Contre la solitude: Accompagnement prénatal et postnatal

Le service de PMI (Protection maternelle et infantile) géré par le conseil départemental du Lot propose depuis 2016 un accompagnement expérimental auprès des futurs parents exprimant un sentiment d’isolement ou de fragilité, en s’appuyant sur le dispositif national appelé PANJO. Marie Treilhou, coordinatrice de la PMI nous en parle.

En quoi consiste ce dispositif PANJO ?

C’est un programme de «Promotion de la santé et de l’attachement des nouveau-nés et de leurs jeunes parents : un outil de renforcement des services de PMI». Il s’agit d’un dispositif de Santé publique France, mis en place dans 12 départements, aussi bien ruraux que urbains. C’est une nouvelle vision de l’accompagnement prénatal et postnatal, qui veut renforcer l’action des PMI, créé en 1945 en France. Cet outil est destiné aux parents qui éprouvent un sentiment de solitude lors de la venue du premier enfant. Notre réseau de 12 puéricultrices et 3 sages-femmes permet un maillage de tout le département.

Quel est cette «solitude» évoquée ?

À l’annonce d’une première grossesse, des parents peuvent se sentir seuls démunis et pas seulement financièrement. Cela concerne toutes les catégories sociales professionnelles, du cadre à l’ouvrier.

Comment se passent ces visites au domicile ?

L’étude se déroule, au minimum, sur une période 2 mois avant la naissance et six mois après. Au total, nous devons effectuer six visites, au minimum. Il y a un temps d’observation du bébé et un temps d’échange avec les parents. Nous allons au plus près des besoins des familles. Nous sommes sur un autre rythme que celui des travailleurs sociaux. Notre but est d’améliorer la capacité des familles à gagner en autonomie. Cela passe par un questionnement autour du fœtus puis de l’enfant et un accompagnement à la parentalité. Nous parlons également des aides disponibles. No Nous pouvons éventuellement dépister certaines fragilités chez les parents. Une dizaine de familles a participé à l’étude depuis le début en 2016.

Quels sont les moyens mis en œuvre pour ce dispositif ?

L’accompagnement est personnalisé. On utilise notamment un outil de photolangage qui permet aux parents de hiérarchiser, connaître les différentes thématiques et verbaliser les interrogations via une série de photos. On peut éventuellement orienter vers un accompagnement psychologique quand c’est nécessaire. Les résultats sur les impacts de ce nouveau modèle d’intervention seront connus fin 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.