La mairie de Cahors simule une crue majeure

Le Lot débordant et inondant une bonne partie du centre-ville et de sa périphérie, tel est le scénario qu’ont imaginé la préfecture et la mairie de Cahors pour se confronter à un exercice d’urgence. En tant que conseiller municipal cadurcien en charge du Plan communal de sauvegarde, Thibaut Rouet a participé à la coordination de ce test qui a duré 30 heures sans interruption.

« Le risque inondation est un risque majeur de notre ville. L’idée était donc de déclencher sur cette simulation les agents, élus et référents qui seront mis à contribution face à une crue majeure du Lot. Une cellule de crise a été installée à la préfecture tandis que la salle Henri-Martin, à la mairie, était réquisitionnée pour établir un poste de commandement communal », relate notre interlocuteur.

 
 
A l’entrée de la ville de Cahors, le Lot et ses eaux tumultueuses de l’automne.
A l’entrée de la ville de Cahors, le Lot et ses eaux tumultueuses de l’automne. – Photo DDM, L. Bertoni
 
 

Vérifier la capacité des agents à coordonner les moyens

Au fur et à mesure des heures, le scénario a évolué. Les informations nouvelles arrivant ont déclenché aussitôt une réponse appropriée des différents services administratifs. « Ce n’est pas la notion de sécurité à proprement parler qui a mobilisé nos agents municipaux lors de cet exercice, car cela relève des compétences des urgences, des pompiers, des hôpitaux ; mais plutôt leur capacité à prévenir, à anticiper, à gérer, à coordonner les moyens… », poursuit Thibaut Rouet.

 

Ce sont une trentaine d’agents de la ville qui ont participé

Ainsi parmi les messages créés spécifiquement pour cette mise en situation, il y avait ce train arrêté sur les voies suite à un éboulement, avec 200 passagers à son bord. « C’est un cas de figure très pragmatique qui va nous permettre de gérer la prise en charge de personnes, leur acheminement via d’autres moyens ou leur hébergement… Ainsi durant ces 30 heures de simulation, nous avons eu à alerter et informer les populations, à s’assurer que des rondes étaient organisées, à veiller à ce que la nourriture et l’eau ne manquent pas ou même à évacuer des populations inondées ou menacées par les eaux ».
Ce sont ainsi une trentaine de personnes à la ville de Cahors qui ont été impliquées dans cet exercice leur permettant de cibler les points délicats à améliorer pour assurer une réponse administrative efficace en cas de sinistre. La simulation a aussi mobilisé de jour comme de nuit  les intervenants de l’ARS, de l’Education nationale, du département, la police, la gendarmerie, les pompiers, etc.

Tous ont pu mesurer que le risque zéro n’existe pas et que tout ne pourra jamais être parfait, intégrant ainsi une certaine résilience face à la catastrophe.

Le Plan de sauvegarde de Cahors

Le système d’alerte de montée des eaux de Cahors-Sud pour le ruisseau du Bartassec est un des outils recensés dans le Plan communal de sauvegarde de Cahors qui a été validé en décembre 2018. Ce document obligatoire permet de coordonner la prévention et de faciliter l’organisation des interventions en situation d’urgence, face aux risques majeurs. Il comprend aussi la rédaction d’un Dicrim, document d’information communal sur ces risques, qui peut être consulté ci dessous

 

Plan communal de sauvegarde Prévention des risques majeurs •

Cliquer ici

Cahors dispose d’un nouveau dispositif de prévention des crues

Mercredi 20 février 2019, la ville de Cahors a présenté son nouveau dispositif de prévention des crues. Un système de surveillance et d’alerte innovant a été mis en place et l’information et la prévention sont renforcées.

Par Marie Martin Publié le 20/02/2019 à 17:00 Mis à jour le 20/02/2019 à 17:58 En 2010, le ruisseau le Bartassec sort de son lit et provoque de nombreux dégâts, dans le secteur de Cahors, dans le Lot. L’état de catastrophe de naturelle est alors déclaré.

Pour éviter ce type de catastrophe, la ville de Cahors a mis au point, dans le cadre du plan communal de sauvegarde de la ville, un nouveau dispositif de prévention des crues, qu’elle présentait ce mercredi 20 février 2019.

Un système de surveillance à l’aide de capteurs placés en des endroits stratégiques. En cas de dépassement d’un seuil fixé, une alerte se déclenche.
L’information et la prévention deviennent des priorités, dans ce nouveau dispositif.

France 3

Voir le reportage de Jaël Galichet et Jean-Pierre Jauze, de France 3 Quercy-Rouergue : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.