Des outils pour découvrir le patrimoine

Entretien autour de la mallette pédagogique Habiter le patrimoine du nord du Lot avec Sandra Poignant, animatrice du Patrimoine du Pays d’art et d’histoire Causses et Vallée de la Dordogne (le label « Pays d’art et d’histoire » est porté par la communauté de communes Cauvaldor), et Sylvie Ohl-Dusséaux, adjointe à l’administrateur et chargée de l’action culturelle aux châteaux de Castelnau-Bretenoux et Montal.

> Anne Dubin : la collaboration entre vos deux structures existe depuis de nombreuses années, quelle est la genèse de cette mallette pédagogique ?

– Sandra Poignant : après avoir mis en place, depuis plus de 15 ans, de nombreuses animations à destination des habitants mais également du public touristique, nous avons souhaité proposer des nouveaux outils aux enseignants du territoire. Nous avions fait le constat que les élèves et les enseignants venaient assez peu sur les sites que nous animons et avons réfléchi à créer un outil de valorisation du patrimoine local, spécialement adapté pour eux.

– Sylvie Ohl-Dusséaux : iI s’agit d’une mallette pédagogique itinérante, constituée de ressources documentaires, de livres, de maquettes et d’outils pédagogiques. Ce terme « d’outil » correspond en réalité à notre savoir-faire : trouver des jeux et des manipulations pour aider à /faciliter l’observation et la compréhension de l’architecture. Nous partageons, au CMN comme dans les PAH des objectifs pédagogiques et une expertise de la médiation du patrimoine commune.

> A.D. : vous n’avez pas peur que ce genre d’outil empêche de venir visiter les sites ?

– S.P. : au contraire, ils sont complémentaires ! La mallette peut s’utiliser avant, après une sortie d’observation ou en complément, et dans tous les cas elle invite à aller sur le terrain, à la rencontre de ce patrimoine qui nous entoure. De plus, c’est une production 100 % lotoise !

> A.D. : mais les difficultés et les coûts de transports ne sont-ils pas un frein à la sortie des élèves ?

– S.P. : à compter de cette rentrée scolaire, Cauvaldor a acté la prise en charge des transports pour toutes les écoles élémentaires du territoire qui empruntent la mallette, qui, rappelons-le, est gratuite pour les enseignants.

> A.D. : Quel bilan tirez-vous de cette première année d’existence ?

– S. O.-D. : près de 500 élèves ont bénéficié de l’exploitation de la mallette dans leur classe (9 établissements scolaires de la petite section au CM2, et en collège deux classes de 5e). Tout cela réparti harmonieusement sur le territoire pour la première année – la mallette a été lancée en septembre 2018. Les retours des enseignants sont enthousiasmants.

> A.D. : quelle part a pris l’Education nationale dans ce projet ?

S.P. : un accompagnement déterminant ! Nous avons travaillé avec l’Inspecteur de l’Education nationale, le chargé de mission patrimoine et la conseillère pédagogique tout au long du processus de création de l’outil. De plus, nous avons pu tester la mallette en milieu scolaire avant de la mettre à disposition des enseignants et l’adapter au mieux des besoins des enseignants. La DRAC Occitanie a participé au financement des maquettes. Enfin, nous avons également bénéficié de l’appui de la Bibliothèque départementale de prêt. Et pour la conception des jeux, nous avons collaboré avec Carrefour des sciences et des arts

> A.D. : Avec cette mallette, vous avez franchi une étape importante de votre collaboration. Et après ?

S.P. : Entre autre, nous cherchons à améliorer la situation des guides-conférenciers employés par nos structures. Et bien sûr, nous continuons à développer de nouvelles animations pour attirer de nouveaux publics. Actuellement, nous préparons avec le Département du Lot un jeu sur quatre châteaux, avec des énigmes à résoudre sur un important trafic d’œuvres d’art…

Propos recueillis par Anne Dubin. Medialot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.