Projet de Carte scolaire

carte scolaireL’inspecteur d’académie du Lot a présenté hier son projet de carte scolaire aux partenaires sociaux. Après plus de huit heures de discussion, la copie de Guillaume Lecuivre a eu du mal à convaincre.

 Devant les locaux de l’inspection académique du Lot hier matin à Cahors, ils étaient une vingtaine de parents d’élèves, d’habitants et d’élus à braver la pluie. Quelques étages plus haut, se tenait le comité technique paritaire départemental durant lequel Guillaume Lecuivre a dévoilé son projet de carte scolaire pour le Lot aux syndicats enseignants (lire notre édition d’hier). «On pensait que ce serait une réunion inédite, on n’a pas été déçus», confiait à l’issue de ce comité marathon qui a duré plus de huit heures, Christine Laverdet, secrétaire départementale du syndicat SE-Unsa. «On doit rendre six postes et l’administration veut en garder un en réserve», précise-t-elle. En plus de quatre postes de remplaçants, peu de créations ont été proposées pour la rentrée : à Luzech, à Saint-Céré, à l’IME de Vire et un poste pour répondre au plan autisme. En face les propositions de suppressions sont nombreuses : deux classes dont deux écoles pour le RPI Parnac/Saint-Vincent-Rive d’Olt, un poste à Cahors école Zacharie Lafage, à Puy l’Evêque, à Assier, à Aynac (les élus ont accepté la fusion des écoles maternelles et primaires), à Saint-Cirgues (l’école ferme), à Lachapelle-Auzac, à Gramat. Des réorganisations sont prévues avec la fermeture de l’école du Boulvé, le maintien cette année de l’école de Belmontet, la fermeture de l’école de Vire-sur-Lot. Concernant le RPI Anglars-Molières : les élèves d’Anglars iront à Lacapelle-Marival ; Molières et Leyme se regroupent. Le RPI Cavagnac-Condat-Saint-Michel de Bannières est agrandi aux Quatre-Routes, les élus ayant pris la décision de fermer l’école de Condat et ses deux classes pour des raisons de sécurité. L’école des Quatre-Routes récupére un poste. Le RPI Baladou-Cuzance s’agrandit à Martel, un poste pourrait être supprimé à Baladou. Autre situation en suspens à Gréalou : l’inspecteur propose la fermeture de l’école et de rapatrier les enfants à Cajarc. Enfin les syndicats soulignent «trois victoires» : l’inspecteur d’académie retire sa proposition de fermeture pour les écoles de Cahus, de Sousceyrac et du RPI de l’Hospitalet-Pern.

Prochaine étape, mardi avec la tenue du conseil départemental de l’éducation nationale qui se réunit à 14 heures au lycée Clément-Marot de Cahors. En attendant, la mobilisation s’organise. Le collectif citoyen de sauvegarde des écoles de village du Lot appelle à une «mobilisation générale dans tout le département pendant ce week-end». «Il faut qu’elle soit massive et immédiate sur l’ensemble du Lot pour maintenir une école de proximité et limiter le transport scolaire», lançait hier Alain Auzanneau. A ses côtés, les parents d’élèves venus du Ségala accompagnés d’Eliane Lavergne, maire de Latronquière, veulent tout faire pour sauver l’école de Saint-Cirgues. Des parents du regroupement Molières, Anglars, Saint-Maurice tiennent à sauver leur école à une seule classe, «la dernière vie du village».

La Dépêche

Même sujet

4 commentaires pour “Projet de Carte scolaire

Les commentaires sont fermés