Vaccins : le Lot sous surveillance

Depuis le 1er janvier 2018, la couverture vaccinale s’est élargie de 3 à 11 vaccins obligatoires pour les bébés. L’impact de cette réforme est attendu, sachant que la population lotoise n’a jamais été très bonne élève.

L’Agence régionale de santé veille de près au taux de couverture vaccinale sur notre département. Le Lot se situait jusqu’alors en bas de tableau, avec l’Ariège. Des données qui ne prenaient en compte que les trois vaccins obligatoires contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite.

Mais au 1er janvier dernier, la loi a promulgué onze vaccins obligatoires, soit huit de plus, pour tous les enfants nés à compter du 1er janvier 2018. «Cet élargissement du champ vaccinal représente une dizaine d’injections étalées sur deux ans pour lutter contre la réapparition d’épidémies telles que la rougeole», nous signale l’Agence régionale de santé d’Occitanie.

En cette période de rentrée de septembre, pour être admis en crèche, comme chez une assistante maternelle, les parents doivent donc présenter une copie des pages de vaccination du carnet de santé de leur enfant.

«C’est trop tôt pour mesurer la conformité à cette vaccination obligatoire et son impact. Nous n’avons pour l’instant que des indicateurs. Les données officielles qui vont nous parvenir pour nous permettre d’évaluer le taux de vaccination chez les tout-petits seront fournies par la PMI, service de Protection maternelle et infantile, en s’appuyant sur les données du certificat de santé du 24e mois de l’enfant. Nous avons un autre moyen de contrôle qui est le remboursement des vaccins par l’Assurance maladie. Ce n’est véritablement qu’en janvier 2020 que nous aurons des chiffres précis sur la couverture vaccinale des bébés de moins de 2 ans», nous précise l’ARS Occitanie.

Pour l’instant, les seuls chiffres qu’elle communique sont ceux du Bulletin de veille sanitaire de santé publique. Les couvertures vaccinales chez les enfants âgés de 24 mois étaient de 95 % dans la majorité des départements d’Occitanie, à l’exception de l’Ariège et du Lot. Pour le seul ROR, on tombait même à 70 % dans le Lot.


Le Lot n’aime pas les vaccins

La couverture vaccinale est présentée par les autorités de santé comme une véritable stratégie de protection individuelle et collective. Pour être efficace au sein d’une population, elle doit dépasser 95 %. Le Lot est en dessous de ce chiffre. Pédiatres et médecins généralistes réalisent ces vaccinations, ainsi que le centre de vaccination internationale de l’hôpital de Cahors.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.