Conseil communautaire Cazals-Salviac

Les vingt-cinq élus de la Communauté de communes Cazals-Salviac se sont retrouvés à la salle bouriane de l’office du tourisme de Salviac ce jeudi 18 juin 2020. Cette nouvelle réunion était le deuxième conseil communautaire du nouveau mandat. Une trentaine de points importants étaient à l’ordre du jour, notamment en ce qui concerne les constitutions des commissions de travail et toutes les désignations aux divers syndicats intercommunaux (ordures ménagères, syndicats des eaux, syndicats de rivière, etc.). Les points essentiels abordés au cours de cette séance, ont été le vote des taux des impôts locaux ; après délibération, le conseil communautaire a convenu qu’ils resteront identiques à ceux de l’année précédente (2019), et les conventions avec la Région Occitanie pour le soutien exceptionnel aux entreprises qui, toutes à des échelles différentes, ont été affectées par les conséquences dramatiques de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus. Ainsi il a été décidé que la communauté de communes doublera les aides versées par la Région Occitanie aux entreprises ayant subi une perte de leur chiffre d’affaires et participera au fonds “L’OCCAL” (un nouveau dispositif d’accompagnement d’urgence dédié aux entreprises du tourisme, aux commerces de proximité et aux artisans. Créé en partenariat avec les Départements, les EPCI d’Occitanie et la Banque des territoires.), pour la relance de l’activité dans le domaine du tourisme, de l’artisanat et des différents commerces de proximité.

La Dépêche

3 commentaires pour “Conseil communautaire Cazals-Salviac

  1. Benoit
    mardi, 7 juillet 2020 à 19:20

    Ci-joint le lien vers un article d’interet pour la CC. Une idée à développer sur le territoire.
    Cultiver le chanvre (peu gourmand en eau) peut aider les agriculteurs localement avec des débouchés dans le domaine de l’énergie.

    https://actu.fr/pays-de-la-loire/mareil-en-champagne_72184/sarthe-les-agriculteurs-des-fermiers-de-loue-cultivent-le-chanvre-qui-fera-rouler-les-bus-du-mans_34755353.html?fbclid=IwAR1hzPaRIegWs_dFc1kzXkwnc9d-5OQ5PoFZ9YO56s6d197QS2paSIP_xAo

    • Yann
      lundi, 13 juillet 2020 à 23:50

      Le diable se cache dans les détails!!!

      Cher Benoît, je comprend votre enthousiasme. Seulement en matière d’énergie et de transition énergétique, il ne faut pas sauter sur la première “FAUSSE” bonne idée, sans aller voir d’un peu plus près quel est VÉRITABLEMENT le bilan carbone de ces prétendues substitutions aux énergies fossiles.

      Vous annoncez déjà que “Cultiver le chanvre (peu gourmand en eau)”. En sous en entendant, que ça coûte rien en gros.

      Savez vous quel est le bilan carbone de cette production?
      – Préparation des sols
      – Semis
      – Entretien, traitement de la culture
      – Récolte
      – Transport de la récolte vers l’usine de traitement

      Ensuite, connaissez-vous le bilan carbone du traitement du chanvre pour le transformer en méthane, hydrogène, etc.. :
      – broyage, sèchage (“Le chanvre sera transformé par gazéïfication. On va le broyer, le chauffer à très haute température.”)
      – la séparation du gaz obtenu pour faire du méthane, de l’hydrogène et du CO2 (en particulier la production d’hydrogène qui est aujourd’hui très couteuse en énergie)…

      Enfin, quel est le bilan de la production en terme de pollution des sols (engrais liquide, effluents…), de l’air (méthane 20 fois plus polluant que le CO2), de l’eau!!!

      Et je ne compte pas les problèmes annexes déjà développés par la société initiatrice de ce projet (“le transport de l’hydrogène coûte cher…”)

      Donc attention de ne pas faire preuve de naïveté pour finir par raconter n’importe quoi. Les conséquences sont extrêmement graves.

      D’autant plus quand on voit que les collectivités locales s’engouffrent sous la pression des “lobbies” dans ces solutions : Le Grand-Figeac a voté récemment la construction de 42 méthaniseurs sur son territoire à l’exclusion de tout autre énergie non carbonée !!!!!!!!!!!!!!!
      Ça laisse rêveur sur ce qui nous attends, non?

      Parce que le vrai sujet aujourd’hui, c’est la production débridée de CO2 dans l’atmosphère qui est en train de générer un réchauffement climatique dont on ne sait pas très bien comment on va arriver à le freiner!!

      Le vrai problème, c’est qu’il faut faire la différence entre énergies “CARBONÉES” et énergies “NON-CARBONÉES”.

      Pensons un tout petit peu à nos enfants et à ce que nous sommes en train de leur laisser. L’avenir leur appartient!!!

      • Yann
        samedi, 18 juillet 2020 à 00:12

        Complément d’information :

        La production de méthane est en forte hausse de 9% en 10 ans selon un rapport publié mercredi 15 juillet 2020. Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre après le CO2.
        Son pouvoir de réchauffement est 28 fois supérieur au CO2. La production de méthane contribue à hauteur de 23% au réchauffement climatique et a un très fort pouvoir de réchauffement bien supérieur au CO2. Cette production ne baisse pas et sa concentration dans l’atmosphère reste très élevée à un taux équivalent à ce que l’on avait dans les années 80/90.

        Ces émissions sont d’origine naturelle : 40% proviennent principalement de zones humides,
        60% sont dues aux activités humaines : énergies fossiles, décomposition des déchets et de l’agriculture.

Laisser un commentaire