. Le pari repose sur l’espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu’il ne supporte plus et de l’imposer à ses dirigeants, quels qu’ils soient. N’oublions jamais qu’en vingt ans, des millions de consommateurs se sont détournés, au moins en partie, de l’alimentation farcie de pesticides. C’est sur eux que compte l’association: “Nous voulons des coquelicots”

Qui sommes-nous ? Un groupe de bénévoles sans argent, composé d’une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes. Nous avons créé dans l’urgence une association, Nous voulons des coquelicots, le président est Fabrice Nicolino.

La vaste campagne qui commence a besoin du soutien de tous, car tous, y compris les journalistes qui en parleront peut-être, sont concernés de la même manière. Chacun, oui chacun, doit trouver la manière sincère et intime de répandre cet Appel, de manière qu’il devienne viral et atteigne le moindre recoin de la société. Pour la raison, évidente pour nous, qu’il n’est pas une parole écologiste ou politique au sens étroit, mais bien un Appel d’humains à tous les autres humains. Pour nous, c’est l’heure, et elle ne repassera pas.

Cet Appel se décompose ainsi. D’abord et bien entendu, nous invitons toutes et tous à le signer à l’adresse internet : nousvoulonsdescoquelicots.org. Ce même 12 septembre paraît aux éditions Les Liens qui libèrent (LLL), un livre-manifeste signé par Fabrice Nicolino et François Veillerette, Nous voulons des coquelicots. La chanteuse Emily Loizeau prépare une chanson qui nous accompagnera pendant des mois.

À la manière d’un téléthon anti-pesticides

Loin d’être un point d’arrivée, l’Appel n’est jamais qu’un départ. Ce n’est pas une pétition, oubliée aussitôt que signée. Il oblige, et veut transformer des milliers de signataires en autant d’acteurs sociaux dont le but sera d’œuvrer à la victoire. Comment ? Nous faisons fabriquer un coquelicot en tissu de récupération dans un atelier de réinsertion, qui servira de cocarde, de bannière et de point de ralliement. Il est muni d’un système d’attache qui permettra de le porter à sa boutonnière et sera vendu, car il s’agit d’un acte de soutien à l’Appel, deux euros. Nous espérons que ce bel objet sera autant porté que la petite main de SOS Racisme il y a trente ans. Pendant toute la durée de l’Appel — deux ans, rappelons-le — et chaque mois, les signataires se retrouveront le même jour et à la même heure sur les places des villes et des villages des lieux où ils habitent. Et tout commence le vendredi 5 octobre à 18 h 30.

Pendant ces deux années, à la manière d’un téléthon anti-pesticides, nous souhaitons que des milliers d’événements de toutes tailles et de tous ordres aient lieu en France, pour défendre l’espoir d’un pays enfin débarrassé de ces terribles poisons. Nous donnerons plus tard la liste, déjà importante, des groupes, associations et personnalités qui soutiennent notre grand mouvement démocratique. Nous n’avons sollicité aucun politique, car c’est désormais la société qui parle.

 

Reporterre

Nous voulons des coquelicots

5 commentaires pour “Lutter contre les pesticides avec “Nous voulons des coquelicots”

  1. vendredi, 12 octobre 2018 à 19:50

    Et nous étions 2 devant la mairie de Gourdon. Espérons que le vendredi 2 novembre à 18h30 nous serons plus nombreux-ses.

    • jevouslis
      vendredi, 12 octobre 2018 à 20:34

      à Cunégonde Avertissez nous, je n’étais pas au courant, sinon j’aurais alerté; je ne peux pas tout savoir.

    • jean pierre j
      vendredi, 12 octobre 2018 à 21:06

      ça fait deux de plus et tant mieux :

      https://fabrice-nicolino.com/?p=4707

      Allez lire régulièrement le blog de Fabrice Nicolino : Planète sans visa.

      http://fabrice-nicolino.com

  2. Joulia
    vendredi, 12 octobre 2018 à 20:35

    Bravo à tout ceux qui se sont rassemblés un peu partout , j’étais à Cahors , et notre sénatrice y étais aussi bravo à elle pour son engagement, mais il ne faut pas attendre que les politiques fassent quelque chose pour notre terre c’est à nous à prendre les devants ils suivront quand ils verront le mouvement lancé; ils n’ont pas encore compris qu’un vent nouveau est en train de souffler.

  3. jevouslis
    vendredi, 14 décembre 2018 à 12:21

    «Les Coquelicots» et la Marche mondiale pour le climat, l’autre manifestation prévue ce jour-là, ont convergé de la place de la Halle jusqu’au parvis de la sous-préfecture de Figeac où elles ont fusionné. «Cette matinée est sous le signe des couleurs et du bon sens. Nous avons le jaune des Gilets, le vert de la Marche pour le climat, le rouge des Coquelicots, et le bleu de la Préfecture», a salué avec humour l’une des militantes. Plus d’une cinquantaine de personnes ont participé à ce rassemblement pacifique. Prochain rassemblement le 5 janvier à Figeac.
    La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.